Paphiopedilum de Rothschild, Orchidée  d'or de Kinabalu

Phaphiopedilum rotchildianum, le paph de Rothschild ou « or de Kinabalu » est l’orchidée le plus impressionnant des sabots-de-Vénus : espèce rare et recherchée aux feuilles de cuir et aux énormes fleurs.  Mature, cette orchidée tropicale terrestre fleurit fidèlement chaque année.

Paphiopedilum de Rothschild, Orchidée  d'or de Kinabalu, Paphiopedilum rothschildianum

Botanique

N. scientifique Paphiopedilum rothschildianum
Synonymes Paphiopedilum elliottianum, Paphiopedilum neoguinensis
Origine Bornéo
Floraison printemps, été
Fleurs rose et pourpre
Typeorchidée tropicale
Végétationvivace
Feuillage persistant
Hauteurjusqu'à 75 cm

Planter et cultiver

Rusticité 12°C minimum
Exposition mi-ombre, lumière tamisée
Solmélange drainant et aéré
Acidité basique
Humidité frais
Utilisationserre chaude, intérieur
Plantationprintemps
Multiplicationdivision, semis in vitro
Paphiopedilum de Rothschild, Orchidée  d'or de Kinabalu, Paphiopedilum rothschildianum

Phaphiopedilum rothschildianum, le paphiopédilum de Rothschild encore appelée l’orchidée « or de Kinabalu » ou surnommé le roi des paphs, est une magnifique orchidée tropicale appartenant à la famille des Orchidacées, de la sous-famille des Cypripedioidées. Paphiopedilum rotchildianum est originaire de l’ile de Bornéo en Malaisie.

Paphiopedilum rothschildianum y vit en tant qu’orchidée terrestre, vivant dans les poches d’humus au sol, ou accroché aux parois rocheuses calcaires, souvent dans l’atmosphère humide aux alentours des torrents ou profitant d’un ruissellement continu.

C’est une espèce endémique, rare et en danger ; elle ne croit que sur 2 stations du mont Kinabalu, un site remarquable pour ses trésors botaniques. Ces stations protégées peuvent être visitées pendant la floraison de cette extraordinaire orchidée, «  l’or de Kinabalu », en avril/mai.

Le roi des paphs, avec ses fleurs énormes et colorées, est considéré comme le plus prestigieux des paphhiopédilums. Mais extrêmement long à se développer, ces plantes sont rares et onéreuses, surtout les grosses plantes assez matures pour fleurir.

Heureusement, la culture in vitro a enfin permis dernièrement de la multiplier plus facilement , permettant de conserver l’espèce et de la reproduire. Ainsi l’orchidée de Rotchild est un peu plus abordable, d’autant qu’elle n’est pas très compliquée à cultiver.

On peut donc s’essayer à la cultiver sans craindre de lui faire du tort sur le mont Kinabalu.

Description du paphiopédilum de Rothschild

Paphiopedilum rothschildianum est une orchidée sympodiale : chaque pousse fleurit une fois, puis arête sa croissance tandis que 1 à 3 rejets prennent le relais pour l’année suivante. Croissant en milieu humide et de chaleur douce, cette orchidée ne présente aucun organe de réserve : ses feuilles sont persistantes durant pour plusieurs années, les rosettes de feuilles ayant déjà fleurit restent en place et permettent à la plante d’avoir une plus grande surface foliaire, donc de forcir et prospérer davantage au fur et à mesure des années.

Chaque rosette porte de longues feuilles imbriquées l’une dans l’autre qui se font face à face. Sur une plante mature, ces feuilles sont longues de 40 à 60 cm et larges de 5 cm. Leur limbe vert clair a un aspect de cuir. Le paphiopédilum de Rotschild produit donc de grandes plantes, qui dans leur biotope sont capables de résister aux fortes pluies et de concurrencer leurs voisines de hautes tailles. Certaines rosettes atteignent une envergure de 90 cm.

La floraison n’intervient que sur les plantes matures, mais leur croissance est lente: Paphiopedilum rothschildianum demande jusqu’à quinzaine d’années de développent pour fleurir à partir d’un semis ! Bien qu’à force d’expériences de culture, il semblerait qu’on puisse la presser un peu.

Ensuite, plus la plante est âgée et fournie, et plus ses fleurs seront nombreuses et grandes.

La hampe florale, apicale, émerge du centre des rosettes qui sont dans leur 2e année. Rouge sombre et velouté, elle développe 2 à 4, voire 6 boutons floraux.

Les fleurs du paph de Rothschild sont époustouflantes. Très grandes, elles atteignent jusqu’à 30 à 45 cm de largeur. Sur ce sabot de venus, les pétales sont finement striés de marron, le labelle très proéminent est rougeâtre, tandis que les imposants pétales latéraux striés et effiles s’étirent de chaque cotée presque à l’horizontale.

La zone centrale de la fleur est un leurre, crémeuse et ponctuée de petits points qui simulent des pucerons : à Bornéo, cette fleur est fécondée par des insectes qui parasitent les pucerons.

Ces fleurs impressionnantes s’épanouissent les unes au-dessus des autres sur la hampe verticale qui s’élève jusqu’à 75 cm. Elles durent chacune environ 6 semaines. En culture, ce paph fleurit au printemps ou en été.

Comment cultiver Phaphiopedilum rothschildianum ?

Paphiopdilum rotschildianum n’est pas le plus difficile des paphs à cultiver. Il est seulement lent à croître, et donc il faut s’armer de patience pour le voir fleurir.

Substrat

Quasiment n’importe quel substrat meuble et drainant pourrait convenir, mais le plus souvent , il est cultivé dans un substrat à base d’écorce de pin ou de laine de roche, à laquelle on ajoute de la tourbe ou de la sphaigne. Ce substrat doit en effet maintenir tout le temps un environnement humide autour de ses racines sans jamais sécher ou se rassir, mais il ne doit pas non plus rester gorgé d’eau trop longtemps. Croissant sur roches calcaires, il lui faut un petit supplément de calcium, qui se met dans le substrat ou dans l’eau d’arrosage. Dans le substrat on peut mettre un peu de coquille d’œuf, renouvelée lorsqu’elle est dissoute, ou ajouter un peu de gravier de dolomie.

Ce substrat toujours un peu humide doit être renouvelé quasiment tous les ans, avec un rempotage automnal. Comme la plante devient lourde, un pot large et plat en céramique lui convient bien.

Température

Le paph de Rothschild doit être cultivé à une température comprise entre 22 et 30 °C le jour, et 13 à 20 °C la nuit. La différence de température entre le jour et la nuit est importante pour obtenir une bonne croissance.

Néanmoins, une chaleur de fond à 20/21 °C la nuit permettrait un métabolisme et donc une croissance plus rapide.

Humidité atmosphérique

L’air doit contenir entre 65 et 95 % d’humidité, ce qui est souvent le cas en serre chaude.

Luminosité

Paphipedilum rothschildianum a besoin de 20 000 à 30 000 lux en saison de croissance, soit le plus de luminosité possible en soleil tamisé. Trop de lumière, les feuilles jaunissent, pas assez, elle deviennent vert sombre, et la plante ne fleurit pas.

Arrosage

Ce sabot-de-Vénus ne doit jamais souffrir de la soif, son substrat doit à peine sécher avant d’être à nouveau arrosé. Pendant la saison de croissance, comptez au minimum un arrosage par semaine. Pendant l’hiver, les arrosages seront moins fréquents. L’eau en surplus doit toujours pouvoir s’évacuer par un trou de drainage.

L’eau utilisée est de l’eau douce ou de pluie, mais pour y apporter du calcium, on peut y joindre 10 % d’eau dure du robinet.

Apport d’engrais

L’apport d’engrais est très important et permet de réduire les fameux « 15 ans de culture avant la floraison » apportez :

  • un engrais organique au rempotage
  • un engrais osmocote (type géranium, 10/11/18) tous les 6 mois ou de l’engrais liquide en demi-dose 1 arrosage sur 2 pendant la saison de croissance et tous les mois pendant l’hiver. Pour éviter que l’osmocote soit usé trop vite par les bassinages, il est enfermé dans un bas et déposé en surface : on peut ainsi l’enlever pendant le bassinage.

Bassinage

Comme tout cet engrais pourrait précipiter localement et endommager éventuellement des racines, le substrat est trempé complètement pendant 1 heure ou 2, une fois par mois dans l’eau douce. Tous les sels en surplus sont ainsi rincés.

Espèces et variétés de Paphiopedilum

75 espèces dans ce genre, toutes asiatiques

  • Paphiopedilum bellatulum, plante charnue aux fleurs ivoire mouchetées de brun
  • Paphiopedilum parishii, une belle espèce épiphyte et pluriflore
  • Paphiopedilum chamberlainianum, le paphiopedilum de Chamberlain
  • Paphiopedilum druryi, aux sabots de venus jaunes 
Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
Sabot de Vénus de Chamberlain, Paphiopedilum chamberlainianum Sabot de Vénus de Chamberlain, Paphiopedilum chamberlainianum

Paphiopedilum chamberlainianum, le paphiopedilum de Chamberlain est une espèce d'orchidées tropicale, il appartient à la famille des Orchidacées. Originaire de Sumatra, ce sabot de Venus est une...

Le paphiopedilum, une orchidée idéale pour les débutants Le paphiopedilum, une orchidée idéale pour les débutants

Vanessa de l'Orchidium, nous explique la culture du Paphiopedilum aussi appelé Sabot de Vénus, une orchidée aussi splendide que facile d'entretien.

Sabot de Vénus, Paph, Paphiopedilum Sabot de Vénus, Paph, Paphiopedilum

Les Paphiopedilum sont des orchidées sabot de Vénus. Ce sont des plantes tropicales relativement faciles à cultiver dans la maison, notamment les hybrides modernes qui sont devenus des plantes...

Orchidée jacinthe, Bletilla striata Orchidée jacinthe, Bletilla striata

L'orchidée jacinthe, ou Bletilla striata, est une véritable orchidée terrestre de jardin. Originaire d'Asie, elle émet ses jeunes pousses à partir du mois d'avril. Un bouquet de longues feuilles...

Vos commentairesAjouter un commentaire