Opuntia de papier

Opuntia de papier, Tephrocactus articulatus v. paryracanthus

Botanique

Nom latin  : Tephrocactus articulatus var. paryracanthus
Synonyme  : Opuntia diadematus
Origine  : Argentine
Période de floraison : été
Couleur des fleurs  : rose ou blanche
Type de plante : cactus
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : feuilles transformées en aiguillons, persistants
Hauteur : 40 cm
Toxicité : petites épines difficiles à extraire de la peau

Planter et cultiver

Rusticité  : -4 C minimum
Exposition  : lumineuse,aime le soleil direct
Type de sol : terre à cactées
Acidité du sol  : neutre à basique, ne craint pas le calcaire
Humidité du sol  : sec, arrosage en fonction du cycle de la plante
Utilisation : plante d’intérieur, véranda, extérieur l’été
Plantation, rempotage : d’avril à juillet
Méthode de multiplication : bouturage au printemps
Maladies et ravageurs : pourriture noire, cochenille

Cet Opuntia de papier était encore peu courant en culture il y a quelques années. Mais comme il est séduisant, on le trouve de plus en plus couramment dans les jardineries.

Il est originaire des plaines sèches d’argentine, où il peut développer des coussins imposants de centaines d’articles .

Ce cactus fait partie des opuntidées (les opuntias), car on retrouve la structure faite d’articles de plante poussant à la suite les uns des autres. Mais le genre Tephrocactus se distingue par la forme globulaire des articles, tandis que chez les opuntias, ils ont une forme de raquette.

Tephrocactus articulatus papyracanthus est formé d’articles sphériques, de 3 à 4 cm de diamètre pour 6 cm de hauteur. Chaque article présente en guise de rameaux des touffes de poils appelées Glochides bien réparties. Bien qu’elles aient l’air douces, ces glochides sont faites de minuscules poils ayant une forme de harpon, non visible à l’œil nu ; ce qui en fait de redoutables petites épines bien difficiles à extraire de la peau : très désagréable mais pas dangereux ! c’est pour cette plante la parade contre le broutage des herbivores.

De ces glochides, sortent les aiguillons papyracées qui sont la forme évoluée des feuilles chez les cactus. Ces aiguillons remarquables peuvent atteindre 10 cm de long pour 0.5 cm de large, gris-blanc plats et brillant, on dirait du papier. Il existe une variété de cette espèce avec des aiguillons noirs. Leur rôle, outre la défense contre des herbivores, est d’absorber l’humidité atmosphérique. Mais ils ont un autre but : leur extrémité possède elle aussi une structure de micro-harpon, lorsqu’un animale passe près du buisson, les aiguillons s’accrochent à ses poils ou sa peau et l’article se sépare facilement de la plante mère. Ainsi, l’animal en question va promener cette bouture sur plusieurs mètres avant de s’en débarrasser : la plante a trouvé un moyen de se bouturer naturellement et de se déplacer.

Comment cultiver ce Tephrocactus ?

Installé dans un mélange à cactée, ou un mélange maison de 1/3 de sable, 1/3 de terre de jardin et 1/3 de terreau, vous pouvez le placé dans une serre, une véranda ou à l’extérieur pendant la belle saison. Ce cactus a besoin de beaucoup de soleil pour développer de beaux aiguillons bien large. Chaque année, 1 à 3 nouveaux articles se développent sur le sommet des anciens. Ils mettent généralement la saison à croitre. La floraison est difficile à obtenir.

L’arrosage est assez généreux d’avril à septembre, chaque arrosage doit être suivi d’une petite sècheresse complète du substrat de quelques jours. On peut y ajouter de l’engrais à cactée (N, P, K équilibré) une fois tous les mois, mais un cactus trop poussé est moins beau et plus sensible aux pourritures.

L’hiver la plante doit connaitre une saison de repos, au sec et au froid. Cette plante est connue pour avoir supporté – 9° C mais en atmosphère très sèche. On arrête les arrosages fin septembre, et on maintient au sec jusque fin mars.

Comment multiplier le Tephrocactus articulatus papyracanthus?

Dès le printemps, prélevez un article du sommet et le poser sans l’enterrer sur un pot de même terre que la plante mère, légèrement arrosée. Pour le côté esthétique, arrangez- vus pour qu’il tienne droit, car les racines poussent au plus bas de la plante.A une température de 30 °, et protégée du soleil direct, de nouvelles racines apparaissent généralement en un mois, le reste de la saison, arrosez normalement pour renforcer l’appareil racinaire avant l’hiver.

Le saviez-vous ?

Le phénomène qui consiste pour la plante à faire transporter ses boutures sur le dos des animaux s’appelle l’exozoochorie. Il est l’aboutissement d’une longue co-évolution de l’animal et de la plante.

Espèces et variétés de Tephrocactus

Le genre comprend 35 espèces
L'espèce type 

Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le retour du printemps pour notre plante exotique Le retour du printemps pour notre plante exotique

Cet article fait suite à la fiche Protéger efficacement une plante exotique en hiver ou nous avions pris comme exemple la protection d'un jeune bananier, que nous retrouvons ici... Au début du...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire