Vriésie

Vriesea duvaliana

Botanique

Nom latin  : Vriesea
Famille  : Broméliacées
Origine  : Amérique tropicale
Période de floraison : toute l'année
Couleur des fleurs  : jaune, bractées jaunes et rouges
Type de plante : fleur
Type de végétation : vivace épiphyte
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : 40 à 150 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : non rustique, 2 à 12 °C
Exposition  : lumineuse, soleil voilé
Type de sol : terreau, léger, aéré, mélange pour orchidée
Acidité du sol  : neutre
Humidité du sol  : humide
Utilisation : intérieur, serre, véranda, extérieur en été
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : séparation des rejets, semis
Maladies et ravageurs : les cochenilles, les pucerons

Le genre Vriesea contient environ 280 espèces de plantes vivaces herbacées tropicales qui appartiennent à la famille des Broméliacées, au même titre que les tillandsias ou l’ananas. Les vrieseas sont originaires du continent américain, leur diversité se définie par deux zones de distribution, l’une dans le nord de l’Amérique du Sud, en Amérique centrale et dans les Caraïbes ; et l’autre sur la côte est du Brésil. Les vrieseas de la côte Est du brésil représente presque les ¾ du genre.

Les Vriesias sont représentées également par toute une descendance de plantes horticoles sélectionnées depuis plus d’un siècle. Ces vrieseas, comme par exemple Vriesea poelmanii, sont cultivées en tant que plante fleurie ou plante d’intérieur, à la floraison longue et originale. Elles sont faciles à maintenir en culture.

Description générale des Vriesea

Les plantes du genre Vriesea forment une rosette régulière et dense de feuilles, généralement en forme de gouttière. Elles sont le plus souvent extrêmement graphiques et décoratives, leur épiderme peut être vert tendre, comme chez les vrieseas horticoles (non panachés), ou bien très colorées comme Vriesea splendens aux feuilles striées de rouge sombre, ou Vriesea fenestralis, vert vif ligné de jaune. Parfois, l’épiderme semble plus coriace et de couleur chocolat (Vriesea saundersii), ou grisâtre.

La taille est très variable en fonction de l’espèce, d’une dizaine de cm de haut (Vriesea delicatula) jusqu’à 5 m de hauteur en cours de floraison, pour la plus grande des Broméliacées, Vriesea impérialis, dont la rosette s’élargit sur 1 m 50.

La plupart des vrieseas développe un faible mais solide système racinaire servant à se fixer sur un support tandis que les feuilles absorbent l’eau et les nutriments.

Les vrieseas sont généralement monocarpiques : elles développent leur rosette principale durant quelques années jusqu’à ce qu’elle produise une hampe florale. L’inflorescence, superbe et surprenante, dure de longs mois. Ses bractées sont habituellement très colorées, comprimées en une lame épaisse et cireuse : de jaune à rouge pour les formes horticole, rouge vif pour Vriesea splendens…Après la floraison, la plante principale meurt, mais elle a alors produit quelques rejets.

Où vivent les Vrieseas ?

Les vrieseas montrent une écologie intéressante et une adaptation poussée afin de s’adapter à leur milieu de vie.   De nombreuses espèces ont mis au point des relations interspécifiques complexes. Les Vrieseas sont pour la plupart des espèces épiphytes ou lithophytes, quelques-uns sont terrestres. Les espèces lithophytes sont des plantes qui croissent dans les fissures des roches, généralement accrochées à des falaises. Quelques Vrieseas croissent également en prairie d’altitude.

Les espèces épiphytes sont les plus nombreuses, elles se développent sur les branches ou les troncs d’arbre dans les forêts chaudes et humides, sans pour autant être parasites. Dans cet univers forestier très concurrentiel, les vrieseas s’abreuvent de l’eau de pluie récoltée dans leurs feuilles et se nourrissent de la matière organique qui ruissèle avec la pluie ou qui se retrouve dans leurs réservoirs d’eau, à la base des feuilles. D’ailleurs, ces fameuses poches d’eau sont de véritables microniches écologiques, permettant la vie de diverses formes animales, des insectes, mais aussi de petites grenouilles, par exemple. Les rainettes Scinax vivent et se reproduisent dans les feuilles du Vriesea bituminosa. La vriesea, quant à elle, s’est adaptée pour être capable de se nourrir des excréments de ces êtres vivants.

Cultiver le genre Vriesea

Les espèces épiphytes, en variété horticole, sont les plus courantes. Peu racinées, elles sont cultivées dans un mélange drainant à tendance acide à neutre (terreau + sable). Les arrosages à l’eau douce se font par le dessus de la rosette tandis que le sol n’est légèrement arrosé que lorsqu’il est sec. Ces espèces, en intérieur, se contentent d’une lumière tamisée. Elles sont maintenues entre 15 et 25 °C, dans une atmosphère relativement humide.

Pourquoi mon feuillage noircit-il ?

Votre plante a froid, placez-la dans un local ayant une température comprise entre 18 et 25°C toute l'année, et avec suffisamment de lumière.

Pourquoi mon feuillage pâlit-il ?

Votre plante manque de lumière. Remédiez à cela en la plaçant plus près d'une fenêtre par exemple.

Pourquoi mon feuillage sèche-t-il ?

Votre plante manque d'eau et d'humidité. Brumisez et arrosez régulièrement.

Un truc

Pour favoriser la floraison, déposez un quartier de pomme à la base de votre Broméliacée.

Espèces et variétés de Vriesea

Environ 280 espèces dans ce genre et plus d’un siècle d’hybridation
Vriesea splendens, la vriesea remarquable
Vriesea forsteriana, au feuillage sombre
Vriesea carianta, la vriesea pinces de homard
Vriesea poelmanii, lignée horticole très répandue

Nos fiches
Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le retour du printemps pour notre plante exotique Le retour du printemps pour notre plante exotique

Cet article fait suite à la fiche Protéger efficacement une plante exotique en hiver ou nous avions pris comme exemple la protection d'un jeune bananier, que nous retrouvons ici... Au début du...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire