Broméliacées / Bromeliaceae

Vase d'argent, Aechmea fasciata
Vase d'argent, Aechmea fasciata

La famille des Broméliacées est un groupe de plantes néo-tropicales, très évoluées et d’une grande diversité, un superbe exemple d’adaptation écologique. Malheureusement leurs distributions souvent localisées les rendent fragiles du point de vue de la conservation des espèces. 

Les plantes populaires : l'ananas comestible (Ananas comosa), tillandsia (Tillandsia usneoides ou cheveux d'ange), Billbergia nutans, une plante d'appartement

Les Bromeliaceae ou la famille des Broméliacées regroupe des plantes très typiques et isolées au sein des monocotylédones, donc incluses dans leur propre ordre, les Broméliales. Très évoluées et très diversifiées, une grande partie des Broméliacées sont des plantes herbacées épiphytes, cependant certaines sont encore terrestres, parfois de véritables arbustes comme les Puya, capables de faire 3 m de hauteur. Elles ont colonisé un grand nombre de niches écologiques étroites aux conditions difficiles, créant même parfois tout un microcosme dont dépendent certaines espèces animales. Jolies et fascinantes, certaines broméliacées sont cultivées comme plantes d’appartement ou plante de collection, mais un grand nombre (plus de 40 % des espèces) sont en danger d’extinction par amenuisement de leur milieu de vie, notamment les forêts tropicales.

Place de la famille parmi les autres

Bien que monocotylédones, les broméliacées sont isolées, probablement séparées des Poales vers -300 millions d’années, mais leur grande diversité ne s’est épanouie que vers la fin du Crétacé ou même après. Ce sont des plantes très évoluées.

Distribution

Les Broméliacées sont principalement distribuées en Amérique tropicale et subtropicale. Elles se rencontrent à partir des États-Unis dans les états de la Virginie, du Texas et en Californie jusqu’au nord de la Patagonie en Argentine.  Elles sont présentes dans une grande diversité de milieu écologique : milieu de vie très humide, voire inondable de façon saisonnière à très sec, terrestres à épiphytes, de 0 à 4000 m d’altitude, en pleine lumière ou en ombre profonde.

De nombreuses broméliacées sont si spécialisées qu’elle ne dispose que d’une distribution très réduite, particulièrement endémique et fragile.

Leur berceau se situe en Guyane, puis elles ont probablement rayonné à partir de là.

À noter que du fossile de Broméliacées se trouve en Europe datant du Miocène, et qu’une unique espèce est Africaine, issue d’une grande migration tardive : Pitcairnia felicinia

Caractères généraux des Bromeliaceae 

Ce sont des plantes vivaces herbacées pour la plupart ou arbustives comme les Deuterocohnia, à la tige courte et aux feuilles allongées et sans pétioles, rigides, voire épineuses, dont la base est souvent colorée et engainante, elles sont disposées en rosette. Épiphytes ou lithophytes, de nombreux genres se sont adaptés à des conditions xérophytes.

Elles sont caractéristiques notamment au niveau de l’évolution de leurs racines, et dans des adaptations particulières pour supporter la sécheresse : au lieu de développer un système racinaire dans le sol sous la plante comme la majorité des végétaux, ces racines servent davantage à s’accrocher voire, disparaissent.

Différents modes de vie sont apparus : l’ananas ou les Puya sont restés terrestres, mais parmi les épiphytes, certaines Broméliacées font des réserves d’eau dans le fond de leurs rosettes foliaires, puis y développent des racines adventives absorbantes, ou des poils spécialisés dans l’absorption de l’eau. Ces réservoirs d’eau parfois très importants (de plusieurs litres) sont riches de faunes et de flores, et sont même l’unique lieu de reproduction de quelques batraciens.

D’autres, plus xérophytes, comme les Tillandsias au sens large, n’ont des racines qu’au stade juvénile, puis absorbe l’eau présente dans l’atmosphère, se protégeant de l’évapotranspiration par leurs écailles qui s’ouvrent et se rabattent. Certaines disposent du même métabolisme que les Crassulacées.

Les inflorescences des Broméliacées sont en épis apicaux, chez nombre d’entre elles, cette floraison est unique et marque la mort de la rosette principale, remplacée par des rosettes de plantes adjacentes. Les fleurs sont disposées en racème, épi, ou panicule. Les fleurs montrent des segments par multiples de 3 : 3 sépales, une corolle à 3 pétales souvent très colorée, parfois irrégulière (Pitcairnia), 6 étamines, ovaire infère ou supère à 3 carpelles.

Elles sont fécondées souvent par les insectes, les colibris, ou plus rarement par le vent. Leur pollinisation peut nécessiter d’être croisée ou non, parfois un mixte des 2. Le fruit est une baie ou une capsule. Dans le cas de l’ananas, toutes les baies se soudent entre elles pour nous offrir le fruit que l’on connaît.   Les graines sont souvent dispersées par le vent ou les animaux dans le cas des baies.

Les Broméliacées participent souvent à des associations complexes végétales et animales, par exemple avec les batraciens ou avec leur support (arbres tropicaux ou cactus).

Les plantes appartenant à la famille des Broméliacées

Les Broméliacées représentent 2500 à 3000 espèces réparties en 58 genres

Elles sont généralement divisées en 3 sous-familles :

  • les Bromelioideae, contenant environ 860 espèces en 32 genres, épiphytes ou terrestres. Leurs fruits sont des baies et ils font des réserves d’eau dans leurs feuilles. Ex Ananas comosa, le genre Aeachmea, Billebergia, souvent cultivés comme plante décorative d’intérieur.

  • les Pitcairnioideae, contenant environ 1000 espèces en 16 genres. Elles sont considérées comme les plus anciennes, les moins évoluées des Broméliacées, presque toutes terrestres, issues de régions arides ou montagneuses. Ils comprennent les Bromeliacées en tapis, coussin, ou en arbre, comme le genre Pitcairnia (330 espèces), Puya (200 espèces, Deuterocohnia, Hechtia [50 espèces]… Certaines présentent une forme qui n’est pas sans rappeler celle des Lobélias géants africains, mais le plus souvent elles ont des feuilles épineuses et ressemblent un peu aux agaves.

  • les Tillandsioideae, contenant environ 1300 espèces en 9 à 12 genres. Elles sont toutes des plantes épiphytes ou lithophytes, parfois très xérophytes, qui absorbent l’humidité de l’air grâce à leurs trichômes, des poils transformés en écailles nacrées qui couvrent leur épiderme. Ces espèces ont le plus souvent des feuilles dépourvues d’épine, à marge lisse, et produisent des fleurs colorées et parfumées. Ex Tillandsia, les filles de l’air [T. tricolor , T. ionantha,  T .cyanea], Catopsis, Guzmania...

Utilisation des Broméliacées

  • L’ananas, Ananas comosa, est un fruit économiquement important, puisqu’on en produit environ 27 millions de tonnes par an, principalement au Costa Rica, Philippines, Brésil et Thaïlande... sa culture est très industrialisée.

  • De nombreuses Broméliacées sont cultivées en tant que plante fleurie ou d’appartement [Dyckia, Hechtia, Pitcairnia et Puya)  avec une certaine importance horticole, mais aussi plus ponctuellement par des passionnés, tels les tillandsias xérophytes.

  • Au jardin, les broméliacées se montrent peu rustiques, sauf quelques espèces qui peuvent être tentées :

  • Tillandsia aeranthos, T. bergeri, T. usneoides, un peu plus rustiques, supportent quelques degrés sous zéro et Fascilcularia discolor, originaire du Chili est sans doute l’espèce la plus rustique et peut être cultivée en pleine terre au jardin en zone 7  [-12 °C] ; elle s’est parfois naturalisée en France et en Grande-Bretagne.

  • Bromelia antiacantha montre des propriétés médicinales

  • Plusieurs espèces à longues feuilles, comme l’ananas, sont aussi utilisée en tant que fibre végétale.

Nos fiches de culture

Aechmea

Ananas

Billbergia

Deuterocohnia

Dyckia

Guzmania

Hechtia

Neoregelia

Pitcairnia

Tillandsia

Tillandsia

Vriesea

Lire aussi
Les broméliacées Les broméliacées

Les broméliacées sont de plus en plus présent dans les jardineries ou elles attirent nos regards par la texture de leurs feuillages, souvent brillants, unis ou tachetés, mais surtout par leurs...

Petits conifères bleus - Portrait de famille Petits conifères bleus - Portrait de famille

Il existe une quantité impressionnante de cultivars de conifères à feuillage plus ou moins bleuté. Voici une sélection des meilleures formes qui sont proposées par les pépiniéristes. Les cèdres...

Les géraniums vivaces, portrait de famille Les géraniums vivaces, portrait de famille

Les géraniums vivaces forment une vaste famille, petit tour d'horizon par thémes. Les plus opulents Geranium x cantabrigiense. Hybride de Geranium macrorrhizum x Geranium dalmaticum, obtenu en 1974...

Camélia: portrait de famille Camélia: portrait de famille

Achetez votre camélia en fleurs pour choisir les plus belles fleurs. Renseignez-vous sur ses caractéristiques en gardant à l’esprit l’utilisation que vous voulez en faire. Il y a une...

Vos commentairesAjouter un commentaire