Aider ou ne pas aider un oisillon tombé du nid ?

Un nid d'hirondelle et ses oisillons
Un nid d'hirondelle et ses oisillons

Le triste spectacle d'un oisillon tombé au sol n'est pas rare durant la belle saison correspondant à la période de nidification. Comment réagir ? Faut-il l'aider ou laisser faire la nature qui est parfois cruelle pour certains ?

À savoir avant d'agir

Certaines espèces d'oiseaux comme le sansonnet ou le merle noir ont des oisillons qui tombent fréquemment du nid. Ceci fait partie de leur cycle écologique. Ne nous fions pas aux apparences : l'oisillon n'est pas forcément abandonné, ni livré à lui-même. Souvent, il pousse de petites stridulations pour appeler ses parents qui continuent alors à les nourrir au sol.

La loi protège les oiseaux et pas seulement les espèces menacées, en effet, il est interdit de toucher, de déplacer ou de prélever un oiseau ou des œufs. La logique voudrait donc que l'on laisse l'oisillon en place.

Cas particuliers

Si l'oiseau est en danger réel, par exemple sur une propriété survolée par des rapaces ou très visitée par des chats, une réflexion doit être mise en place en toute conscience. Vaut-il mieux laisser faire la nature et ne pas déplacer l'oisillon qui sera peut-être nourri par ses parents ou le recueillir ?

Sachez qu'un oisillon aura de toutes façons aura peu de chance de survivre chez vous à moins de recevoir des soins très adaptés, surtout s'il est très jeune ou blessé.

S'il est au sol à cause d'un choc, par exemple avec une baie vitrée, comme cela arrive bien trop souvent, l'oiseau est souvent victime de lésions internes parfois très graves et son pronostic de vie sera amoindri.

Regardez l'oisillon de plus près, s'il semble bien se porter, vous aurez alors une chance de le sauver. S'il est amorphe et a les yeux clos, c'est mauvais signe !

Dans le cas d'une aile ou d'une patte cassée, l'oisillon n'aura aucune chance de survie sans aide. Vous pourrez alors l’accueillir et lui offrir les premiers soins avant de contacter un centre affilié dont vous trouverez la liste sur internet.

Comment accueillir un oisillon tombé du nid

Préparez une boite en carton (type boite à chaussure) en plaçant du papier journal en son fond et en perçant des trous sur le côté de la boite pour que l'animal puisse respirer.

Évitez de confectionner un nid en coton, car parfois celui-ci s'enroule autour des pattes.  Préférez à la limite un peu de foin, mais pas de paille car ses brins sont trop durs et risqueraient de blesser votre petit protégé. Essayer ensuite de lui faire boire un peu d'eau en la posant doucement sur le bout de son bec et proposez-lui des petits vers, insectes, ou fruits s'il est en âge de les accepter. Dans l'urgence et si l'oisillon est tout petit, une pâtée pour chat de qualité enrichie d'un jaune d’œuf pourra faire l'affaire pour requinquer l'oisillon. Nourrissez-le par très petites quantités toute les heures avant de le remettre à un centre spécialisé qui saura s'en occuper au mieux et le remettre ensuite en liberté dans de bonnes conditions.

Lire aussi
Aider les abeilles sauvages Aider les abeilles sauvages

Les abeilles sauvages bien moins connues que nos abeilles domestiques, n'en abattent pas moins un travail considérable concernant la pollinisation. Fragilisées par les activités humaines, elles se...

Aider les animaux auxiliaires du jardinier à passer l'hiver Aider les animaux auxiliaires du jardinier à passer l'hiver

L'hiver est une période difficile pour tout le monde y compris pour les animaux du jardin soumis aux conditions climatiques parfois rudes. Les auxiliaires, indispensables à l'équilibre du jardin...

10 arbustes mellifères pour aider les abeilles 10 arbustes mellifères pour aider les abeilles

Les abeilles effectuent un travail de pollinisation hors pair et ont besoin de se nourrir durant toute la belle saison puis de créer des réserves pour subsister l'hiver. Aidez-les en plantant des...

La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Régine (Nord)
    J'ai aussi eu a recueillir des oisillons de merle tombés du nid au jardin et risquant d'être mangé par des chats du voisinage et le nôtre. J'avais une belle grande cage au garage apte a les recueillir et ne servant plus depuis longtemps. J'ai mis les oisillons dedans mais impossible de leur faire avaler insectes ou vers, de plus les parents surveillaient depuis un arbre leurs rejetons et piaillaient, j'ai donc opté pour mettre la cage sur le rebord de la fenêtre a l'étage, attachée pour ne pas quelle risque d'être bousculée par un chat téméraire et de basculer dans le vide, de plus nous travaillions et les enfants a l'école, pas de surveillance. Le jour la cage était ouverte et nous avons vu que les parents venaient et entraient les nourrir, au début au bord de la porte puis parfois dedans, le soir quand nous étions rentrés que tout était devenu calme et la nuit tombée, nous rentions la cage et la fermions, le matin dès le lever du soleil, les parents piaillaient dehors, nous sortions la cage et même cinéma, cela a duré jusqu'à que chaque oisillons se sente près a prendre son envol le temps de 2 ou 3 jours puis ce fut le vide sauf leur présence dans le jardin régulièrement et même s'approchant de nous, même les années suivantes nous savions si c'était "les nôtres" et pas les autres de passage, ils n'étaient pas du tout effarouchés même s'approchant, il ne faut pas croire que les oiseaux n'ont pas de mémoire surtout envers ceux qui leur font du bien.
    Répondre à Régine
    Le 12/08/2017 à 11:46
  • Papik (Parisienne)
    Dans les années 80, habitant tout près d'un parc, mes trois enfants, ma femme et moi avons, grâce aux voisins, régulièrement récupéré des oisillons tombés du nid. Bien que nous ayons deux chats, je ne me souviens pas qu'un d'entre eux n'ai pas eu accès à la liberté après quelques semaine. Même si cela n'a pas été toujours facile : Une pie avait pris l'habitude de jouer avec les chats. Difficile de la relâcher dans le parc où les chats ne la connaissait pas. Nous l'avons donc envoyée à la campagne... Mais le plus sensationnel a été un petit merle. Dès que nous l'avons recueilli, tout le monde nous a dit qu'il n'était pas possible de le sauver. En effet, difficile de trouver des vers en région parisienne. Alors nous avons opté pour de la viande hachée roulée dans du sable pas trop fin. Et ça a marché... Dès qu'il a pu voler, il a repéré le réfrigérateur où sa viande était entreposée. Et ouvrir ce frigo impliquait, immédiatement, la présence du merle à l'intérieur... Le jour où nous avons décidé de le relâcher, mon fils était présent, en larmes. Le petit merle s'est envolé. Mais avant de disparaitre, il revenu vers nous, et s'est réfugié dans le blouson de mon fils. Impossible de s'en séparer. Heureusement un ami journaliste connaissait le professeur Rémy Chauvin. Et ce dernier a accepté de récupérer notre petit merle. Fort de notre exploit, dans les années qui ont suivi, on nous a confié une oie, une tortue, un furet...
    Répondre à Papik
    Le 08/08/2017 à 14:01
    Marie75013 (PARIS)
    Merci Papik pour votre charmant témoignage qui m'a beaucoup émue. Effectivement et ce, grâce à votre obstination, il s'agit là d'une belle histoire : telle que votre petit protégé revenant se réfugier dans le blouson de votre fils. Excellente journée !
    Répondre à Marie75013
    Le 29/08/2017 à 10:29
    Lacarne74190 (Haute-Savoie)
    Merci pour votre témoignage que je trouve très touchant (le merle qui revient se réfugier dans le blouson de votre fils...).
    Répondre à Lacarne74190
    Le 08/08/2017 à 18:28