Les animaux recycleurs

Les animaux recycleurs
Les animaux recycleurs

Certains animaux sont les alliés discrets de nos jardins. Généralement de très petites tailles voire parfois microscopiques ils abattent cependant une somme de travail énorme dans la fragmentation de tous les détritus augmentant ainsi la capacité des déchets à se décomposer de façon naturelle. 

Cette décomposition résultant du passage des recycleurs va induire la formation de composés minéraux assimilables par les végétaux. Certains sont nécrophages et débarrassent le sols des cadavres, d’autres sont saprophage ou détritivores et se nourrissent des débris végétaux ou animaux, enfin certains sont coprophage c'est-à-dire qu’ils mangent les excréments. Petit tour d’horizons de ces bestioles bien utiles.

Parmi les plus gros on trouve le cloporte qui vit dans des endroits sombres et humides, sous les pierres,  les vieilles souches d’arbres, ou sous les feuilles qu’il colonise. Ce crustacé terrestre se nourrit de feuilles mortes et de bois pourri accélérant ainsi leur décomposition.

Autre grand classique du recyclage des sols : les vers de terre que l’on peut différencier en deux groupes. Les vers de surface très nombreux (Enchytréïdes) qui participent à la dégradation de la litière et les lombric qui s’occupent de la profondeur. Leur action, permet un enrichissement considérable du sol en minéraux tels que le calcium, le potassium, et le phosphore. Le taux d’azote est aussi augmenté de manière spectaculaire après leur passage.Ils préfèrent les sols limoneux et argileux très riches, mais on peut les trouver dans le fumier et les tas de feuilles en décomposition.

Gros mangeurs, les lombrics ou vers laboureurs peuvent consommer le tiers de leur poids. Ils se nourrissent aussi de petits organismes vivants comme les champignons les nématodes et autres protozoaires, de débris végétaux, de matières organique… L’action des lombrics dans le sol permet une aération du sol qui favorise l’enracinement des plantes et le développement de nombreux micro-organismes.

De leur côté les vers du fumier ou vers du compost participent au lombricompostage ou vermicompostage c'est-à-dire la production de compost à partir des restes végétaux culinaires ou de tontes de gazon et autre désherbage.

On doit favoriser leur installation au jardin en limitant le travail du sol en profondeur, en pratiquant la rotation des cultures et la jachère.

Autre acteur du recyclage : le mille-pattes qui apprécie les sols contenant des débris végétaux mal décomposés et les fragmente pour s’en nourrir.

Dans le monde du quasi invisible à l’œil nu on rencontre, les collemboles et les acariens petits être fondamentaux à l’écosystème. Saprophages, ils se nourrissent de débris végétaux et animaux. Les collemboles sont aussi amateurs d’excréments et de mycélium de champignons qu’ils micro fragmentent.

Les bactéries exécutent elles aussi un énorme travail. Elles sont très nombreuses, à 50 cm de profondeur on en trouve jusqu'à 200 000 par gramme de terre ! Aérobies, elles ont besoin d’air et d’humidité constante pour être actives et brasser les éléments en décomposition.

Lire aussi
Les animaux nuisibles Les animaux nuisibles

Quelques explications concernant la classification française d'animaux en espèces nuisibles. Une liste d’animaux classés nuisibles permet chaque année la destruction d’espèces...

Observer les animaux de son jardin Observer les animaux de son jardin

Dans les jardins cohabitent des dizaines, des centaines, voir des milliers d’espèces animales différentes. Conserver et comprendre l’intérêt de cette biodiversité n’est pas...

Les outils et produits dangereux pour les animaux domestiques Les outils et produits dangereux pour les animaux domestiques

Les animaux domestiques sont bien trop souvent victimes d'empoisonnements ou de blessures plus ou moins graves causés par la manutention d'objets ou de produits dangereux pour eux. Sachant qu'il...

De l'importance des petits animaux du jardin De l'importance des petits animaux du jardin

L’importance de protéger les animaux qui vivent dans notre jardin n’est plus à prouver. En effet, le jardin sert de refuge à une faune sauvage d’autant plus variée que les...

Vos commentairesAjouter un commentaire