Comment économiser l'eau et limiter l'arrosage ?

L'eau devient rare et en conséquence devient plus chère alors économisons-la. Quelques conseils pour la préserver.

Arrosage automatique d'un massif
Arrosage automatique d'un massif

Limitez au maximum les pertes d’eau par évapotranspiration grâce au paillage, ou aux semis d’engrais verts (vous favorisez également le phénomène de rosée), ces pratiques augmentent la capacité d’absorption du sol lors des fortes pluies et évitent la pousse des “mauvaises herbes” qui entrent en concurrence pour l’eau avec vos plantes cultivées.

Veillez à ce que votre sol ait un bon taux d’argile et d’humus en faisant des apports réguliers de compost, vous optimiserez ainsi sa capacité de stockage d’eau et d’éléments nutritifs. L’utilisation du stimulateur racinaire développe la zone de prospection des racines dans le sol et permet ainsi aux végétaux de mieux résister aux périodes de stress hydrique.

Préférez les arrosages enterrés, les systèmes en goutte à goutte localisés au pied des plantes ou encore les tuyaux microporeux pour ne pas mouiller le feuillage et risquer de favoriser des maladies cryptogamiques.

Choisissez des végétaux adaptés aux conditions climatiques et notamment aux périodes de sécheresse si elles sont courantes dans votre région, ayez toujours à l’esprit de ne pas aller contre la nature.

Quelques exemples de végétaux en fonction de leurs besoins en eau

Légumes ne demandant pratiquement pas d’arrosage : ail, oignon, échalote, pomme de terre, asperge, artichaut.

Légumes demandant beaucoup d’eau : les cucurbitacées, les salades, les tomates, les choux.

Arbres très exigeants en eau : les saules, l’aulne, le peuplier, le frêne (ils constituent une véritable pompe pour drainer votre sol ; en été, un seul de ces arbres peut prélever plusieurs centaines de lires par jour).

Plantes relativement peu exigeantes en eau : l’ajonc, la lavande, le romarin, la fétuque, l’arbousier, le genêt, le tamaris, le buis, la joubarbe, les euphorbes, les sedums et en règle générale les plantes de rocailles, les plantes aromatiques, les graminées ornementales, les conifères.

Quelle eau choisir ?

Dans la mesure du possible n’utilisez pas l’eau du robinet : elle est froide, chlorée et elle coûte de plus en plus chère !

Préférez l’eau de pluie : de nombreux modèles de récupérateurs d’eau de pluie et de citernes sont disponibles en magasin, il ne faut pas hésiter à choisir une grande capacité de stockage : l’investissement sera vite rentabilisé.

Le saviez-vous ?

1 m2 de toiture permet de récupérer environ 600 litres d’eau en une année (suivant les régions).

Lire aussi
Comment limiter la prédation du chat ? Comment limiter la prédation du chat ?

Un matou, même bien grassouillet, peut se laisser aller à quelques actes de prédation sur la faune du jardin. Rongeurs, reptiles, batraciens, et bien sûr oiseaux, sont des proies de[...]

Comment choisir son tuyau d'arrosage ? Comment choisir son tuyau d'arrosage ?

Élément essentiel au jardin ou sur une terrasse, le tuyau d'arrosage permet une irrigation facilitée des végétaux cultivés. De nombreuses références existent sur le marché, ne vous laissez pas...

Limiter la prolifération des moustiques Limiter la prolifération des moustiques

Pour éviter la prolifération de larves de moustiques dans le réservoir contenant l'eau d'arrosage, mettez y un poisson rouge ou deux. Très efficace ! Attention, l'hiver, l'eau gèle et les[...]

Les programmateurs d'arrosage enterré Les programmateurs d'arrosage enterré

L'utilisation d'un programmateur d'arrosage automatique enterré permet de maîtriser le temps d'arrosage au moment de la journée le plus opportun. 

Vos commentairesAjouter un commentaire