Comment fertiliser les tomates avec de l'engrais naturel ?

La tomate a de gros besoins en fertilisants. Mais si la tomate maison est meilleure que celle achetée, en dehors du choix des variétés, c’est bien parce qu’elle profite d’engrais naturel, et non pas d’engrais chimique. Voici comment fertiliser ses plants de tomates en pot ou en pleine terre.

Comment fertiliser les tomates avec de l'engrais naturel ?
Comment fertiliser les tomates avec de l'engrais naturel ?

Dans la production intensive, le tomatier est bien sûr nourri d’engrais chimiques et nécessite de copieux apports d’azote d’abord, puis de phosphore et du potassium ensuite, pendant la saison des fleurs et des fruits. Mais nous ne faisons pas des tomates à la maison pour retrouver ce goût insipide de fruits trop vite poussés. Au contraire, nous voulons le vrai goût de la tomate qui nous fait saliver d’envie devant un simple plat de tomates mozzarella !

Mais que ce soit dans le jardin ou en pot sur le balcon, pour que le tomatier produise plusieurs tomates excellentes, il doit tout de même être fertilisé : avec de l’engrais naturel.

Pourquoi la tomate est-elle gourmande ?

Pour que la tomate vous fasse des fruits abondants et juteux, il lui faut de la matière organique qu’elle absorbe dans le sol pour la transformer, ainsi que de l’eau, puisque ses fruits sont très juteux. Donc pas de bonne récolte sans apports nutritifs et sans arrosages réguliers. Et même, pas de nouvelles récoltes optimisées sans un renouvellement de la terre :

En effet, les tomates sont produites, cueillies, puis exportées hors de la surface de culture (soit jusqu’à votre assiette). Tous les éléments utilisés par la plante pour sa fabrication sont donc « perdus » pour le sol : il est usé pour la culture de la tomate, notamment pour les oligo-éléments.

Tomates en pot : il faudra changer complètement la terre utilisée d’une année sur l’autre. Cette terre peut éventuellement être réenrichie et recyclée pour d’autres cultures en pot.

Tomate au potager : il faudra, dans la mesure du possible, faire une rotation des cultures, ne pas planter des tomates deux années de suite au même endroit dans le potager.

Exemple de rotation des cultures sur 3 ans :

  • 1er année : culture de tomates
  • 2e année : plutôt des légumes feuilles (salades, épinards, bettes, poireaux..)
  • 3e année : des légumineuses (pois, haricots, fèves)
  • 4e année : culture de tomates

Préparation du sol : faire des apports et revitaliser la terre

La tomate aime un sol humifère, riche en humus, soit de la matière organique dégradée par les micro-organismes du sol et transformée entre autres en complexes argilo-humiques. Pour apporter cela, il faut 2 conditions :

  • 1/ apporter au sol de la matière organique : soit du compost, du fumier (poule, cheval, etc), des feuilles, etc

  • 2/ que la vie du sol soit en bonne santé, que les micro-organismes y soit abondants : aussi bien ceux qui sont responsables de la transformation de la matière organique en humus, mais aussi ceux qui optimiseront l’absorption des nutriments par la tomate, les organismes symbiotiques ou commensaux de la rhizosphère. Pour cela, il faut arrêter tout traitement phytosanitaire : engrais chimiques, fongicides et insecticides. Donc passer en culture biologique : ça tombe bien, puisqu’on fait de la tomate maison pour qu’elle ne soit pas traitée et qu’elle soit meilleure que celle qu’on achète.

L’amendement : apporter du fumier et du compost au potager :

  • du fumier pur et pas encore décomposé peut être déposé en surface sur le potager au début de l’hiver en couche assez fine (10 cm max). Ce fumier doit rester aéré, donc en surface, pour éviter la fermentation (peu propice aux bactéries de la rhizosphère). Les décomposeurs du sol le transformeront en compost au fil de l’hiver. Cela va entretenir et développer la microfaune du sol. Le fumier décomposé donne finalement du compost.
  • du compost peut être déposé en fin d’hiver, mais aussi à la plantation. Certaine entreprises de matériaux en vrac proposent des composts de très bonne qualité, cherchez autour de chez vous. Vous pouvez aussi utiliser du compost de votre propre composteur.

Cette terre enrichie sera travaillée, mélangée et assouplie avant la plantation.

À retenir

  • une matière organique non décomposée est déposée en surface
  • une matière organique décomposée peut être enfouie, sinon elle le sera petit à petit naturellement par les vers de terre.

Mettre de l’engrais vert

Mettre de l’engrais vert protège et enrichit la terre avec une culture intermédiaire.

Dès que le potager est vide de légumes, la terre gagne a être semées d’un engrais vert  durant l’automne et l’hiver : une Fabacée qui enrichit la terre en azote ou une autre plante, tel qu’une moutarde qu’on laisse place, mais qui sera retournée ou seulement fauchée au printemps. Les racines de ces plantes structurent la terre, créent un réseau qui empêche la terre de s’asphyxier avec trop de pluies hivernales et en même temps, entretiennent la flore du sol, celle qui sera utile ensuite à vos tomates.

Préparer éventuellement votre plant de tomate

Le plant de tomate acheté en jardinerie a été biberonné avec de l’engrais chimique (le plus souvent), et vit dans un pot minuscule. Il peut être rempoté dans un plus grand pot dans un mélange terreau/terre de jardin, + quelques granulés de fumier décomposé de poule (très pratique), disposés au fond du pot. Ça lui permettra développer plus de racines et de se sevrer de l’engrais chimique, tout en patientant après le bon moment pour la plantation.

Apport d’engrais naturel à la plantation

Faire un grand trou, et déposer au fond, du mélange de terre de jardin, terreau ou compost, + du fumier déjà décomposé (une poignée d’or brun, une poignée de granulés de fumier, ou votre propre fumier composté), arroser le fond avant de repiquer la tomate au-dessus puis arroser la surface.

Cette matière organique au fond va pousser la tomate à enfoncer ses racines et favoriser la rhizosphère. Cette tomate, aidée de champignons symbiotiques, bactéries lactiques et autres, sera plus résistante aux maladies, comme à la soif.

Durant l’été, le pied de tomates peut encore être davantage nourri de purin : ortie, consoude, ou infusion d’engrais organique une fois tous les 15 jours.

L’infusion d’engrais organique ou de fumier décomposé, c’est en mettre environ 100 g de fumier décomposé pour 10 litres à mariner dans un arrosoir pendant 24 h maximum, puis arroser avec. Cette eau où se sont diffusés des éléments nutritifs s’est colorée de jaune noirâtre. Au-delà de 24 heures, une fermentation se met en place, et ce n’est plus si intéressant.

Autres types d’apport de matière organique  : mulch et paillage en débris végétaux

Mulch : pailler autour de la tomate avec la tonte de pelouse (non traitée) à chaque fois que vous tondez : elle apporte de l’azote, et évite le dessèchement de la surface. La couche doit être assez fine (20 cm max et non tassée) pour éviter la fermentation. Ce mini paillage se dégrade très rapidement.

La terre peut être aussi ponctuellement mulchée avec de la consoude ou des orties.

Les tailles de haies passées au broyeur crée votre propre BRF (ou Bois Raméal Fragmenté) qui peut-être déposé en couche épaisse autour du plant de tomate. En se décomposant lentement ce paillage nourrit la terre. C’est une technique utilisée en permaculture. Si vous ne disposez pas assez de brf maison, renseignez-vous auprès des espaces verts de votre commune ou auprès d’entreprises d’élagage.

Pour les balcons et terrasses : Comment nourrir sa tomate en pot ?

  1. cultiver sa tomate dans un grand pot, au minimum de 5 litres, mais 10 litres ou davantage, c’est encore mieux. Il ne peut y avoir de belle récolte si la quantité de sol est insuffisante. De même, il vaut mieux planter 2 ou 3 plants dans un grand bac, plutôt que dans 3 pots individuels plus petits, ne serait que pour gérer l’arrosage (çà sèche plus vite dans un petit pot), empêcher la sécheresse ou la surchauffe, mais aussi pour que les racines puissent se développer.

  2. préparez un mélange terre de jardin/terreau ou que du terreau si vous n’avez pas de vraie terre à disposition. Choisissez un terreau de bonne qualité, bien décomposé, avec champignons symbiotiques et autres microbiotes, mais sans engrais minéral. En placer un peu au fond, y ajouter 3 ou 4 poignées de fumier décomposé, un fertilisant or brun ou de fumier de poule en granulé (çà ne sent rien) mélanger le fond, puis repiquer les tomates au-dessus.

  3. en cours d’été, alors que le substrat s’est tassé et laisse quelques centimètres disponibles en haut du pot, le remplir de nouveau avec du terreau mélangé d’un peu de fumier décomposé.

  4. tous les 15 jours arrosez avec un purin d’ortie, de consoude ou un autre engrais organique liquide (acheté liquide ou infusion maison de fertilisant organique solide) mais n’oubliez pas d’arroser aussi entre deux à l’eau ordinaire, dès que çà sèche en surface : la productivité de tomates en pot est aussi directement liée à un arrosage copieux et régulier.

Cette culture en pot réussit particulièrement bien avec les tomates cerises, qui sont très productives et donc vous apporteront beaucoup de satisfaction.

Lire aussi
Engrais naturel pour les orchidées Engrais naturel pour les orchidées

Un engrais naturel et pas cher pour vos plantes et fleurs d' intérieur. Il suffit de mettre de côté les coquilles d' œuf lorsque vous cuisinez. Ensuite, on introduit les[...]

Comment et quand donner de l'engrais aux cactus ? Comment et quand donner de l'engrais aux cactus ?

Cultivé en pot, le cactus doit être nourri. Fertiliser son cactus en engrais organique ou minéral est indispensable pour le faire fleurir et le voir grandir, mais pas toute l'année,[...]

Comment donner de l'engrais au géranium de balcon (pélargonium) ? Comment donner de l'engrais au géranium de balcon (pélargonium) ?

Quel engrais pour les géraniums de balcon et comment leur administrer ? Les pélargoniums sont gourmands et demandent à être régulièrement fertilisés pour fleurir abondamment les jardinières......

Préparer les cultures avec des engrais verts Préparer les cultures avec des engrais verts

Gérard BOURGES nous conseille sur la manière de préparer les cultures avec des engrais verts.

Vos commentairesAjouter un commentaire