Jean-Christophe Courte, assembleur de pixels et photographe amateur (suite)

Jean-Christophe Courte, assembleur de pixels et photographe amateur (suite)
Jean-Christophe Courte, assembleur de pixels et photographe amateur (suite)

Suite de notré échange avec Jean-Christophe COURTE, assembleur de pixels et photographe amateur

» Début de l'interview de Jean-Christophe COURTE

Quelle est votre plante préférée ?

Je n’en ai pas, ce serait trop réducteur. Certes, j’ai photographié des tonnes de lupins (merveilleuses petites tours d’habitations avec leurs balcons…!), de pivoines, d’iris, de physalis, d’hémérocalles, etc. Même un brin d’herbe avec un peu de rosée et une lumière adéquate peut donner lieu à une image intéressante. Je n’ai pas d’a priori… Dès que cela éveille mon sens graphique, cela m’intéresse…  J’ai eu également une période écorces d’arbres…

Mais attention, j’ai également fait des tombereaux de photos nullissimes que je conserve en souvenir… Je ne commence à faire des images acceptables que depuis peu…! Ou c’est moi qui devient tolérant…!

Et les petits animaux ?

Je me suis essayé à photographier des épeires, des abeilles. Mais aussi des oiseaux qui passent dans notre jardin… C’est clair, je ne suis pas très doué dès que cela bouge, j’y reviendrais.

Quels sont vos conseils pour photographier les plantes ?

MaïsPour commencer, se faire plaisir, s’amuser, ne pas se prendre au sérieux… ! Et ne surtout pas s'occuper du regard comme de l'opinion des autres (là, il faut vieillir un peu pour comprendre…!) et suivre ses émotions…

Sinon toute est dans notre propre capacité à regarder. Là où d’aucuns ne vont voir qu’une scène banale, je pense qu’il y a très souvent matière à s’émerveiller. Pour cela, il faut garder une très grande fraîcheur de regard, rester disponible, bouger et bouger encore, changer de point de vue, revenir sur ses pas, ne pas hésiter à revenir 10 fois au même endroit à des moments différents… La lumière change et sur une plage de temps de 5 minutes, on peut avoir matière à des images incroyables. Dans ces cas là, ne pas se poser trop de questions et cadrer comme si on assistait à un fait-divers… Ce qui est souvent le cas quand un gros nuage passe juste après…!

Un conseil moins banal est de pas s’essayer à utiliser toutes les optiques  dont on dispose lors d’une sortie…! Généralement je ne sors qu’avec une seule optique, point barre (sauf quand je visite une ville, là j’emporte également un grand angle). Ce que je veux dire par là est qu’il me semble plus intéressant — photographiquement comme émotionnellement — de travailler avec une seule combinaison optique toute une séance et d’en tirer le maximum plutôt que de piocher constamment dans son sac et de changer d’optique pour un oui ou pour un non…! Ensuite on va bien au delà de l’utilisation habituelle d’optique sélectionnée en s’essayant à des angles que l’on aurait traité avec un autre caillou. Cela nous oblige à ouvrir notre regard, à penser en 135 mm, en 180 mm ou en 35 mm… Autre avantage, on voyage plus léger…! Je tiens ce conseil de mon ami Volker Gilbert, l’auteur d’un excellent livre sur le format RAW. C’est aussi lui qui m’a conseillé de me lever très tôt pour bénéficier de la meilleure lumière.

Enfin, je ne suis pas fanatique des zooms. Je préfère mille fois utiliser une optique fixe qui m’oblige à bouger, à me déplacer, à chercher le bon cadrage, à changer d’angle, à reculer plutôt que de mitrailler une scène en jouant des capacités optiques du zoom à partir d’un seul point… Il y a une dernière raison à ce conseil. Comme je n’ai pas de vision stéréoscopique (je ne vois que d’un œil même si je peux choisir l’un ou l’autre…!), l’utilisation d’un zoom comme un 70-200 m’est difficile. Ceci explique aussi pourquoi je suis nul quand cela bouge devant moi…! À l’inverse d’un Thierry Seray quand il photographie dans des conditions de tempête des voiliers…

Enfin, ne pas oublier qu’avec le numérique, il y a une phase de post-traitement (mot compliqué pour simplement dire qu'avec un fichier enregistré au format RAW, il y a une seconde étape pour fabriquer son image) qui peut être particulièrement créative, souvent avec peu d'interventions d'ailleurs, du fait des ingrédients du départ (optique, sujet, etc.). C’est pourquoi je conseille temporairement d’oublier le JPG pour s’essayer au RAW.

Quel matériel utilisez-vous ?

Dans les années 90 en argentique, nous étions équipés en Nikon (F2, FM2) et j'utilisais également un fantastique Hasselblad (6 x 6) qui se transformait en un véritable boulet dès que l’on partait en voyage…! Un concept génial en studio, une qualité optique exceptionnelle mais qui nécessite des porteurs sur le terrain…! J'ai ensuite basculé sur Contax (RTS III) pour  son fabuleux 18 mm. Mauvais choix, Contax a raté son passage vers le numérique (il fallait acquérir de nouvelles optiques ad hoc) et a fermé boutique suite à cette incroyable bourde marketing…

C'est pourquoi la solution proposée par Kodak en 2004 était intéressante, un boîtier supportant des optiques argentiques Nikon (…ou Canon, car il y avait deux versions, DCS SLR/n et DCS SLR/c) pour commencer. Malheureusement Kodak a également échoué sur ce segment et cela c'est traduit par la fin de la commercialisation des DCS en janvier 2005… Je m’égare.

Bref, je me suis rééquipé au printemps 2005 en investissant a minima dans un Canon 350D (mon tout-en-plastique) et un simple 60 Macro, un couple performant, très léger, agréable à trimballer avec soi. Avec le rapport 1,5 du petit capteur, j’avais de facto un bon 100 mm macro…

Depuis deux ans, je suis passé au Canon 5D, plus lourd mais avec un capteur incroyable et, surtout, plein format. Enfin, je suis tombé raide dingue du 135 mm qui ouvre à 2.0 et qui a un piqué de folie, pratiquement à demeure sur ma boîte à pixels (Canon EF 135mm f/2L USM)… Certes, j’étais tenté également par le 85 mm mais très cher et, surtout, bien trop lourd (Canon EF 85mm f/1.2L II USM).

En effet, on l’oublie mais ce n’est pas le boîtier qui est la pièce la plus importante, mais l’optique. Ainsi le passage du 100 macro (le vrai, le Canon EF 100 mm f/2.8 USM) que je trouvais mou au Canon EF 135mm f/2L USM a été déterminant… J'ai également eu la chance de tester un 180 macro (Canon EF 180 mm f/3.5 L Macro USM) qui est carrément exceptionnel. L’équipe de Canon France m'a récemment prêté un 200 stabilisé utilisé pour les défilés de mode (Canon EF 200mm f/2.0 L IS USM)… Là encore, je me suis fait plaisir. Pour la photo d'architecture, j'utilise un 16-35 (Canon EF 16-35mm f/2.8L II USM)…

Enfin, comme j'enregistre mes images au format RAW, j'utilise pour finir Adobe Lightroom principalement ainsi que CaptureOne, le tout sur mon Macintosh. Le format RAW me permet de revenir sur les réglages, la colorimétrie, etc. Cela aussi a été un bond fantastique et me rappelle mes séances à la chambre noire du temps de l’argentique. Sauf qu’ici, je traite cela à l’écran. Mais avec autant de plaisir…

J’ai la chance d’avoir une boutique non loin de chez moi — ShopPhoto Versailles pour ne pas les nommer — avec une équipe compétente. Cela n’a pas de prix. C’est aussi chez eux que j’ai acquis mon pied photo avec la fabuleuse rotule Manfrotto 410 conseillé par Laurent Thion. Ou encore mon 135 mm.

Avez-vous un jardin ?

Oui. J’ai surtout la chance d’avoir une compagne qui connaît fort bien les plantes et qui a aménagé notre jardin. Béatrice est architecte et aurait du faire l’école du paysage en fait tant elle aime les jardins…! C’est elle qui m’indique le nom des végétaux que j’affiche sur l’écran car j’ai peu de connaissance en ce domaine…! C’est elle également qui organise lors de nos escapades en famille les visites de jardins remarquables…!

Aussi quand je bosse et que je perçois une lumière particulière, je descends de mon bureau et j’atterris dans le jardin pour capturer ces instants fugitifs. En ce moment ce sont les physalis qui se décomposent et vont se transformer en de véritables bijoux cuivre et or.

Merci JC

Lire aussi
Jean-Christophe Courte, assembleur de pixels et photographe amateur Jean-Christophe Courte, assembleur de pixels et photographe amateur

Jean-Christophe COURTE, assembleur de pixels et photographe amateur répond à nos question Photographe amateur, pouvez-vous vous présenter à nos jardinautes ? Je ne suis pas un "vrai" photographe...

John CLENNELL, photographe amateur et modérateur du forum (suite) John CLENNELL, photographe amateur et modérateur du forum (suite)

Suite de notre échange avec John CLENNEL membre modérateur du forum et photographe amateur » Début de l'interview de John CLENNELL La mouche revient régulièrement dans vos compositions, que...

John CLENNELL, photographe amateur et modérateur du forum John CLENNELL, photographe amateur et modérateur du forum

Echange avec John CLENNELL, photographe amateur et membre modérateur du forum Nombreux sont ceux qui vous connaissent sous le pseudo John sur le forum, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?...

L'élaboration de mon jardin au fil des saisons (suite) L'élaboration de mon jardin au fil des saisons (suite)

En juillet et août, des soins aux massifs Ces deux mois demandent beaucoup de soins : enlever les fleurs fanées régulièrement, arroser, mettre de l'engrais. En somme, il faut remercier les plantes...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Ivan Pastoukhov
    Encore merci d?écrire à mon sujet et avec une nostalgie de déjeuner avec toi et Raphael bientôt. Ivan
    Répondre à Ivan Pastoukhov
    Le 10/07/2012 à 10:42