Des plantes relais pour attirer les auxiliaires

Aphidius ervi pond ses oeufs dans le corps des pucerons et les larves y feront leur développement
Aphidius ervi pond ses oeufs dans le corps des pucerons et les larves y feront leur développement

Concept très intéressant dans la lutte biologique contre les parasites des cultures, les plantes relais sont une bonne alternative à l'emploi de pesticides chimiques dangereux pour la santé et l'environnement.

Qu'est-ce qu'une 'plante relais' ?

Une plante relais (ou plante banque) est une plante sur laquelle on place une colonie de parasites spécifiques non nuisibles pour notre culture mais qui permettra à des insectes auxiliaires de se développer. Elle est ensuite placée au cœur d'une culture maraîchère ou en plein champs. Les auxiliaires, souvent des hyménoptères parasitoïdes, plus rarement des syrphes, ou des coccinelles auront ainsi le temps de se reproduire et de se tourner vers les parasites attaquant la culture principale, la protégeant de manière naturelle et évitant ainsi l'emploi de pesticides.

La méthode des plantes relais est utilisée en agriculture bio notamment sous serre sur les cultures de cucurbitacées ou d'aubergines mais elle peut aussi être mise en œuvre en plein air sur les cultures de choux en tous genres, d'avoine, de blé, d'orge, de riz, de seigle ou de maïs.

Souvent la plante relais choisie fait partie de la famille des graminées (Poacées), végétaux connus pour leur facilité de culture et leur vigueur exceptionnelle.

Avantages des plantes relais

Nombreux sont les avantages à utiliser des plantes relais dans une exploitation ou même au niveau du particulier :

Les plantes relais permettent de lutter de manière biologique contre les parasites et limitent l'emploi de pesticides chimiques ;

Elles permettent de mieux gérer les populations d’auxiliaires et d'accroître la surveillance de la culture ;

Le coût de protection de la culture est bien plus réduit qu'avec l'emploi de produits phytosanitaires ;

L'environnement est préservé, les transferts de polluants vers les nappes phréatiques et vers l'atmosphère sont réduits.

Aucune consommation d'énergie fossile n'est nécessaire à la technique des plantes relais.

Les plantes relais attirent de nombreux auxiliaires, un écosystème équilibré se développe grâce à elles.

Elles pallient aux carences en auxiliaires de la culture, ce qui permet d'anticiper les attaques parasitaires et d'agir avant même que le mal ne soit fait.

Les parasitoïdes se multiplient sur les plantes relais, il est donc inutile d'en introduire en grandes quantités sur l'exploitation.

Auxiliaires favorisés par les plantes relais

Aphidius colemani Vierek est l'espèce la plus utilisée pour détecter les colonies de pucerons. Il est élevé sur le puceron des graminées nommé Rhopalosiphum padi qui se plaît sur le millet d'Inde comme plante relais.

Microplitis mediator et Diadegma fenestrale, deux petites guêpes, parasitent la noctuelle du choux et sont attirées par les bleuets et les plantes mellifères qui servent alors de plantes relais dans les cultures de choux en plein champ.

Lire aussi
Les purins de plantes ou extraits fermentés Les purins de plantes ou extraits fermentés

En jardinage bio, les purins de plantes autrement nommés « extraits fermentés » constituent des traitements préventifs et curatifs naturels et sans danger pour notre environnement. Comment les...

10 astuces pour éloigner les taupes 10 astuces pour éloigner les taupes

Les taupes sont de petits animaux bien sympathiques qui débarrassent le jardin de nombreux parasites comme les larves d'insectes ou les limaces. Mais parfois, elles deviennent gênantes à cause des...

10 astuces naturelles pour lutter contre les pucerons 10 astuces naturelles pour lutter contre les pucerons

Les pucerons viennent parfois s'installer en masse sur vos plantes au jardin ou sur le balcon. Il existe de nombreuses recettes 'maison' pour les éliminer sans faire appel aux pesticides toujours...

10 astuces naturelles pour éloigner les rongeurs 10 astuces naturelles pour éloigner les rongeurs

Les réactions face aux rongeurs oscillent entre le dégoût pour certains et l'attendrissement pour d'autres. Rats, souris, campagnols, loirs peuvent cependant causer des dégâts à la maison ou au...

Vos commentairesAjouter un commentaire