Les secrets de l'art topiaire du Manoir d'Eyrignac

Manoir d'Eyrignac, l'allée des charmes vous livre ses secrets ...
Manoir d'Eyrignac, l'allée des charmes vous livre ses secrets ...

Avec 300 sculptures végétales de buis, d’ifs, de lierres et de charmes, les 6 jardiniers permanents du Manoir d’Eyrignac sont fort occupés tout au long de l’année. Le travail de la taille est réalisé sans assistance mécanique, selon la méthode traditionnelle, à la cisaille à main et au cordeau. Ces orfèvres de la nature partagent ici leurs trucs et astuces pour pratiquer l’art topiaire dans votre jardin. Les jardiniers vous livrent leurs secrets !

Jardins du Manoir d'Eyrignac, l'allée des charmes et le pavillon Jardins du Manoir d'Eyrignac, Jardins du Manoir d'Eyrignac, la basse-cour Jardins du Manoir d'Eyrignac, la pépinière

L’art topiaire ou l’art de sculpter la matière végétale

Sculpter le végétal est l’une des tâches principales des 6 jardiniers d’Eyrignac, lesquels, à force de pratique, sont devenus au fil des années de vrais spécialistes de l’art topiaire, que l’on peut définir comme l’art de conduire la sève d’un végétal ligneux sempervirent ou herbacé, arbre ou arbuste, de manière à créer une forme particulière.[1]

Former le végétal est l’un des gestes les plus anciens réalisé par le jardinier. Depuis l’Antiquité romaine, le végétal est modelé par le jardinier, en boules, en pyramides, en cubes pour les formes les plus élémentaires. Ces volumes peuvent être combinés pour créer des topiaires complexes voire monumentales. Il existe 3 techniques de formation : la taille directe à l’aide d’un cordeau et d’un fil à plomb ou d’un gabarit ; le palissage par accolage des branches ; l’utilisation d’une armature métallique préformée, remplie de terre sur la base de laquelle poussent de jeunes plantes qui seront ensuite taillées.

L’art topiaire dans les jardins d’Eyrignac

Les jardins du Manoir d’Eyrignac ont la particularité d’être entretenus par une équipe attentionnée qui entretient les jardins autant que possible à la main dans le respect des usages traditionnels. L’intérêt principal de cette approche est de ne pas blesser le végétal, d’autant que certaines espèces sont parfois touchées par des maladies ou fragilisées par des nuisibles tel que la pyrale du buis. Au cours d’une année, ce ne sont pas moins de 4.000 m2 de topiaires et 10.000 m2 de lierres qui sont entretenus. En fonction des végétaux, le nombre de tailles annuelles varient : 4 à 5 pour les charmes, 2 pour les buis et les ifs.

Les bons outils

  • Pour une taille horizontale rectiligne, adoptez le piquet et le cordeau pour vous guider ;
  • Pour les verticales, utilisez le fils à plomb ;
  • Pour les tailles en hauteur, la sécurité avant tout : escabeau, échelle ou échafaudage stables ;
  • Ne négligez pas le port de gants pour éviter les ampoules.

Les commandements du bon jardinier

  1. Le plus important de tous : On ne le répètera jamais assez, il faut que les outils soient propres et désinfectés pour ne pas contaminer la plante ;
  2. Affutez vos cisailles régulièrement pour moins vous fatiguer et couper nettement ;
  3. Nettoyez régulièrement les lames avec de l’eau et un tampon abrasif et une petite goutte d’huile sur l’axe ;
  4. Adoptez une cisaille à main avec un long manche pour avoir plus de force ;
  5. Veillez à toujours tenir la lame du bon côté, car oui, il y a un sens. Pour le sécateur, la lame qui tranche doit être du côté de ce qui reste pour éviter un écrasement et garantir une coupe nette ;
  6. Adaptez le geste à la nature de l’arbre ou de l’arbuste :
    • Petit feuillage et buis : geste rapide
    • Grande feuilles (charmes, lauriers, …) : gestes plus lents mais toujours le poignet souple, le rythme régulier et la cisaille bien en main.

Pour bien former une haie ou un topiaire, il faut le faire dès la plantation du végétal. Ensuite il ne reste plus qu’à s’armer de patience et de constance.

Mais quelle forme donner à ma topiaire ?

Quant aux formes, tout un répertoire classique existe pour les topiaires géométriques. Le jardinier peut aussi donner libre cours à son imagination grâce à la taille libre : animaux, objets… Que vous vous orientiez vers une forme géométrique ou vers une forme figurative, Eyrignac peut être une source d’inspiration : topiaires taillés en boule, en cylindre, en pyramide, en plateaux, en spirales, petits ou grands, animaux de basse-cour sont autant de modèles pour les amateurs d’art topiaires. Vous pouvez également rencontrer les jardiniers d’Eyrignac à l’occasion des Rendez-Vous aux Jardins ou pendant les Journées du Patrimoine.

[1] Michel Conan, Dictionnaire historique de l’art des jardins, Paris, Hazan, 1997, « Topiaire », p. 229-230 et Marie-Hélène Bénetière, Jardin – Vocabulaire – typologique et technique, Monique Chatenet et Monique Mosser éds., Paris, Editions du Patrimoine, 2000, « Art topiaire », p. 366.

Lire aussi
L'art topiaire L'art topiaire

Carrés, boules, cônes, pyramides, animaux, la transformation du végétal en sculptures c’est ce que nous propose l’art topiaire ! Principe et origines Cet art consiste à donner aux...

Les Jardins du Manoir d'Eyrignac (24) Les Jardins du Manoir d'Eyrignac (24)

Sur les hauteurs du Périgord Noir, tel un écrin de verdure, les jardins d'Eyrignac renferment une collection unique de 300 sculptures végétales taillées à la main avec art et patience par les...

Les secrets d'un bon enracinement Les secrets d'un bon enracinement

Un bon enracinement est la base du bon épanouissement de vos plantes, il est donc primordial de ne pas le négliger !  Les radicelles : à quoi servent-t-elles ? Les radicelles, ce sont ces petites...

L'art topiaire L'art topiaire

Florian DUROUSSET de la pépinière BIO JARDINS nous explique ce qu'est l'art topiaire Topiarus, à l'origine désignait le jardinier en charge des sculptures végétales. C'est un art à part entière qui...

Vos commentairesAjouter un commentaire