Érable sycomore

Acer pseudoplatanus 'Brilliantissimun'

Botanique

Nom latin  : Acer pseudoplatanus
Famille  : Aceracées
Origine  : Europe, Asie
Période de floraison : mai
Couleur des fleurs  : verdâtre
Type de plante : arbre
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 20 à 30 m

Planter et cultiver

Rusticité  : très rustique, -28 °C
Exposition  : ensoleillé à mi-ombre
Type de sol : tolérant
Acidité du sol  : acide à moyennement basique
Humidité du sol  : normal à frais
Utilisation : en isolé, alignement coupe-vent, repeuplement forestier, bois d'œuvre
Plantation, rempotage : automne et printemps
Méthode de multiplication : semis, boutures

L’érable sycomore, Acer pseudoplatanus, est un grand arbre appartenant à la famille des Acéracées. Il est distribué largement en Europe ainsi qu’en Asie Mineure. C’est une espèce montagnarde de moyenne altitude ou de plaine si l’hiver est bien marqué.

L’érable sycomore est courant en France, particulièrement dans la moitié nord. On le rencontre dans les haies, bois, talus ou lisière forestière. Quelques cultivars sont plantés dans les jardins et il est aussi utilisé également en alignement comme brise-vent, de croissance rapide et efficace.

Description de l’érable sycomore

Acer pseudoplatanus est un grand arbre caduc au tronc droit et au large houppier arrondi. Il peut atteindre 20 à 30 m de hauteur avec une longévité de 500 ans.   Sa croissance juvénile est rapide, et il rejette de souche. L’érable sycomore a des feuilles et de jeunes rameaux opposés. Les feuilles sont grandes et palmées, divisées en 5 lobes, dentées. Il produit une ombre profonde.

L’arbre est monoïque et portent fleurs mâles et femelles. Elles s’épanouissent en mai, disposées en grappes terminales et pendantes. Ces fleurs sont mellifères. L’érable sycomore produit ensuite un grand nombre de graines ailées et soudées par paires. Après une ou deux stratifications froides naturelles apportées par l’hiver, un grand nombre de graines germent spontanément, ce qui rend cette espèce de multiplication un peu agressive.

Du fait de ces semis abondants et de sa croissance juvénile rapide, l’érable sycomore fait une excellente espèce pionnière, utile dans les premières phases de reboisement (naturelle ou voulue par l’homme) d’autant que son bois clair et dur est apprécié, car il se façonne facilement.

Quelques variétés d’érable sycomore

Acer pseudoplatanus ‘Atropurpureum’, Purpurascens’, et ‘Purpureum’, sont des variétés proches, voire des synonymes au feuillage sombre. De haute stature, ils arborent des feuilles vert sombre au revers pourpre.

Acer pseudoplatanus ‘Leoplodii’, montre un beau feuillage clair, irrégulièrement panaché de crème.

Acer pseudoplatanus ‘Brilantissimum’ : cet arbre est une petite merveille, limité à 7 m en tous sens et de croissance lente, ses jeunes feuilles développent un incroyable coloris corail, au point qu’il est surnommé érable crevette. Le feuillage devient ensuite vert crémeux en été puis jaune très pâle en automne.

Culture de l’érable sycomore

Acer pseudoplatanus est très tolérant pour le sol, il supporte tout sauf un sol sec. Il nécessite une exposition mi-ombre ou ensoleillée. Dans un jardin, il faut en prendre la mesure, avant de décider de le planter : sa croissance est rapide quand il est jeune, ce qui permet de profiter rapidement d’une ombre profonde, mais lorsqu’il se met à produire ses samares, il faudra arracher ensuite régulièrement tous les jeunes arbres qui germeront chez vous comme chez les voisins. De plus, ces jeunes arbres répriment la croissance des végétaux voisins. Néanmoins, c’est une espèce brise-vent qui supporte les sols pauvres et les expositions maritimes.

Les cultivars panachés sont peut-être plus appropriés en jardin, car plus petits et plus lents de croissance.

Il est implanté à partir d’arbre à racines nues de novembre à mars ou le reste de l’année à partir d’arbre en pot, et ne demande que peu de soins par la suite si ce n’est quelques arrosages en périodes sèches pour favoriser la reprise.

Multiplier l’érable sycomore

L’espèce type se multiplie toute seule par semis spontané. La qualité des variétés ornementales ne se retrouve que rarement dans la descendance. Ceux-ci doivent donc être multipliés par bouture ou greffe.

Les boutures à 3 nœuds sont faites à partir de bois jeune, en juin-juillet. Après avoir enlevé 80 % de la surface foliaire et écorcer à la base de la tige sur quelques millimètres, elles sont traitées à l’étouffée. Elles doivent rapidement produire une nouvelle croissance.

Les greffes connaissent un meilleur succès lorsqu’elles sont pratiquées en septembre.

Espèces et variétés de Acer

Le genre comprend environ 150 espèces

  • Acer palmatum, l’érable japonais le plus répandu
  • Acer platanoides, érable plane
  • Acer italicum, l’érable à feuilles d’obier
  • Acer griseum, au magnifique tronc
  • Acer campestre, érable champêtre
  • Acer capillipes, petite espèce avec une écorce en peau de serpent
  • Acer pseudoplatanus, érable sycomore
  • Acer rubrum, l’érable rouge
  • Acer shirasawanum, érable du Japon
Nos fiches
Lire aussi
Conseils pour choisir un érable du Japon sans maladie Conseils pour choisir un érable du Japon sans maladie

Les Acer palmatum ont tant d'attrait et de charme que nous cédons au coup de coeur et c'est bien légitime; mais voilà que la petite merveille va mal, tout le haut dépérit. La déception est énorme,...

Le rempotage de l'érable du Japon Le rempotage de l'érable du Japon

La croissance plutôt lente de l'érable du Japon permet de le cultiver en pot sans problème. Cependant au bout de quelques années, il aura besoin d'être rempoté dans de bonnes conditions pour...

Salade de lentilles aux pommes, à la vinaigrette au sirop d'érable Salade de lentilles aux pommes, à la vinaigrette au sirop d'érable

Rincez à l'eau froide les lentilles et les placer dans une casserole avec 3 fois leur volume d'eau froide, non salée. Portez l'eau à ébullition. Laissez cuire une vingtaine de minutes, à couvert....

Omelette sucrée, aux fruits et sirop d'érable Omelette sucrée, aux fruits et sirop d'érable

Lavez et coupez les fraises en deux. Coupez la banane en petits tronçons. Brisez les noix grossièrement. Battez les oeufs avec le sucre. Faites fondre une noisette de beurre dans une petite poêle....

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Ivrel (Auvergne)
    SVP, même si cet arbre est joli, pensez aux chevaux, n'en plantez pas. Les graines et les plantules disséminées par le vent renferment une toxine qui produit la myopathie atypique chez les équidés qui en ingèrent (même moins de 200 g). Cette maladie et mortelle et aucun traitement n'est disponible, les chevaux qui survivent sont peu nombreux. Vous trouverez des renseignements "officiels" ici -> http://www.haras-nationaux.fr/information/accueil-equipaedia/maladies/maladies-non-infectieuses/myopathie-atypique.html?L=0
    Répondre à Ivrel
    Le 08/11/2017 à 00:24