Chou Kale, Chou kalé, Chou frisé non pommé, Chou palmier

Le chou kale ou chou frisé est un légume ancien redécouvert, bien adapté à la cuisine nouvelle et aux nombreuses vertus. Ornemental et productif, il se cultive très facilement, car robuste et tolérant.

Chou Kale, Chou kalé, Chou frisé non pommé, Chou palmier, Brassica oleracea var. acephala

Botanique

N. scientifique Brassica oleracea var. acephala
Origine horticole
Floraison mai à août
Fleurs jaune
Typeplante potagère
Végétationbisannuelle
Feuillage persistant
Hauteur90 à 120 cm

Planter et cultiver

Rusticité rustique, jusqu'à -19 C
Exposition ensoleillée à mi-ombre
Solriche et frais
Acidité très acide à basique
Humidité normal à frais, surtout en hiver
Utilisationpotager
Plantationprintemps
Multiplicationsemis
Chou Kale, Chou kalé, Chou frisé non pommé, Chou palmier, Brassica oleracea var. acephala

Brassica oleracea var. Acephala, le chou kale, kalé, frisé (sous-entendu frisé non pommé) ou chou sans tête est une plante domestiquée issue du chou sauvage européen, Brassica oleracea. Il est bisannuel et appartient à la famille des Brassicacées. Le chou frisé est sans doute originaire d’Asie et de l’Est méditerranéen. Bien qu’il soit cultivé depuis 2500 ans, ce légume ancien, historique même, s’est vu remplacé au profit de variétés de chou mieux industrialisables.

Depuis une vingtaine d’années, ce légume oublié se redécouvre, grâce à la cuisine moderne ou asiatique, avec la permaculture, le besoin de mieux manger et le retour en force des potagers.

Et pour cause : il est beau, bon, fournit de la verdure en hiver et se cultive très simplement.

Description du chou kale

Le chou kalé, plus ou moins frisé d’ailleurs, est un chou à la forte tige et aux multiples feuilles bien séparées les unes des autres ; il ne pomme pas, mais peut produire une sorte de monticule de verdure dense et absolument magnifique. Ses variétés sont nombreuses, sélectionnées au fil des siècles en fonction des régions où il est cultivé. Certaines sont gigantesques, parfois utilisées comme fourrage.

Le chou kale vit sur 2 ans. Il germe, développe un robuste appareil végétatif imposant jusqu’au mois de mai-juin de l’année ultérieur puis il fleurit parfois jusqu’en août.

Ses fleurs jaunes à 4 pétales sont autofertiles, elles attirent de nombreux insectes pollinisateurs. Ses graines murissent de juillet à septembre. Les premières graines matures sont d’ailleurs celles qui sont les plus grosses, donc de meilleure qualité si l’on veut les récolter pour les semis futurs.

Ensuite le chou sans tête meurt.

Les choux kale ou choux frisés comportent une grande diversité de variétés, en couleur, en forme, et en taille. Certaines sont anciennes, mais avec sa redécouverte et un certain engouement médiatique, de nouvelles améliorations apparaissent, ainsi que des hybrides F1, très qualitatifs. Ex de variétés :

  • Red Monarch kale, très frisé et violet.
  • Blue Schot kale, vert foncé et très frisé.
  • Husar, un chou kale vert clair, très tendre et nain (50 cm).

Parmi les noirs qui sont aussi très décoratifs :

  • Noir de Toscane, un chou palmier et son descendant amélioré ‘Black Magic’, plus compact, très beau et au goût plus fin.
  • Laciniato un géant à très grandes feuilles allant jusqu’à 2 m de haut.

Comment cultiver le chou kale ?

Le chou frisé non pommé est très rustique et apprécie les climats tempérés assez froids, notamment avec des hivers ou il y pleut volontiers. Il est tolérant pour la nature de la terre, supportant même les sols de bord de mer, très acide ou calcaire. Il donne les meilleurs résultats dans des sols profonds et riches d’argile lourde. Le chou kale croit en plein soleil ou à mi-ombre. Il peut être cultivé au potager ou dans les massifs, car son port et son feuillage le rendent très ornemental.

Il est semé en place au mois de mai ou plus souvent, hâté de fin mars à juin en caissette ou jardinière (15 cm de profond minimum). Les graines sont posées en surface, bien en contact sur la terre du jardin assouplie ou sur du terreau. Le tout est bien arrosé. Puis la caissette est installée en serre, à l’intérieur de la maison ou en couche. À 15/20 °C, les graines germent en 3 à 6 jours.

Les plantules doivent pouvoir profiter du maximum de lumière dès que possible.

Généralement, les plantules sont serrées ; dès qu’elles montrent le début d’une vraie feuille, elles seront repiquées en pot individuel assez profond et contenant de la terre de jardin, car un système racinaire bien développé dès le début compte pour obtenir un beau légume. Les jeunes plants seront repiqués au bout de 4 à 6 semaines à leur place définitive, dans un espace de 60 à 80 cm de diamètre chacun.

Si vous n’avez pas repiqué les plantules de la caissette, et qu’elles se sont un peu allongées en tiges, choisissez les plus belles qui seront repiquées en place en enterrant une portion de la tige basale. La base de la tige sera capable de produire des racines supplémentaires.

Au repiquage, n’hésitez pas à amender le sol de fumier ou de compost. Arrosez copieusement.

Récolte et utilisation du chou kale

Ce légume oublié a repris ses lettres de noblesse, avec un regain d’intérêt pour une cuisine plus élaborée et le "manger sain", car il est riche en nutriments (notamment en vitamine C et calcium) mais pauvre en calories.

Il permet de profiter d’un légume délicieux et frais au milieu de l’hiver. De plus, se cueillant feuilles à feuilles, le chou kale est idéal pour des plats de légumes en mélanges, cuits au wok, en soupe chinoise ou japonaise. Même dans les plats traditionnels comme du couscous ou un bouillon de viande, le chou kale apporte un goût très agréable à l’ensemble.

Cru, le chou kale coupé très finement ajoute un peu de verdure et de croquant.

Ce sont les jeunes feuilles qui sont les meilleures, non seulement elles sont plus fines en goût, mais elles sont tendres. Les feuilles âgées deviennent coriaces et ont un goût fort. La récolte est possible de décembre jusqu’à la fin du printemps.

Il est conseillé de récolter plutôt après les premières gelées qui vont en adoucir encore le goût et les rendre plus tendres. Comme toujours avec les choux, cueillez au dernier moment, juste avant de les cuisiner si possible.

Un petit plus si vous ne manquez pas de place au potager : en fin de printemps, les pousses portant les bourgeons de fleurs juste avant qu’elles ne s’épanouissent ont un goût remarquable crues ou cuites.

Espèces et variétés de Brassica

Brassica oleracea produit un grand nombre de légumes très variés, du chou de Bruxelles au chou-fleur.

Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
Chou de Daubenton, Chou frisé perpétuel de Daubenton, Brassica oleracea var ramosa 'Daubenton' Chou de Daubenton, Chou frisé perpétuel de Daubenton, Brassica oleracea var ramosa 'Daubenton'

Le chou Daubenton, un chou frisé perpétuel, est une forme cultivée issue de l'espèce Brassica oleracea var ramosa. Il appartient à la famille des Brassicacées. Brassica oleracea var ramosa est[...]

Chou d'ornement, Brassica oleracea var acephala Chou d'ornement, Brassica oleracea var acephala

Voilà une étrange idée que de vouloir introduire un chou dans les massifs ! Mais ce n'est pas n'importe quel chou : il s'agit d'un chou d'ornement, Brassica oleracea var.[...]

Chou pommé, Chou cabus, Brassica oleracea var. capitata Chou pommé, Chou cabus, Brassica oleracea var. capitata

Dans la grande famille des Brassicacées, on trouve les choux, Brassica oleracea, des plantes potagères bisannuelles très répandues dans les potagers. Parmi eux, se distinguent les choux non...

Chou rave, Colrave, Kohlrabi, Brassica oleracea var. Gongylodes Chou rave, Colrave, Kohlrabi, Brassica oleracea var. Gongylodes

Le chou rave, de son nom latin Brassica oleracea var Gongylodes est une très ancienne sélection de l'espèce sauvage européenne Brassica oleracea. Cette sélection s'est portée sur l'épaississement...

Vos commentairesAjouter un commentaire