Délosperma congestionné, Pourpier congestionné

Délosperma congestionné, Pourpier congestionné, Delosperma congestum
Délosperma congestionné, Pourpier congestionné, Delosperma congestum

Botanique

Nom latin  : Delosperma congestum
Famille  : Aizoacées
Origine  : Afrique du sud
Période de floraison : mai, juin
Couleur des fleurs  : jaune vif
Type de plante : plante grasse, succulente
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : feuilles persistantes
Hauteur : de 4 à 7 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : -12°C
Exposition  : ensoleillée
Type de sol : drainant, sablonneux, pauvre
Acidité du sol  : tolérant, aime le calcaire
Humidité du sol  : sec
Utilisation : rocaille, auge, jardin de gravier
Plantation, rempotage : printemps, été
Méthode de multiplication : semis, bouturage
Maladies et ravageurs : pourriture

Delospermum congestum, encore appelé pourpier congestionné, est une charmante petite plante grasse, originaire des zones arides et montagneuses d’Afrique du sud. Le pourpier congestionné fait partie de la grande famille des aizoacées, comme les plante-cailloux, mais au contraire de celle-ci, Delosperma congestum est rustique et facile à cultiver toute l’année à l’extérieur. Tapissant et prostré, il disparait sous les fleurs, à la fin du printemps. C’est une remarquable plante grasse qui se plait en auge, rocaille sèche ou jardin de gravier.

Description du pourpier congestionné

Delosperma congestum montre un tapis dense de 4 à 7 cm de hauteur, pour un étalement de 30 à 60 cm de large. Les tiges, aux entrenœuds courts, se ramifient beaucoup tout en rampant contre le sol. Elles épousent ainsi le relief d’une rocaille, entourant les rochers qui affleurent, et s’enracinent dès qu’elles sont en contact avec un substrat meuble. Les feuilles grasses, longues de quelques cm et de section triangulaire, sont opposées et imbriquées les unes contre les autres. Le feuillage est d’un beau vert frais, des variations montrent parfois des papilles (petits points photosensibles) sur l’épiderme des feuilles ou une marge avec une fine dentelure.

En mai-juin, les feuilles disparaissent sous un tapis de fleurs jaunes, de 2 à 3 cm de diamètre, rappelant la forme d’une pâquerette. Les fleurs attirent de nombreux insectes pollinisateurs. Elles s’épanouissent sous les rayons du soleil, et se referment chaque soir. Cependant les fleurs restent closes par temps pluvieux ou trop sombre. De juillet jusqu’à l’automne, quelques fleurs émergent encore sporadiquement.

Les fruits sont en forme de capsules qui murissent longuement puis sèchent. L’humidité ou la pluie déclenche l’ouverture des 6 loges qui vont libérer les graines en saison humide. La saison humide sud-africaine est l’été. En Europe pour obtenir des semis, mieux vaux récolter les graines pour les semer au printemps.

Comment cultiver Delosperma congestum ?

Le Délosperma congestionné est très facile de culture, et bien rustique dès qu’il est planté en situation ensoleillé dans un sol drainant. Que ce soit en pot, en auge, ou en rocaille, son substrat doit contenir une part importante de sable grossier. On l’installe au printemps ou en été, afin qu’il ait le temps de s’enraciner avant la saison froide. Il peut supporter des températures hivernales très basses, -12°C et même encore moins, si ses racines restent relativement au sec. Les feuilles rosissent et se flétrissent légèrement pour devenir résistantes au gel.

Par contre, en été, saison des pluies en Afrique du sud, le pourpier congestionné fleurit beaucoup plus abondamment s’il est bien arrosé. En cas de trop forte sécheresse, il peut même ne pas fleurir du tout.

Comment multiplier Delosperma congestum ?

Par semis : les graines sont semées au printemps à 25 -30 °C dans de la terre de jardin mélangée à du sable grossier.

Par division : la plante se marcotte d’elle-même, c’est donc facile de la diviser, de mai jusqu’en juillet.

Le saviez-vous ?

Les Delosperma ne sont pas sensibles à la pourriture, mais lorsqu’on les transplante, ou divise, il faut attendre quelques jours avant d’arroser, le temps que les plaies faites aux racines soient sèches, ce qui évite le pourrissement.

Espèces et variétés de Delosperma

environ 150 espèces dans ce genre
Delosperma lineari, aux feuilles tubulaires Delosperma cooperi aux fleurs magenta
Delosperma nubigenum aux feuilles plus arrondies
Quelques variétés :
Deslopsperma congestum ‘Gold Nugget’, plus florifère
Delosperma congestum ‘Alba’ aux fleurs blanches

Nos fiches
Lire aussi
La structure d'une fleur La structure d'une fleur

Comportant une énorme diversité de formes, de coloris, de parfums et de tailles, les fleurs ont pourtant toutes la même structure leur permettant d'abriter les organes sexuels et donc de produire...

A quoi sert une fleur ? A quoi sert une fleur ?

Qu'elles possèdent une exubérante beauté ou qu'elles soient très discrètes, les fleurs ont toutes la même fonction : celle d'abriter les organes reproducteurs de certaines plantes ayant évolué au...

L'eau de fleur d'oranger L'eau de fleur d'oranger

Merveilleuse fragrance se développant dans les pâtisseries ou les entremets, l'eau de fleurs d'oranger n'a pas son pareil pour sublimer les recettes de sa note toute en fraîcheur et en subtilité....

La fleur de sel n'est pas une fleur La fleur de sel n'est pas une fleur

On pourrait aisément imaginer une délicate fleur faite de cristaux de sel à la manière des flocons de neige... Mais cette image n'est valable que dans le monde de la poésie car la réalité est toute...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Myate (Yate)
    C'est trop jolie les sortes de pourpier
    Répondre à Myate
    Le 03/09/2014 à 01:29