Badiane japonaise, Fausse badiane, Badianier du Japon

Illicium anisatum, la fausse badiane ou badianier du Japon est un petit arbre très plaisant : avec ses bouquets de fleurs de porcelaine posés sur ses belles feuilles luisantes. Il est rare, exotique et odorant.

Badiane japonaise, Fausse badiane, Badianier du Japon, Illicium anisatum

Botanique

N. scientifique Illicium anisatum
Synonyme Illicium religiosum
Famille Schisandracées
Origine Corée, Japon, est de la Chine
Floraison mars à mai
Fleurs jaune
Typeplante arbustive
Végétationvivace
Feuillage persistant
Hauteur4 à 5 m
Toxicitéplante toxique

Planter et cultiver

Rusticité rustique, jusqu'à -10 °C
Exposition mi-ombre à ombre claire
Solassez léger
Acidité acide à neutre
Humidité frais
Utilisationornementale d'aspect exotique, plante médicinale mais toxique, insecticide, raticide
Plantationprintemps
Multiplicationsemis, bouture, marcotte
Badiane japonaise, Fausse badiane, Badianier du Japon, Illicium anisatum

Illicium anisatum, le badianier du Japon ou fausse badiane est un petit arbre au feuillage persistant appartenant à la famille des Schisandracées. Cette famille est proche des Magnoliacées (Magnolia) et partage avec elle des caractères primitifs : c’est une famille ancienne. Les badianiers sont de beaux arbres de taille réduite, au feuillage magnifique et aux fleurs épaisses.

Le badianier du Japon est originaire de l’est de l’Asie ou il croît dans les marges forestières. La fausse badiane, surtout le fruit, peut être confondue avec la badiane de Chine. Mais aucune épice comestible n’est issue de ce végétal : la fausse-badiane est toxique si on l’ingère. Elle fait par contre un arbuste ornemental plus rustique et magnifique, malheureusement encore rare et difficile à trouver en pépinière.

Description de la badiane du Japon

Illicium anisatum est un arbre d’une hauteur moyenne de 2 à 5 m, de croissance lente et qui vit longtemps. Quelques spécimens âgés au Japon dépassent tout de même les 10 m.

Bien ramifié, la fausse badiane montre une belle silhouette régulière et conique. Ses rameaux grisâtres portent des feuilles alternes, souvent regroupées vers le bout des branches. Ses feuilles au court pétiole montrent un limbe lancéolé, plein, lisse et coriace, vert sombre. Elles mesurent jusqu’à 15 cm de longueur et 5 cm de large.

Cet élégant feuillage persistant sombre s’éclaircit est éclairci par la floraison d’avril à mai. Réparties sur les extrémités de branche, les fleurs courtement pédonculées mesurent de 2,5 cm pour les formes sauvages à plus 5 cm de diamètre pour les formes cultivées. De blanches à cœur vert à jaune pâle, voire plus rarement orangées, ces fleurs épaisses portent 10 à 12 tépales cireux, allongés, au bout plus ou moins arrondi selon la plante. l’espèce peut être en effet assez variable dans la couleur des fleurs, mais aussi dans leur port, dressées vers le haut, ou légèrement retombantes. D’autres ont encore l’extérieur des tépales délicatement nimbés de roses.

Le contraste entre ces fleurs de porcelaines et le feuillage vert sombre et luisant est d’un charme fou.

Ce petit arbre attire nombre d’insectes pollinisateurs et transforme ses fleurs en un fruit à follicules multiples, mures en septembre, en forme d’étoile à 8 branches, très ressemblant à l’anis étoilé, mais non comestible. Il libère 8 graines lisses de 5 mm, ovoïdes et luisantes.

Le feuillage et les fruits en verts sont odorants.

Illicium anisatum ressemble sensiblement à la badiane : sauf pour quelques nervures de feuilles et bien sûr, plus facile à différencier en fleurs. Par contre, ses fruits sont très semblables et lors de la récolte de l’anis étoilé, il faut faire très attention de ne pas la mélanger avec des fruits de la fausse badiane qui sont toxiques.

Quelques variétés horticoles de badianier du Japon

  • Illicium anisatum ‘Murasaki no Sato’ est une variété merveilleuse dont les jeunes pousses et les jeunes feuilles sont presque noires. Elle est d’autant plus charmante que ses fleurs blanches et fines sont mises en valeur par leur pédoncule sombre un peu plus long.

Il existe aussi plusieurs variétés horticoles panachées, le plus souvent conçues par les Japonais, ces arbustes panachés sont certainement moins vigoureux que les formes vertes et peuvent se montrer aussi un peu moins rustiques.

  • Illicium anisatum ‘Albo-marginata’ aux feuilles vert sombre marginée de crème tandis que ‘Aboa’ montre un feuillage plus crémeux encore
  • llicium anisatum ‘Variegatum’ est une forme très panachée en crème et ‘Yukizora’ montre des feuilles blanches, très claires, comportant seulement un peu de vert.

Comment cultiver le badianier du Japon ?

Illicium anisatum est plutôt bien rustique : une fois qu’il est bien installé, bien enraciné, il montre une résistance à des gelées allant jusqu’à -10 °C, voire -12 °C.

Il accepte une exposition ensoleillée, mi-ombre ou ombragée, mais claire, assorti d’une terre qui ne se dessèche pas, donc un peu toujours humide, mais drainante.

Il aime un sol humifère, acide à neutre. En pleine terre, choisissez-lui un emplacement abrité des vents desséchants ou glacés : un feuillage abimé par le froid rend son redémarrage difficile et lent au printemps.

Une protection contre le gel sur un petit plant, comme une cloche ou un voile d’hivernage permet d’assurer sa survie durant son premier hiver et peut-être également le suivant. Par la suite quand Illicium anisatum s’est bien installé, il devient résistant au gel.

Peu gourmand, il se contente d’être nourri par un compostage de surface annuel.

Illicium anisatum supporte bien aussi la culture en pot assez grand, à condition de le préserver sous abri en hiver en serre ou véranda (les plantes en pot sont moins rustiques). On l’installe alors dans une terre de bruyère enrichie de compost bien décomposé. Il doit être arrosé très régulièrement pour que la terre ne se dessèche jamais.

Autre usage

Au Japon, illicium anisatum est utilisé comme un encens : ses feuilles aromatiques sont séchées puis broyées : brûlées, elles dégagent un agréable parfum naturel.

Comment multiplier Illicium anisatum ?

  • le marcottage d’une branche basse est possible, mais demande au minimum 18 mois pour donner une plante indépendante vivable.

  • des boutures d’été, de rameaux semi-aoutées (base un peu lignifiée et bout plus vert) sont possibles à l’étouffée. On ne leur laisse qu’une demi-feuille.

  • le semis de graines fraîches fonctionne dans une terre de bruyère si on évite de les stocker trop au sec ; donc autant les semer en automne tout de suite après leur récolte et les installer sous châssis : elles germent au printemps avec des températures d’environ 10 °C.

Espèces et variétés de Illicium

42 espèces dans ce genre

  • Illicium floridanum, badiane de Floride aux fleurs rouges
  • Illicium mexicanum, aux fleurs roses
  • Illicium verum, badianier de Chine ou anis étoilé qui produit l’épice
Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
Badiane de Floride, Badianier, Illicium floridanum Badiane de Floride, Badianier, Illicium floridanum

Illicium floridanum, la badiane de Floride, est un arbuste au feuillage persistant appartenant à la famille des Schisandracées. C'est une petite famille représentée par seulement 3 genres,...

Angélique en arbre du Japon, Aralie japonaise, Aralia elata   Angélique en arbre du Japon, Aralie japonaise, Aralia elata

Aralia elata, l'angélique en arbre du Japon ou angélique de Chine, est un petit arbre caduc appartenant à la famille des Araliacées. Il est originaire de l'Asie du nord, croissant[...]

Sauge des bois japonaise, Makino, Salvia glabrescens Sauge des bois japonaise, Makino, Salvia glabrescens

Salvia glabrescens, la sauge des bois japonaise, ou Makino, appartient à la famille des Lamiacées. Originaire du Japon, elle se développe en milieu forestier frais. La sauge des bois japonaise[...]

Menthe arbustive japonaise, Leucosceptrum stellipilum Menthe arbustive japonaise, Leucosceptrum stellipilum

Leucosceptrum stellipilum, la menthe arbustive japonaise à fleurs roses, est un sous-arbrisseau appartenant à la famille des Lamiacées. Leucosceptrum stellipilum est originaire des forêts du Japon,...

Vos commentairesAjouter un commentaire