Cycas de Moore

Cycas de Moore, Macrozamia moorei en milieu naturel

Botanique

N. scientifique Macrozamia moorei
Famille Zamiacées
Origine Australie
Floraison aléatoire
Fleurs cônes verts à bruns
Typeplante vivace
Végétationarbustive
Feuillage persistant
Hauteur2 à 7  m

Planter et cultiver

Rusticité semi-rustique, jusqu'à -8/-4 °C
Exposition ensoleillée  à mi-ombre
Solpauvre, drainant, sablonneux
Acidité légèrement acide à légèrement basique
Humidité jamais trop humide, à protéger de l'humidité hivernale, résistant à la sécheresse
Utilisationplante ornementale
Cycas de Moore, Macrozamia moorei en milieu naturel

Macrozamia moorei, le cycas de Moore, est une plante ligneuse appartenant à la famille des Zamiacées, ordre des Cycadales. Les Cycas ressemblent aux palmiers, mais en sont très éloignés du point de vue phylogénétique, assez proche des gymnospermes (conifères), ce sont des plantes dites fossiles, très primitives et parmi les plus anciennes qui soient. Leur population, vieille de 300 millions d’années, est rélictuelle et fragile. Macrozamia moorei est originaire du centre du Queensland en Australie. Il croît en situation xérique, souvent dans les escarpements rocheux.

Plante longévive, de croissance lente et peu rustique, le cycas de Moore est davantage une plante de collectionneur qu’ornementale. Non qu’elle ne soit pas décorative, mais sa culture est difficilement rentable en production, ce qui implique sans doute des prélèvements dans la nature à des fins commerciales. Si le cycas de Moore vous intéresse, évitez donc d’en acheter de grosses plantes matures, préférez plutôt l’obtenir par semis ou plantes juvéniles issus de culture.

Un grand spécimen est cultivé en extérieur toute l’année au Jardin botanique de Montpellier.

Description du cycas de Moore

Macrozamia moorei est le plus grand zamia du genre atteignant une stature de 4 à 6 m de hauteur pour 3 m de largeur. C’est une plante primitive ligneuse, produisant un pseudocaudex ou un pseudotronc très épais, « jusqu’à 90 cm, entouré de cicatrices foliaires et gorgé d’un tissu moelleux, un cortex riche en amidon. Cette épaisse tige porte un unique méristème apical qui développe une large couronne sphérique de feuilles très aériennes.

Les feuilles du cycas de Moore s’allongent jusqu’à 2,50 m et portent entre 100 et 250 folioles fines et raides, longues de 20 à 30 cm et large de 0,5 à 1 cm. Ces feuilles sont épineuses.

Macrozamia moorei est dioïque. Fleurs mâles et femelles sont donc produites des plants différents et sexués. Il nécessite une quinzaine d’années de culture avant d’être mature et capable de fleurir (davantage en milieu naturel). De plus, sa floraison n’est pas systématique chaque année, mais répond à des périodes globales de floraison en masse au sein de populations qui se synchronisent. Les fleurs non visibles sont regroupées en longs cônes verts à bruns qui se développent à l’apex. La pollinisation est assurée généralement par des coléoptères. Les graines sont longues de 4 cm, ailées, de couleur rouge.

Les racines de Macrozamia moorei ont de nombreuses relations symbiotiques avec le sol, champignons et bactéries, leur permettant de croître en sol difficile, sec et pauvre.

Comment cultiver le cycas de moorei ?

Macrozamia moorei est rustique jusqu’à -6 °C, mais se défolie à partir de -3 ° C. il n’est donc cultivable en plein air qu’en climat méditerranéen, avec un voile d’hivernage sur sa couronne. Ailleurs, il sera maintenu en pot et hiverné à l‘abri du gel.

Le cycas de Moore demande une exposition chaude, plutôt mi-ombre. Il sera installé dans un sol pas trop riche et surtout bien drainant, car son caudex est fragile aux excès d’humidité. Il est résistant à la sécheresse, mais apprécie des arrosages réguliers en été, en laissant sécher sa terre entre 2 arrosages. On évite les apports d’engrais qui perturbent sa rhizosphère ; il vaut mieux simplement renouveler la terre en surface dans les pots chaque année.

Les jeunes plants seront préférables à l’acquisition, car bien que la croissance du cycas de Moore soit lente, le cortex du pseudo-tronc est fragile et très cassant à la manipulation, donc à la transplantation.

Comment multiplier le cycas de Moore ?

Macrozamia moorei ne se reproduit que par semis. Les grosses graines sont semées les plus fraiches possible. L’embryon ne cessant de se développer, les graines perdent rapidement leur pouvoir germinatif si elles ne trouvent pas les conditions pour évoluer favorablement. Elles germent en quelques mois dans un sol drainant et sablonneux, maintenu humide, mais sans excès. On ne met qu’une graine par pot pour éviter tout repiquage.

Espèces et variétés de Macrozamia

Environ 80 espèces

  • Macrozamia johnsonii , similaire mais plus petit
  • Macrozamia spiralis, une petite espèce au caudex souterrain
  • Macrozamia miqueli, appelé couramment zamia
Lire aussi
Cycas du Japon, Sagou du Japon, Sagoutier, Palmier de la paix, Cycas revoluta Cycas du Japon, Sagou du Japon, Sagoutier, Palmier de la paix, Cycas revoluta

Le cycas du Japon, que l'on connait également sous le nom de sagou du Japon, ou bien encore sagoutier, n'a, malgré leur ressemblance, aucun lien de parenté avec le palmier.[...]

La culture du cycas en pot La culture du cycas en pot

Le cycas est une plante appréciée en intérieur où sur une terrasse lorsqu'il est cultivé en pot. Doté d'un tronc court et d'un beau feuillage brillant le faisant ressembler à[...]

Crinole de Powell, Crinum x powellii, Crinum bulbispermum x Crinum moorei Crinole de Powell, Crinum x powellii, Crinum bulbispermum x Crinum moorei

Crinum x powellii, est un crinole ou crinum hybride entre 2 espèces sud-africaines, Crinum bulbispermum et Crinum moorei. Autant les crinums botaniques sont plutôt considérés comme difficile à...

Cycas géant de kwango, Encéphalartos de Laurent, Encephalartos laurentianus Cycas géant de kwango, Encéphalartos de Laurent, Encephalartos laurentianus

Enceplalartos laurentianus est sans doute l'une des plus formidables espèces de zamia. Il est remarquable par la taille de son tronc et l'ampleur de ses feuilles. C'est une plante qui[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire