A LA UNE »
Far aux fraises

Arbre de Noël de Nouvelle-Zélande, Pohutukawa

Arbre de Noël de Nouvelle-Zélande, Pohutukawa, Metrosideros excelsus

Botanique

N. scientifique Metrosideros excelsus
Synonymes Metrosideros excelsa, Metrosideros tomentosus
Famille Myrtacées
Origine Nouvelle-Zélande
Floraison printemps, été
Fleurs rouge, variétés orange, roses, blanches
Typearbuste d'ornement
Végétationarbustive
Feuillage persistant
Hauteur2 m en culture, 20 m en pleine terre

Planter et cultiver

Rusticité peu rustique, -3°C
Exposition soleil à mi-ombre
Solriche
Acidité acide à neutre
Humidité frais à humide
Utilisationconteneur, extérieur en climat non gélif
Plantationprintemps
Multiplicationboutures, semis
Arbre de Noël de Nouvelle-Zélande, Pohutukawa, Metrosideros excelsus
Lors d'un voyage découverte de Lisbonne, le sujet est implanté dans le parc paysager de Monserrate de Sintra créé par Sir Francis Cook (1817-1901).
Floraison du Pohutukawa du parc paysager de Monserrate à Sintra au Portugal créé par Sir Francis Cook (1817-1901)

Metrosideros excelsus, l’arbre de Noël de Nouvelle-Zélande encore appelé pohutukawa est un arbre de haute taille appartenant à la famille de Myrtacées, au même titre que les eucalyptus ou les rince-bouteilles (Callistemon). Bien qu’originaire de Nouvelle-Zélande, où ses populations naturelles sont en déclin, le pohutukawa s’est naturalisé dans de nombreuses régions au climat subtropical, parfois considéré même comme invasif en Afrique.

Quelques pohutukawas âgés croissent en Espagne, mais l’espèce est très peu rustique, sa culture en pleine terre en Europe est limitée. En revanche, l’arbre de Noël de nouvelle Zélande est une excellente plante pour conteneur.

Description de l’arbre de Noël de Nouvelle-Zélande

Metrosideros excelsus forme dans son milieu naturel un superbe arbre haut d’environ 20 m, en forme de parasol. Son enracinement est très développé, il doit toujours être planté loin des constructions. Parfois, certaines racines aériennes s’enracinent au sol, formant à la longue un arbre aux troncs multiples.

Ses feuilles sont persistantes, au limbe vert foncé et coriace, duveteuse sur l’envers. Elles sont longues et étroites : de 2 à 3 cm de large sur une dizaine de cm de long.

Les fleurs rappellent les goupillons des Callistemons. Groupées en ombelles, on n’en voit que les multiples étamines écarlates, longues de 3 cm. Quelques variants géographiques ont des fleurs jaunes, ou blanches. De plus, de nombreux cultivars de couleurs différentes ont été sélectionnés.

Les fleurs fécondées produisent des fruits renfermant de petites graines ailées.

Comment cultiver Metrosideros excelsus ?

À part pour quelques stations méditerranéennes, en France l’arbre de Noël de Nouvelle-Zélande est cultivé en conteneur. Il est maintenu en serre, véranda, ou pièce ensoleillée, mais peut être sorti durant la belle saison au soleil, puis abrité pour l’hiver. Il ne résiste qu’à quelques courtes et faibles gelées.

Le conteneur doit être assez grand, avec un mélange de terreau et de terre franche ou de terreau riche et de sable. Metrosideros excelsus se plait dans un sol de ph acide à neutre. Il apprécie la chaleur. Les arrosages à l’eau non calcaire sont très suivis pendant la croissance, enrichis d’engrais une fois par mois. La terre ne doit pas sécher entre deux arrosages. Si l’arbuste ne fleurit pas suffisamment, c’est généralement qu’il manque de soleil.

En automne/hiver, les apports d’eau sont réduits : la terre doit sécher en surface entre chaque arrosages. Trop d’eau fera jaunir les feuilles. Metrosideros excelsus se maintient alors au frais, hors gel, mais il peut supporter aussi de passer l’hiver dans une pièce chauffée.

Comment tailler Metrosideros excelsus ?

Cette magnifique espèce arbustive sera limitée à une hauteur de 2 à 3 m, car elle gagne à être rabattue assez sévèrement chaque année. Elle vit ainsi en pot une quinzaine d’années. La taille intervient au printemps avant la reprise de la végétation, ou en automne, si on doit limiter sa hauteur pour la rentrer.

Comment multiplier l’arbre de Noël de Nouvelle-Zélande ?

Semis : les graines fraiches germent assez facilement, mais mettent 10 années avant de fleurir.

Les boutures, au printemps ou en été, permettent de reproduire ou de renouveler l’arbre tout en conservant sa capacité à fleurir. Les boutures, longues de 10 cm environ, sont plantées profondément à plusieurs par pot, mises à l’étouffée, et au chaud. La naissance de nouvelles feuilles est le signe de reprise, on peut alors ôter le plastique qui les couvre.

Espèces et variétés de Metrosideros

Environ 50 espèces dans ce genre :

  • Metrosideros carmineus, une espèce grimpante
  • Metrocideros umbellatus, sans doute le plus rustique
  • Metrosideros excelsus ‘aurea’, une forme à fleurs jaunes
  • Metrosideros excelsus ‘Variegata’, au feuillage panaché
Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
Arbre à thé, Myrte de Nouvelle-Zélande, Manuka, Leptospermum scoparium Arbre à thé, Myrte de Nouvelle-Zélande, Manuka, Leptospermum scoparium

Leptospermum scoparium, l'arbre à thé, ou encore la myrte de Nouvelle-Zélande est un arbuste ornemental au feuillage persistant e la famille des Myrtacées. Originaire d'Océanie, l'arbre à thé se...

Lin de Nouvelle Zélande, Chanvre de Nouvelle Zélande, Phormium tenax Lin de Nouvelle Zélande, Chanvre de Nouvelle Zélande, Phormium tenax

Plante très graphique aussi bien dans les massifs qu'en sujet isolé, le Phormium, fier de ses feuilles linéaires, apporte une touche de verticalité au jardin. Une belle Néo-zélandaise Le genre...

Tétragone cornue, Epinard de Nouvelle-Zélande, Tetragonia tetragonioides Tétragone cornue, Epinard de Nouvelle-Zélande, Tetragonia tetragonioides

La tétragone est une plante herbacée annuelle aux longues tiges rampantes (40 à 60 cm de long). Ses feuilles vertes ont la forme d'un losange, voire d'un triangle. Charnues, mais[...]

Myrte écarlate, Rata grimpant, Metrosideros carmineus Myrte écarlate, Rata grimpant, Metrosideros carmineus

Metrosideros carmineus, le rata grimpant, est une espèce de myrte écarlate appartenant à la famille des Myrtacées. Cette liane, capable d'un grand développement, s'appuie sur les arbres des forêts...

Vos commentairesAjouter un commentaire