Oxytropis champêtre, Oxytropis des champs

Oxytropis champêtre, Oxytropis campestris

Oxytropis campestris, l’oxytropis champètre est belle petite plante de rocaille de la famille du pois. Indigène de nos montagnes, cette plante distribuée jusqu’en Arctique offre un beau feuillage compact et bleuté surmonté de grappe de fleurs pâles. Elle est adaptée pour un sol pauvre et minéral.

Botanique

Nom latin  : Oxytropis campestris
Synonyme  : Astragalus campestris
Origine  : Circumboréale, Europe, Sibérie, ouest de l'Amérique du Nord
Période de floraison : juillet à septembre
Couleur des fleurs  : blanc crémeux à jaune
Type de plante : herbacée
Type de végétation : annuelle
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 10 à 30 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : très rustique, -35 °C
Exposition  : ensoleillée
Type de sol : siliceux
Acidité du sol  : légèrement acide à légèrement basique
Humidité du sol  : normal à sec
Utilisation : plante de rocaille, plante d'éboulis, revégétalisation
Plantation, rempotage : été, automne

Généralités

Oxytropis campestris, l’oxytropis champêtre est une plante vivace caduque appartenant à la famille des Fabacées (ou Papillonacées). Sans être fréquent, Oxytropis campestris est une espèce largement distribuée dans l’hémisphère nord, elle vit jusqu’en Sibérie et le long du cercle polaire, en Amérique du Nord ou en Europe, mais descends aussi davantage en latitude, profitant des climats montagnards. Ainsi, Oxytropis campestris est indigène de France dans les Alpes ou les Pyrénées où ses populations sont stables, présentes entre 1000 et 3000 m, souvent sur des éboulis. Cette distribution discontinue a fait naître plusieurs sous-espèces dont certaines sont menacées et font l’objet de mesure de protection et de réimplantation telle Oxytropis campestris var. johannensis en Amérique du Nord.

Description de l’oxytropis champêtre

Oxytropis campestris est une plante haute de 10 à 20 cm en montagne, jusqu’à 30 cm si elle est cultivée au jardin. Très basse, elle ne montre pas de tige, les feuilles partent toutes d’une souche souterraine épaisse, une sorte de caudex capable de se ramifier et donc de porter plusieurs rosettes de feuilles. Les racines s’enfoncent en profondeur dans les sols caillouteux de son milieu de vie. Ses longues feuilles, vert bleuté et soyeuses, sont composées de 10 à 15 paires de folioles lancéolées avec un pli central. Leur pilosité leur donne une couleur argentée.

Les fleurs des oxytropis champêtre de France sont le plus souvent blanc crémeux à jaune pâle. Cependant, il en existe parfois certains à fleurs roses ou jaune vif.

Oxytropis campestris porte plusieurs inflorescences dressées en grappe dense. Les fleurs de forme papilionacées mesurent 2 cm ou plus, et portent un étendard qui dépasse les ailes en longueur. 

Ces fleurs attractives pour les insectes sont fécondées et donnent naissance à de petites gousses soyeuses, contenant quelques graines.

Milieu de vie et culture d’Oxytropis campestris

L’oxytropis champêtre est une plante pionnière adaptée à des éboulis ou à un sol plus fin (argile ou sable), mais très minéral, en montagne comme dans les toundras du Grand Nord. Elle supporte le grand froid (-35 °C), la sécheresse, la pauvreté du sol. Elle a besoin d’un bon ensoleillement (au moins d’une demi-journée) et ne supporte pas les sols trop humides.

Oxytropis campestris s’associe en symbiose avec des bactéries rhizobium. Ces dernières, accueillies au sein de nodules racinaires, permettent à la plante d’utiliser l’azote de l’air et de le métaboliser. C’est ce qui explique qu’elle soit pionnière et donc capable de s’installer dans un sol très pauvre, sans matière organique. Elle joue d’ailleurs un rôle important dans le maintien du sol, et est même utilisée sur les toundras pour revégétaliser des zones désertifiées, où la terre humifère a disparu avec la déforestation.

L’oxytropis champêtre trouve sa place dans un jardin de rocaille. Sans être compliquée à cultiver, Oxytropis campestris est difficile à installer : cette jolie petite plante ne supporte pas la perturbation des racines, elle sera installée par le biais de jeunes plantes issues de semis. Il est inutile d’essayer de transplanter une plante trop développée, dont les racines sont enroulées au fond du pot, elle a peu de chance de s’acclimater. Arrachée à la terre d’un jardin ou de la montagne, elle ne peut reprendre. Donc elle ne se reproduit et ne se déplace que par semis.

Comment semer Oxytripis campestris ?

Les graines sont coriaces, un peu réticentes à germer. Elles seront trempées 24 heure dans une eau tiède, puis scarifiées au papier de verre. Elles sont semées de septembre à janvier dans des pots individuels ou ensemble, mais bien espacées. La germination aura lieu vers les 20 °C, après qu’elles auront subi les fluctuations des températures hivernales (installées dehors pendant 2 mois froids). Les pots de semis pourraient être également soumis à 1 mois de congélateur, ou une autre méthode encore consiste à verser de l’eau à 80 °C sur les graines avant de les semer.

Seules de très jeunes plantules au stade cotyledon pourront supporter une transplantation en pot individuel. Dès que des racines apparaissent par les trous de drainage, les plantules seront installée en place. Il faudra éviter les apports d’engrais qui inhibent les relations symbiotiques.

Espèces et variétés de Oxytropis

  • Oxytropis amethystea, Oxytropis améthiste
  • Oxytropis neglecta, une belle espèce violacée
  • Oxytropis xerophila, oxytropis soyeux
  • Oxytropis pilosa, oxytropis pileux
Lire aussi
Rosé-des-prés, Agaric champêtre, souris-rose, Agaricus campestris Rosé-des-prés, Agaric champêtre, souris-rose, Agaricus campestris

convexe puis étalé, blanc méchuleux, de 4 à 10 cmReprésentant incontesté des champignons des prés, le bien nommé Rosé-des-prés, Agaricus campestris, Basidiomycète de la famille des Agaricacées est...

La barrière champêtre La barrière champêtre

Décorative et possédant un charme désuet, la barrière champêtre marque les espaces sans obstruer la vision. Charmante et facile à mettre en œuvre, elle apporte du cachet au jardin. Un...

Orme champêtre et l'orme diffus : fiche botanique Orme champêtre et l'orme diffus : fiche botanique

Fiche botanique de l'orme champêtre et de l'orme diffus L'orme champêtre assez commun et l'orme diffus peu répandu sont aussi appelés Ormeau. Ils font partie des essences typiques des vallées...

Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Vos commentairesAjouter un commentaire