Protée royale

Protée royale, Protea cynaroides 'Pink King'

Botanique

Nom latin  : Protea cynaroides
Famille  : Proteacées
Origine  : Afrique du sud
Période de floraison : avril à octobre
Couleur des fleurs  : rose
Type de plante : plante subtropicale
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : 0,40 à 1,20 m

Planter et cultiver

Rusticité  : peu rustique, -6°C
Exposition  : soleil
Type de sol : léger et pauvre
Acidité du sol  : acide
Humidité du sol  : normal à sec
Utilisation : conteneur, pleine terre en climat non gélif
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : bouture, semis, greffe

La protée royale, Protea cynaroides, est une plante arbustive de la famille très ancienne des Protéacées. Protea cynaroides est largement répartie en Afrique du sud, c’est d’ailleurs la fleur emblématique du pays.

La protée royale est une plante variable de couleur et de forme, car croissant sur presque tous les types de milieux montagnards. Elle est remarquablement adaptée pour survivre aux incendies.

Protea cynaroides porte des inflorescences fascinantes et de très longue durée. Elle est cultivée comme plante ornementales et pour la fleur coupée. En France, outre les quelques régions très peu gélives, la protée et cultivée en conteneur.

Description de la protée royal

Protea cynaroides est un arbuste aux multiples tiges épaisses, ramifiées dès la base et drageonnantes. L’arbuste atteint entre 40 cm et 1 m 20 de hauteur, et s’étale largement avec l’âge. Ses feuilles alternes sont allongées et pointues, d’un aspect raide et coriace. Les inflorescences sont en large capitule, portées à chaque apex de branche. Elles peuvent mesurer de 12 à 30 cm de diamètre. Elles éclosent d’avril à octobre, en fonction du climat et de la variété. Les grandes plantes vigoureuses sont capables de produire jusqu’à une dizaine de capitules par saison. Les boutons floraux ressemblent à de magnifiques artichauts nacrés. Puis l’inflorescence s’ouvre sur un plateau poilu et velouté, blanc nacré : un ensemble des anthères de chaque fleur, entourée de grosses bractées coriaces, colorées de blanc à pourpre. Les variétés les plus appréciée et cultivées sont rose pastel.

Les inflorescences attirent de nombreux insectes pollinisateurs et produisent un faible nombre de grosses graines veloutées de la taille d’une noix.

Les racines de la protée royale sont épaisses et servent d’organe de réserve. En cas d’incendies, la plante se régénère à partir de ses racines, nourrie par ses propres cendres.

Culture de la protée royale

Protea cynaroides est cultivée en pot ou en pleine terre dans un sol léger drainant et acide. Le mélange conseillé est ¾ de terre de bruyère, mélangée à ¼ de sable horticole non calcaire. L’exposition doit être d’ensoleillée. Protea cynaroides aime la chaleur, mais supporte mal la sécheresse : ses racines gagnent à rester toujours dans une certaine fraicheur. Les arrosages réguliers sont faits à l’eau de pluies, non calcaire. Un paillage de feuilles en été remédie au dessèchement du substrat.

La protée royale résiste à de faibles gelées, de l’ordre de -6°C, elle est connu pour avoir même ponctuellement supporté des gelées jusqu’à -10°C. En pleine terre, elle est installée au printemps, puis protégée par un voile et un paillage au moins les 2 premiers hivers.

Les tiges défleuries sont coupées au plus bas chaque printemps. De même parfois, lorsque la protée royale se lignifie beaucoup, un recépage total lui est favorable (comme lors des incendies).

Jamais d’engrais pour cette belle plante étonnante, adaptée pour les sols pauvres ; elle ne supporte absolument pas le phosphate.

Multiplier la protée royale

Le bouturage se fait avec des rameaux encore verts d’une dizaine de centimètre, trempés dans l’hormone de bouturage et enterrés dans le mélange terre de bruyère/ sable, au chaud à 25°C, et dans une atmosphère humide, couverts.

Les grosses graines germent, mais parfois après beaucoup de patience. Dans la nature, ces graines restent dans le plateau de la fleur durant 2 années avant de tomber et de germer au printemps, sauf si elles sont brulées par un incendie qui lève la dormance. Les jeunes protées royales sont laissées à l’abris du gel pendant leurs premières années, elles demandent 4 à 5 ans de culture avant de fleurir pour la première fois.

Espèces et variétés de Protea

92 espèces dans ce genre :
Protea aristata, à l’inflorescence conique
Protea compacta, magnifique espèce aux capitules orangés
Protea sulphurea, aux fleurs en large plateau et feuillage bleuté
Protea cynaroides 'Little Prince', de 1 m de hauteur

Lire aussi
Parfum royal pour royale galette Parfum royal pour royale galette

Faire légèrement griller les amandes entières sous la grille du four, laisser refroidir et broyer grossièrement : il faut garder de gros grains d’amandes croustillantes. Sur un plan de...

La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire