Questions fréquentes sur le paillage

De plus en plus pratiquée, la technique du paillage offre de nombreux avantages dans un jardin. Pourquoi pailler, avec quels matériaux, à quel moment, dans quel but ? Voici quelques pistes concernant cette méthode de jardinage bien pratique et respectueuse du sol !

Mise en place d'un paillage dans un massif
Mise en place d'un paillage dans un massif

Retrouvez vos questions les plus fréquentes sur le paillage et sa mise en place au jardin d'ornement ou au potager...

En quoi consiste la technique du paillage ?

Le paillage est une technique qui consiste à couvrir le sol d'une couche de matériaux organiques, minéraux ou de films spécifiques. La couverture peut être partielle, juste au pied de certains végétaux, ou plus étendue selon l'effet recherché.

Est-il vrai que le paillage provoque la faim d'azote ?

Beaucoup de plantes ont besoin d'azote minéralisé pour croître. Un déficit en cet élément provoque des soucis culturaux. Les plantes jaunissent, ne grandissent plus, sont chétives.

Le paillage organique (hors compost) peut provoquer une déficience en azote immédiatement assimilable sous certaines conditions. Par exemple, s'il est étalé en fin d'hiver ou en tout début de printemps lorsque le sol est froid, humide, compact et que l'activité biologique est moindre. Les organismes décomposeurs (bactéries et champignons aérobies et anaérobies) devant cette manne fraîchement arrivée sur le sol vont devoir absorber une forte proportion d'éléments carbonés pour assurer le processus de transformation en humus, ils ont donc besoin de puiser beaucoup d'azote sur la couche superficielle du sol qui n'est alors plus disponible pour les plantes récemment plantées. Voilà pourquoi il est souhaitable de disposer ce paillage en automne ou en milieu de printemps mais jamais en fin d'hiver et début de printemps au pieds de végétaux récemment plantés. Si vous devez vraiment pailler à cette époque, étalez alors une bonne couche de compost bien décomposé sous votre paillage pour éviter la faim d'azote.

Où trouver son paillage ?

Si vous possédez un jardin, vous pouvez recycler de nombreux déchets et résidus végétaux en paillage. Le compost en est un exemple !

Si vous possédez un broyeur de végétaux vous pouvez réaliser du BRF à base de branchettes et de feuilles coriaces.Vous pouvez aussi récupérer les résidus de tonte de votre pelouse ou même les herbes folles coupées avec une débroussailleuse si elles ne sont pas montées en graines pour en faire un paillage.

Vous trouverez de la paille en ballots chez certains agriculteurs, passez une annonce sur les sites généralistes ou dans les journaux gratuits, ou rendez-vous dans les coopératives agricoles et dans certaines jardineries. De même pour les paillettes de chanvre, de lin et les cosses de coco ou de sarrasin que l'on trouve à profusion sur les sites marchands du Net.

Pour vous procurer du paillage minéral, pensez tout simplement aux revendeurs de matériaux de construction. Certaines jardineries proposent aussi de gros galets, de la pouzzolane et même de l'ardoise !

Pourquoi pailler le sol ?

Les avantages du paillage sont multiples. Selon la nature du matériau choisi, il aura diverses fonctions. D'une manière générale, il protège le sol du lessivage et de l'érosion, préserve et stimule l'activité biologique de la terre, empêche la pousse des herbes folles, contribue au développement de la petite faune et limite l'évaporation.

Quand mettre en place un paillage ?

En couverture de sol pour le protéger des intempéries, le paillage doit être placé en automne.

Surtout en ce qui concerne les paillages organiques qui en se décomposant peuvent provoquer une faim d'azote s'ils sont mis en place en fin d'hiver ou tout début de printemps.

Le paillage en fin de printemps permet de lutter contre l'évaporation de l'eau et de maintenir la terre fraîche en été, ce qui assure de conséquentes économies d'eau.

Les films de paillage en matériaux naturels peuvent être mis en place tout au long de l'année, tout comme les voiles synthétiques.

Attention au film en polyéthylène noir qui, en été, dans les régions les plus chaudes, peut occasionner une trop forte température du sol. Celui-ci trouve cependant son emploi en cette saison dans le cadre de la solarisation qui aide à tuer les agents pathogènes présent dans le sol grâce à la chaleur.

Quel est le meilleur paillage ?

Difficile de répondre directement à cette question, sachant que chaque paillage présente une application bien particulière.

  • Les paillages minéraux (graviers, galets, pouzzolane, ardoise...), en plus d'être très ornementaux et durables, offrent de bonnes conditions de culture aux plantes adaptées aux milieux secs qui ont besoin d'un sol bien drainé et de chaleur. Ce type de paillage restitue la chaleur longtemps après le coucher du soleil favorisant la pousse des plantes frileuses comme les cactées, plantes grasses ou plantes dites méditerranéennes (gazanias, helichrysums, agapanthes, phlomis, grevilléas...). Il convient parfaitement aux plantes alpines et de rocailles et fait merveille dans les jardin zen.

  • Les paillages en films ou voiles sont utilisés généralement pour leur qualités techniques. Le film noir en polyéthylène est apprécié pour réchauffer le sol au printemps et protéger les cultures des éclaboussures de terre. Il est très utilisé dans la culture des fraisiers malgré son impact écologique.

    Les toiles de paillage synthétiques en polypropylène ont pour avantage d'être vite déroulées et d'empêcher la pousse des mauvaises herbes, elles ne sont pas biodégradables à court terme. Peu esthétiques, elles peuvent être utilisées sous un paillage minéral afin de le protéger de la pousse des herbes folles ou ponctuellement sur une grande surface pour faciliter ensuite le travail de désherbage. Le carton peut dans ce cas remplacer ce type de toile, il a le mérite d'être biodégradable et de pouvoir être ajouté au compost après avoir servi.

  • Les toiles en matériaux recyclables et biodégradables (chanvre, sisal, coco...) sont idéales pour pailler le pied d'une nouvelle haie ou pour les pots de fleurs car elles se découpent facilement. Elles ont une durée de vie d'environ deux ans.

  • Les paillages organiques sont de loin les plus performants, car outre les avantages des autres paillages, ils se décomposent peu à peu, boostent la vie du sol, ameublissent la terre et la fertilisent naturellement. Il en existe de multiples sortes et seront choisi au cas par cas. 

Quelle est la bonne épaisseur de paillage ?

Tout dépend du matériau employé et du but recherché.

  • Bien évidemment, les voiles de paillage se suffisent à eux-même en une seule couche, nul besoin de les accumuler ou de les croiser.

  • La paille et les feuilles mortes qui sont des matériaux très perméables et aérés seront étalés en couche épaisse (15 à 20 cm) surtout si le but est de limiter la pousse des adventices.

  • Une couche de 3 cm de compost suffira amplement si elle est couverte d'un autre matériau végétal (paille, foin, résidus de tonte...).

  • Quant au paillage minéral, 3 à 5 cm suffisent, cependant les herbes folles s'y faufileront forcement si vous n'avez pas pris soin d'insérer un voile tissu géotextile entre le sol et celui-ci.

Quelles solutions de paillage organique?

  • Le fumier frais stimule l'activité biologique du sol mais ne doit pas être étalé directement au pied des plantes au risque de brûler les racines et les parties aériennes. Il est préférable de l'étaler sur un sol nu en automne ou en tout début d'hiver, par exemple sur une parcelle potagère. Il aura ainsi le temps de se décomposer et d'apporter des nutriments à la terre qui sera ameublie et prête à recevoir les plantations printanières. Le fumier de mouton et de chèvre est le plus riche. Celui de cheval peut être vecteur de pathologies pour les plantes, mais il a pour avantage de réchauffer le sol bien plus que le fumier de vache.
  • Le BRF (Bois Raméal Fragmenté) est issu du broyage de petites branches de végétaux. Très efficace et protecteur, il ameublit et fertilise le sol sur le long terme et stimule la vie biologique en imitant le processus naturel qui se produit en forêt. Il est intéressant au pied des arbustes et des arbres mais aussi dans les massifs au pied des vivaces bien implantées.
  • Le compost bien décomposé est idéal en début de printemps car il préserve les plantes de la faim d'azote. Il peut aussi être étalé aux pieds des arbres et arbustes après les opérations de taille. Aéré, fertile, il n'a que des avantages ! Il enrichit les sols pauvres et ameublit les sols compacts et argileux. Il peut être recouvert de paille, résidus de tonte, feuilles mortes ou écorces de pin pour éviter la pousse des adventices.
  • Les résidus de tonte de gazon doivent être étalés aux pieds de vos plantation uniquement après séchage pour ne pas se transformer en masse visqueuse qui risquerait de faire pourrir les plantes les plus fragiles. Une fois secs ces résidus constituent un très bon paillage.
  • La paille à ne pas confondre avec le foin, est jaune et rigide. Légère, aérée, elle favorise la pénétration de l'eau et une bonne ventilation du sol. La paille est composée de nombreux éléments carbonés, elle met plus de temps que le foin à se décomposer et repousse les limaces et escargot par son côté piquant peu apprécié des gastéropodes.
  • Les frondes de fougères une fois débitées en petits morceaux ont les mêmes qualités de perméabilité à l'air et à l'eau que la paille avec en plus des vertus antifongiques et insecticides. Ce paillage empoisonne naturellement les limaces.
  • Les engrais verts, une fois fauchés peuvent être laissés en couverture sur une parcelle en jachère. Ils limiteront les agressions climatiques, préserveront la vie du sol et se décomposeront peu à peu en libérant des éléments nutritifs. Ils sont particulièrement intéressants en sol argileux car leurs racines aident à l'ameublir et à le perméabiliser avant d'être fauchés.
  • Les feuilles mortes en paillage reproduisent le phénomène naturellement présent en forêt. Il protège le sol et se transforme en humus. Les feuilles très coriaces seront au préalable passées au broyeur de végétaux pour favoriser leur décomposition.
  • Les écorces de pin constituent un paillage aéré, perméable et durable car elles mettent du temps à se décomposer. Elles sont idéalement placées aux pieds de végétaux acidophiles et des rosiers. Elles repoussent les limaces et les escargots qui ont du mal à s'y mouvoir.
  • Les paillettes végétales (chanvre, lin, miscanthus...) sont très légères et perméables à l'eau et à l'air. Elles aussi constituent de bonnes barrières contre les gastéropodes. Seul problème, elles peuvent être déplacées par le vent. À privilégier dans les zones calmes aux pieds de végétaux de massif plantés assez dense.
Lire aussi
Questions fréquentes sur la tomate Questions fréquentes sur la tomate

La tomate est une des plantes les plus cultivées au potager. Rouges, jaunes, vertes, noires ou blanches, il en existe de multiples sortes ! Vous trouverez ici, les questions les plus[...]

Questions fréquentes sur le potager Questions fréquentes sur le potager

Tout, vous saurez tout sur le potager ! De la dimension idéale à la meilleure époque pour le mettre en place, de la rotation des cultures au paillage, vous trouverez ici[...]

Questions fréquentes sur l'oignon Questions fréquentes sur l'oignon

Cru ou cuit l'oignon est un légume très apprécié mais qui soulève beaucoup de questions. Cette FAQ vous aidera à répondre à la majorité d'entre-elles et même à celles auxquelles[...]

Questions fréquentes sur le cymbidium Questions fréquentes sur le cymbidium

Le cymbidium est une des orchidées les plus faciles à cultiver. Ses grandes hampes florales portant des fleurs très attrayantes ont fait son succès au fil des années. Cette orchidée[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Aurore (Ara)
    Question : vous dites que le paillage doit être installé en automne ou milieu de printemps pour éviter la faim d'azote, plutôt qu'à la fin de l'hiver/début de printemps. Est-ce parce que à ce moment là les végétaux sont déjà mieux implantés et ont donc moins besoin d'azote ? Dans tous les cas, les micros organismes ont besoin d'azote pour décomposer la matière carbonée, qu'elle soit déposée en été ou en hiver. Merci pour votre réponse
    Répondre à Aurore
    Le 16/06/2020 à 18:06
  • Rudy (PACA)
    Nous on met des feuilles d'arbres car si l'on met des gants de jardin en remontant le long des branches ou en descendant c'est souvent pas pareil mais il faut faire les deux, on arrive à les ôter et les répandre au sol : un truc de jardinier !
    Répondre à Rudy
    Le 13/06/2020 à 22:22