Bolet de Bellini

Bolet de Bellini, Suillus bellinii
Bolet de Bellini, Suillus bellinii

C'est dans un milieu forestier de pins uniquement que l'on y trouvera en particulier, sur le littoral, le Bolet de Bellini, comestible à consommer avec modération.

Botanique

Nom latin  : Suillus bellinii
Synonymes  : Boletus littoralis, Boletus boudieri, Suillus boudieri
Famille  : Boletacées
Chapeau : convexe, viqueux, blanc-brun, 4 à 12 cm
Hyménium  : pores et tubes, jaunes à jaunes-verts
Spores  : sporée brun-pâle
Anneau  : absent
Pied : cylindrique, crème, à granulations foncées, H. 4 à 8 cm, Diam. 1 à 3 cm
Chair : ferme, crème
Volve  : absente
Odeur : légère, de « Cèpe »

Habitat et usages

Répartition  : Sud de l'Europe
Periode : automne
Habitat : forestier, sous les pins
Confusions possibles : Suillus mediterraneensis, Suillus placidus
Toxicité : légère
Intérêt culinaire : intéressant
Usages : culinaires

Généralités

Cèpes, Bolets, une grande famille de Basidiomycètes  si diversifiée que l'on y perd son latin...Un genre, les Suillus, regroupant la Nonnette voilée, le Bolet élégant, le Bolet larmoyant, dans la petite famille des Suillacées, nous débroussaille le chemin de la classification par un caractère incontournable : leur habitat, un milieu forestier de pins uniquement. L'on y trouvera en particulier, sur le littoral, le Bolet de Bellini, Suillus bellinii, comestible à consommer avec modération.

Description du Bolet de Bellini

Le chapeau du  Bolet de bellini, d'abord convexe et blanc, devient plat avec l'âge, se tâche de brun, ses bordures restant blanches longtemps. La cuticule reste très visqueuse sur une chair crème, à saveur douce et odeur légère. L'hyménium, partie productrice des spores, a des tubes jaunes à jaunes-verts, des pores de même teinte qui peuvent se tâcher de roux  aux endroits où du « lait » coule et sèche. Le pied est plutôt crème, jaune au sommet, parsemé de granulations brun-rouge parfois abondantes.

Le mycélium, partie végétative invisible, se répand dans le sol en fins filaments blancs qui entrent en contacts étroits avec les racines des pins environnants.

Détermination de  Suillus bellinii

Avec son pied granuleux, son chapeau visqueux décoloré, et son habitat typique, Suillus bellinii est facile à reconnaître. Pour une détermination sûre, vérifier malgré tout la chair jaune et le chapeau brun-orangé de Suillus mediterraneensis, partageant le même habitat Le Bolet ivoire, Boletus placidus, blanc comme Suillus bellinii  jeune, pousse sous les pins à 5 aiguilles.

Le milieu de vie

Le Bolet de bellini affectionne les stations chaudes, on le trouvera essentiellement sur le littoral méditérranéen et atlantique, sur des sols plutôt calcaires. Son mycélium forme une mycorhize, association à bénéfices réciproques, avec des espèces de pins, principalement le pin d'Alep, Pinus halepensis et le pin maritime, Pinus pinaster. Espèce principalement automnale, il a été signalé occasionnellement au printemps.

Toxicité ou intérêt culinaire

Suillus bellinii bien que comestible peut présenter une certaine toxicité due à une concentration plus ou moins importantes en substances laxatives. Il est nécessaire d'enlever la cuticule, visqueuse, amère et certainement plus toxique.

Usages

Le Bolet de Bellini, comme les autres Suillus  nommé « Cèpes des pins », est apprécié et régulièrement consommé sur le littoral atlantique et en Provence, sous le nom de « pissacan », en dépit de ses effets laxatifs variables. Suillus bellinii semble peu actif, mais il paraît préférable de le consommer en petites quantités .

Le saviez-vous ?

Seul Boletus pinophilus, LE Cèpe des pins, peut porter l'appellation commerciale « Cèpe », aux côtés  de Boletus edulis, le Cèpe de Bordeaux, Boletus aereus, le Cèpe à tête noire, Boletus aestivalis, le Cèpe d'été.

Espèces et variétés de Suillus

  • Suillus luteus : Bolet jaune, Nonnette  voilée, bon comestible mais laxatif par grandes quantités.
  •  Suillus mediterraneensis : même habitat que Suillus bellinii .
  • Suillus viscidus : uniquement sous les mélèzes.
  • Suillus flavidus : zones humides de montagne
  • Suillus cavipes : sous les mélèzes, en montagne
  • Suillus plorans : le Bolet larmoyant, au-dessus de 1500 m d'altitude
  • Suillus luteus, Suillus mediterraneensis, Suillus viscidus
Fiches des champignons du même genre

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Bolet élégant, Suillus grevillei Bolet élégant, Suillus grevillei

convexe, viqueux, jaune à roussâtre, 3 à 12 cmUn Bolet de belle couleur, jaune-orangé vif, très visqueux et portant un anneau ? Et appréciant particulièrement les mélèzes ? Nul besoin...

Bolet de Satan, Rubroboletus satanas Bolet de Satan, Rubroboletus satanas

convexe, blanc, 5 à 30 cm de diamètreSilhouette ventrue, chapeau rond comme un coussin bien gonflé, que l'on soulève pour découvrir non des lamelles mais des pores : un Cèpe, un Bolet ! Le panier...

Bolet chauve, Hemileccinum depilatum Bolet chauve, Hemileccinum depilatum

convexe à plat, « cabossé », 5 à 12 cmCèpes, Bolets, une grande famille de Basidiomycètes pour des préparations gastronomiques inoubliables, des recherches actives tôt le matin dans les sous-bois,...

Bolet à pied rouge, Neoboletus erythropus Bolet à pied rouge, Neoboletus erythropus

convexe, sombre, diam. 5 à 20 cmBalade automnale sous couvert forestier ; silhouette de Cèpe, on s'approche,  sous le chapeau des pores... hélàs, les parties touchées bleuissent brutalement. Un peu...

Vos commentairesAjouter un commentaire