L'agriculture de conservation

Un champ cultivé en lisière de bois avec des fleurs sauvages à proximité
Un champ cultivé en lisière de bois avec des fleurs sauvages à proximité

Plus respectueuse de l'environnement et surtout basée sur la vie et l'équilibre du sol, l'agriculture de conservation arrive peu à peu en France. Voyons de quoi il s'agit !

Principes de l'agriculture de conservation

L'agriculture de conservation est une approche différente de l'agriculture classique car elle permet de préserver l'intégrité physique du sol et la vie qui y foisonne. La fertilité de la terre est obtenue par des méthodes douces de couverture du sol par des engrais verts en inter-culture.

Le travail du sol est réduit au strict minimum pour ne pas bouleverser la pédofaune qui participe à l'équilibre et à la fertilité biologique et chimique du sol.

Objectifs de l'agriculture de conservation

Cette approche respectueuse de l'environnement a pour but de produire tout autant mais en respectant et en prenant soin de la terre. Basée sur la rotation des cultures, le sol sera ainsi couvert et amendé durant la majorité de l'année. La couverture à base d'engrais verts judicieusement choisis va permettre en un premier temps de limiter le lessivage et l'érosion des sols en cas d'intempéries.

Grâce à leur système racinaire, les plantes employées vont aider à structurer le sol, à favoriser la pénétration de l'air et de l'eau et parfois à fixer l'azote.

Une bonne couverture permet d'éviter les travaux de désherbage et donc l'emploi de produits phytosanitaires. Un gain de temps, d'argent, et surtout moins d'agressions pour le sol et la nappe phréatique sont à la clé de ce procédé.

Par cette méthode, l'activité biologique du sol est améliorée, sa fertilité et sa structure sont meilleures.

Protection des habitats

Le sol est constitué de plusieurs strates, chacune habitée par des êtres de tailles plus ou moins grandes. Qu'il s'agisse de mammifères, d'invertébrés, de bactéries ou de champignons, ils ont tous leur fonction régulatrice. Un labour classique bouleverse totalement ce bel équilibre tout comme les passages successifs avec de lourdes machines sur les parcelles.

L'agriculture de conservation tend donc à réduire le trafic sur le sol et la profondeur de celui-ci afin de préserver son équilibre. Les lombrics, de nouveau présents en nombre vont peu à peu remplacer le travail de la charrue en aérant la terre par leurs multiples galeries et ce, sur plus d'un mètre de hauteur, le tout sans perturbation pour le sol, bien au contraire !

Intérêts de l'agriculture de conservation

Comme nous l'avons vu cette approche est respectueuse du sol et de l'environnement. Moins de produits phytosanitaires, moins d'interventions de gros engins, donc moins de carburant consommé sont à la clé. Le sol par sa couverture quasi constante (engrais vert puis résidus de culture) aura une meilleure capacité à fixer l'eau et les minéraux, l'humus sera présent en grande quantité pour une meilleure fertilité générale. Un sol ainsi conduit aura d'aussi bons rendements, voire de meilleurs qu'en agriculture classique au bout de 3 à 5 ans.

Lire aussi
L'agriculture raisonnée L'agriculture raisonnée

Depuis 2002, le terme « agriculture raisonnée »possède un caractère officiel. Mais de quoi s'agit-il réellement ? Qui en sont les acteurs ? Quels sont les bénéfices pour le consommateurs ? Tentons...

La conservation des bulbes La conservation des bulbes

Après nous avoir régalé de leur opulentes floraisons, les bulbes perdent de leur splendeur et prennent de la place au sol, empêchant la mise en place d'autres végétaux. Certains d'entre-eux sont...

L'agriculture biologique L'agriculture biologique

Notre terre est sans cesse agressée par des pratiques de cultures massives et d’élevages industriels employant des produits phytosanitaires de synthèse très nuisibles à la fois pour notre...

Récolte et conservation des pommes et poires Récolte et conservation des pommes et poires

Durant des siècles nos aïeux campagnards ont accordé une grande importance à la conservation de leurs récoltes de fruits. Dans le passé il existait les grands fruitiers de châteaux et des grandes...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Bourru07 (Cévennes)
    Un article élégant, trop court, sur une vision qui nous repose des approches effrayantes de l'agriculture industrielle et des fatwas vengeresses de l'Agriculture "bio". Vienne le temps d'une agriculture raisonnable...
    Répondre à Bourru07
    Le 13/11/2016 à 09:04