A LA UNE »
Pudding de chia

L'arbre le plus petit du monde

Il pousse dans la toundra, sur les pentes de nos montagnes. On se penche pour le voir, son tronc, ses branches, s'élèvent à une vingtaine de centimètres. Il appartient à la famille des Saules, l'arbre le plus petit du monde.

Le saule des Pyrénées, un arbre qui mesure de 20 à 50cm
Le saule des Pyrénées, un arbre qui mesure de 20 à 50cm

Trop petits pour être vus

Les Saules tapissants ne se dressent pas fièrement dans les paysages. Sous l'index du botaniste, le randonneur de montagne à peine à croire qu'il chemine dans une forêt de Saules... au milieu d'une pente alpine. De même pour le voyageur des régions arctiques et subarctiques, qui n'imagine pas dans les toundras côtoyer les derniers arbres encore présents à de telles latitudes, dans un climat froid, extrême.

Les Saules tapissants, quelques espèces dans le monde, mesurent au plus une trentaine de centimètres. Leur tronc est minuscule, tortueux, leurs rameaux épousent le sol, leurs feuilles restent menues, courtes. Leurs fleurs, châtons mâles et femelles, leurs graines soyeuses, rappellent bien leur famille, les Salicacées.

Des Saules minuscules

Loin des Saules pleureurs, des Saules blancs longeant nos rivières, des Osiers des vanniers, quelques Saules se sont adaptés à la vie dans des conditions extrêmes, réduisant leur taille pour résister au froid, aux vents violents, aux conditions extrêmes.

Le plus petit d'entre eux se rencontre tout autour de l'Océan arctique, il est la dernière espèce ligneuse des hautes latitudes. Le Saule arctique, Salix arctica mesure 1 à 15 cm, tout juste. Sa longévité, observée au Groenland, peut atteindre 200 ans...

Les montagnes d'Europe accueillent le Saule à feuilles tronquées Salix retusa, le Saule réticulé, Salix reticulata, le Saule à feuilles de serpolet, Salix serpyllifolia. Tous les trois sont des sous-arbrisseaux tortueux, rampants, au tronc et rameaux plus ou moins enfouis dans le sol. Le Saule herbacé des combes à neige, Salix herbacea, se dénote par sa taille un peu plus petite, ses rameaux dressés évoquant de minuscules forêts.

Ils sont venus du fond des temps glaciaires

Peu de temps après la disparition des dinosaures, au début du Tertiaire, les Saules sont bien présents dans les écosystèmes. Ils vont être soumis aux aléas climatiques les plus divers durant une cinquantaine de millions d'années. Ils verront grandir des montagnes, ils partiront à l'assaut de leurs sommets, devenant rampant et tortueux, les feuilles se raccourcissant, se couvrant de protections diverses, pour résister aux morsures du vent, du froid, des UV, de la sécheresse. Les temps glaciaires les repousseront vers les plaines, puis les verront repartir en altitude suivant le recul des glaciers. Isolés les uns des autres ils évolueront en multiples espèces, conservant leur petite taille, leurs multiples adaptations à l'altitude, aux hautes latitudes.

Arbre ou sous-arbrisseau ?

S'ils sont si petits ces Saules adaptés aux climats rudes, peut-on les appeler arbre ?

Selon les définitions, un arbre est un végétal de haute taille, de longue longévité, dont le tronc se dresse droit, ses ramifications se développant en houppier à au moins 5 m de haut. Cet houppier s'étale au soleil, offrant à ses feuilles la meilleure exposition possible. L'arbre s'ancre dans le sol par ses racines, et pour soutenir sa structure est capable de fabriquer du vrai bois.

Les Saules tapissants répondent à tous ces critères, exceptée la hauteur. Si on les imagine au fil de l'évolution réduire leur taille, se courber, se fondre au sol, adapter leurs feuilles, pousser lentement, très lentement, mais durant de longues années, alors ne peut-on continuer à les appeler arbres ?

Quelques utilités

Les hommes des zones arctiques, alpines, ont trouvé aux Saules minuscules de nombreux intérêts : combustible, source de vitamines C, rôle médicinal équivalent aux Saules de grande taille. Les herbivores le broutent, les insectes, araignées, y trouvent refuge. Les plantes alpines se serrent à ses côtés, se protègent mutuellement.

Les arbres les plus petits du monde se sont adaptés depuis des millions d'années à des milieux extrêmes. Comment vont-ils réagir face au changement climatique ? Sauront-ils s'adapter, risquent-ils de disparaître, en concurrence avec de prolifiques espèces favorisées par des températures plus douces ?

Lire aussi
Le tour du monde en 80 jardins Le tour du monde en 80 jardins

Découvrez une nouveauté dans la collection « Tour du monde en 80... » par les éditions E/P/A : Le tour du monde en 80 jardins. Un beau livre pour se ressourcer et se[...]

Arbre aux pochettes, Arbre aux mouchoirs, Davidia involucrata Arbre aux pochettes, Arbre aux mouchoirs, Davidia involucrata

L'arbre aux pochettes est un arbre magnifique, adoré des jardiniers du monde entier. Il est le seul représentant de son genre. Il fait partie de la famille des Nyssaceae, connue[...]

Arbre au caramel, arbre pain d'épice, arbre à gâteaux, katsura, Cercidiphyllum japonicum Arbre au caramel, arbre pain d'épice, arbre à gâteaux, katsura, Cercidiphyllum japonicum

L'arbre au caramel est un très bel arbre qui fait parti des grands classiques dont les amateurs ne sauraient se passer. Les feuilles caduques, de 5 à 10cm de long sont[...]

Les terrains se font beaux pour la coupe du monde de Rugby Les terrains se font beaux pour la coupe du monde de Rugby

La coupe du monde de Rugby, est un événement marquant dans le monde sportif. Tous les quatre ans, elle se déroule dans un pays désigné pour l'accueillir. Les professionnels du[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire