Comment planter une clématite ?

Une clématite est une plante grimpante qui devient rapidement généreuse lorsqu’elle est plantée avec soin ; l’essentiel étant de la faire s’enraciner le plus rapidement possible, l’aider à passer du terreau de production à la terre de votre jardin.

Je m'abonne 

Les clématites offrent une belle diversité de magnifiques plantes grimpantes. Une fois bien reprises, elles se développent vigoureusement et apportent une grande satisfaction au jardinier lorsque ses tiges s’accrochent au support que vous avez choisi, puis fleurissent. Clématites à grandes fleurs, à fleurs petites, mais plus nombreuses, en clochettes parfois remontantes ou parfumées... le choix est vaste, y compris en gamme de couleurs. De même, il existe une clématite qui fleurit à chaque moment de l’année.

En dehors de quelques exceptions, notamment pour des espèces botaniques aux exigences particulières (il existe aussi dans le genre Clematis de petites plantes de rocailles non grimpantes) toutes les clématites se transplantent à peu près de la même façon : il faut tout faire pour qu’un puissant système racinaire se développe rapidement, car une fois bien enracinée, la clématite n’est quasiment plus jamais malade et devient bien mieux résistante à la sécheresse.

Quelle époque choisir pour planter une clématite ?

Le meilleur moment pour repiquer la clématite est l’automne et le début du printemps, tout en évitant les jours où il gèle. Ce sont des périodes où les clématites développent particulièrement leurs racines.

Planter en automne permet à la clématite de profiter des pluies régulières de la saison, elle peut s’être si bien enracinée quand arrive l’été, qu’elle ne souffre presque plus du manque d’eau.

La planter au printemps lui permet de profiter des pluies printanières.

Transplanter une clématite en fin de printemps ou en été est possible, mais exige des arrosages très suivis (2 fois par semaine) pour qu’elle ne souffre pas de la soif ; la reprise est plus compliquée.

Quel emplacement pour une clématite ?

La tête au soleil et les pieds à l’ombre : la clématite apprécie une exposition ensoleillée à mi-ombre. Mais elle préfère que la base de ses tiges et la terre autour des racines ne surchauffent pas. Pour ce faire, lorsque la chaleur du printemps arrive, le pied peut être ombré par une tuile, une ardoise ou mieux encore, par une plante vivace plantée judicieusement.

La transplantation de la clématite

Si possible, la motte de la clématite sera plantée presque horizontalement : l’intérêt est de favoriser un enracinement vertical directement dans votre terrain, d’autant mieux que la base des tiges enterrées produit facilement de nouvelles racines.

Le trou doit être assez important, 2 à 3 fois plus large et profond que le pot. Il sera rempli par un mélange souple et de belle texture, qui sera de nature intermédiaire entre le terreau de production, souvent excessivement tourbeux et la terre de votre jardin, quelle qu’elle soit.

Recette du mélange de plantation : moitié terreau + moitié terre de votre jardin.

Si cette dernière est collante, ajoutez quelques poignées de sable (non salé) pour le drainage.

Préparez la motte de racines : le terreau de la motte est ôté en partie à l’aide d’une fourchette, quelques belles racines sont déroulées, sans trop insister. S’il y a présence d’un chignon de racines, il faut essayer d’en démêler une partie, même si ça casse des racines. 

La motte est enterrée dans le mélange préparé, sans oublier d’ajouter au fond un peu de fumier bien décomposé (il n’est plus odorant). Il se vend en jardinerie parfois même en granulés secs, très pratiques.

Ajouter ce fumier va donner un coup de fouet à votre clématite lorsque ses racines s’enfonceront. Il va remplacer favorablement n’importe quel engrais en permettant le développement de bactéries et champignons symbiotiques autour des racines, ce que l’engrais empêche. Ces micro-organismes vont renforcer les défenses de votre clématite contre la sécheresse et les maladies (voir article sur la rhizosphère).

La terre est tassée à la main puis par un arrosage.

Attacher sa clématite sur le support

La clématite grimpante a besoin d’un support que ce soit une clôture, un treillis, un arbuste ou une pièce métallique installée exprès pour elle. Il doit être adapté à la taille de votre clématite adulte. Certaines clématites ne montent que de 1,5 à 3 m, d’autres, comme la Clematis montana, sont capables de s’élever ou s’étaler sur 5/6 m.

À la plantation, ses tiges seront nouées à leur support, car elles ne seront capables de s’attacher d’elles-mêmes seulement lorsqu’elles formeront leurs nouvelles tiges. Ce sont en effet les pétioles des feuilles qui s’enroulent solidement autour du support.

Attacher les tiges en hauteur permet également d’éloigner les bourgeons du sol, et donc aussi des limaces et escargots.

La lutte contre les limaces

Limaces et escargots raffolent des jeunes pousses de clématites au printemps ! Cela peut devenir un réel problème lorsqu’elles viennent d’être plantées.

Voici quelques solutions naturelles pour lutter :

  • attacher les tiges de manière à ce que les bourgeons ne soient plus au ras du sol.

  • entourer le jeune pied de clématite de sable ou de cendre, que les gastéropodes apprécient peu.

  • attendre la fin du printemps avant de pailler. Le paillage, très intéressant pour maintenir la terre plus fraîche est malgré tout assez propice aux limaces qui y logent.

  • mettre un piège à limaces et venir les « cueillir » chaque matin (vous en faites ce que vous voulez après !). Le piège consiste simplement en une tuile ou une ardoise posée sur le sol. Les limaces aiment s’y cacher dessous au petit matin.

  • très biologique : semer à proximité des graines d’espèces dont les limaces sont absolument folles, comme du colza : les limaces ne résistent pas à l’odeur de leurs tendres plantules ! Elles s’habitueront vite à ce régime alimentaire plutôt qu’à autre chose : il s’agit d’éduquer ses limaces, en quelques sortes.

Arrosage

Avant de planter, la motte est humidifiée par bassinage.

Après la plantation, même s’il pleut, l’arrosage immédiat est important pour chasser les poches d’air dans la terre.

Plus tard, durant le printemps et l’été, la clématite sera arrosée cette première année quand il fait sec : environ une fois par semaine. Une manière simple d’y penser est de recycler systématiquement en cuisine l’eau de nettoyage des légumes ou de la salade : ça devient ensuite automatique.

Les années suivantes, cette clématite devrait être capable de se passer d’arrosages.

Quelques variétés de clématites connues pour leur robustesse

Voici une liste (non exhaustive) de clématites grimpantes très faciles à cultiver, particulièrement satisfaisantes et très résistantes aux maladies : des clématites pour débutants ou pour jardiniers insouciants.

A petites fleurs

  • Clematis alpina 'Albina Plena' aux fleurs blanches doubles.
  • Clematis alpina 'Pamela Jackman' aux fleurs bleu foncé à violet pâle.
  • Clematis montana 'Mayleen' une grande clématite avec une multitude de fleurs roses.
  • Clematis montana var. Grandiflora, aux fleurs blanches.
  • Clematis viticella 'Madame Julia Correvon' : résistante à tout ! Fleurs de 7-13 cm, rouges.
  • Clematis viticella 'Etoile Violette', violet foncé.
  • Clematis viticella 'Purpurea Plena Elegans', la vigoureuse viticella à fleurs très doubles et roses de 3-9 cm.
  • Clematis tangutica ‘Golden Tiara’, à clochettes jaunes.

A assez grandes fleurs  et remontantes

  • Clematis 'Victoria', un cultivar violacé très vigoureux.
  • Clematis viticella 'Blue Angel', assez grandes fleurs remontantes bleu pale.

A très grandes fleurs

  • Clematis ‘Piilu’, une vigoureuse plante compacte (1,50 m) aux grandes fleurs bicolores roses.
  • Clematis 'Cholmondeley', aux merveilleuses fleurs lavande, larges de 15 à 23 cm.
  • Clematis 'Mrs George Jackman' aux grandes fleurs blanches.
  • Clematis 'The President', bleu intense.
  • Clematis 'Westerplatte', une clématite de petite taille aux grandes fleurs rouge vif.

Lire aussi
Clématite brûlante, Clématite flamme, Clématite poivrée, Clématite odorante, Clematis flammula Clématite brûlante, Clématite flamme, Clématite poivrée, Clématite odorante, Clematis flammula

La clématite brûlante est une clématite indigène, de la famille des Renonculacées que l'on rencontre relativement couramment en garrigue méditerranéenne, dans les milieux chauds et caillouteux,...

Clématite vigne-blanche, Clématite des haies, Herbe aux gueux, Clematis vitalba Clématite vigne-blanche, Clématite des haies, Herbe aux gueux, Clematis vitalba

La clématite vigne-blanche, Clematis vitalba, appartenant à la famille des Renonculacées, est une espèce de clématite indigène en France. Elle déploie ses longues branches en s'accrochant sur les...

Comment planter les courgettes ? Comment planter les courgettes ?

Gérard BOURGES d'Au Jardin des Cistes nous conseille sur comment préparer le sol et comment planter la courgette au potager.

Comment planter et entretenir la pomme terre ? Comment planter et entretenir la pomme terre ?

Comment planter et entretenir la pomme terre ? Gérard BOURGES répond à vos questions les plus fréquentes.

Vos commentairesAjouter un commentaire