Le paillage organique

Un paillage organique issu d'un broyage
Un paillage organique issu d'un broyage

Outre sa fonction technique de protection, d'amélioration et de fertilisation du sol, le paillage organique peut aussi avoir un aspect esthétique dans les créations paysagères pour jouer avec les contrastes et la lumière.

Il existe de multiples formes de paillages organiques dont certaines auxquelles on pense rarement. Focus sur ce type bien particulier de couverture du sol.

Qu'est-ce-qu'un paillage organique ?

Le paillage organique est une couverture du sol constituée à base de matière organique biodégradable souvent non décomposée.

Issu de matériaux recyclés, le paillage est étalé sur le sol en couverture entre les cultures pour protéger celui-ci du lessivage des nutriments et empêcher la pousse des herbes folles.

Un sol ainsi couvert est moins soumis aux variations climatiques et thermiques, il reste bien meuble, n'a pas besoin d'être retourné et reprend vie grâce à l'action des micro-organismes qui trouvent le gîte et le couvert sous celui-ci, le transformant au fil du temps en bel humus fertile.

Lors des cultures, le paillage permet de limiter les gestes d'arrosage en évitant une trop forte évaporation, il préserve aussi vos plantes de la concurrence des adventices qui ne peuvent plus se développer et germer si la couche de paillage est bien épaisse. L'eau et les nutriments seront ainsi directement disponibles pour vos végétaux et uniquement pour eux !

Si vous cultivez des légumes ou des fruits comme les courgettes, les melons ou les fraises, le paillage, les préservera des éclaboussures de terre et leur offrira un écrin douillet. En se décomposant, il leur apportera au passage des nutriments. Que demander de plus !

Les différents types de paillages organiques

La paille est une des matières les plus utilisées en couverture du sol. Issue de tiges de graminées après récolte des céréales, elle est blonde et assez rigide. Très légère, bien aérée, elle assure une bonne ventilation au sol et favorise la pénétration de l'eau de pluie et d'arrosage. Étalée en couche épaisse, elle limite la pousse des herbes folles. Piquante, elle repousse les gastéropodes.

Ce paillage organique est assez long à se décomposer, il contient beaucoup d'éléments carbonés.

Le foin, a ne pas confondre avec la paille, est issu du fauchage des herbes dans les champs. Vert, il est constitué de tiges plus fines que la paille. Il peut contenir des graines d'adventices ! Il se décompose bien plus vite que la paille et contient plus d'azote. Il est aéré et fertilise le sol assez rapidement lors de sa décomposition. Ce paillage doit être renouvelé assez souvent.

Les feuilles mortes peuvent servir d'excellent paillage, mais pour cela il faudra les choisir exemptes de maladies. Ce type de paillage reproduit le phénomène présent dans les couverts forestiers en protégeant le sol et en se transformant en humus très riche. Si les feuilles sont vraiment coriaces (platane, chêne liège, houx...) et que vous désirez accélérer le processus de décomposition, n'hésitez pas à les passer au broyeur de végétaux avant de les utiliser.

Les résidus de tonte de gazon constituent une belle source de déchets verts pour réaliser un paillage. Laissez-les un peu sécher avant de les étaler ou sol car ils risquent sinon de former une couche compacte assez imperméable à l'air et à l'eau. Ce type de paillage est très riche en azote. En couche épaisse, il a les mêmes qualités que les paillages précédents.

La sciure de bois doit être choisie issue de bois non traité et ne pas contenir de colle et de solvant. La sciure est légère, laisse passer l'eau et l'air et contient des éléments carbonés. Elle protège efficacement le sol en l'isolant contre les variations thermiques, limite l'évaporation et la pousse des adventices. Elle met un certain temps à se décomposer, vous n'aurez donc pas à y revenir tous les mois.

Les frondes de fougères sont parfois utilisées comme paillage organique dans les zones rurales. Présentes en abondance à l'automne, les frondes de fougères offrent une très bonne couverture pour le sol, car elle sont légères et laissent bien passer l'eau et l'air. Elles ont aussi des vertus antifongiques et insecticides. Lors de la décomposition, elles libèrent du métaldéhyde qui empoisonne les limaces.

Pour ces propriétés techniques, elles sont traditionnellement utilisées pour pailler les fraisiers ou protéger le pied des rosiers (notamment le point de greffe).

Les résidus de cuisine comme les épluchures de légumes et autres peuvent aussi servir de paillage organique. Encore frais, ils vont apporter de la chaleur au sol en se décomposant ainsi que de nombreux nutriments. Ils ont l’inconvénient d'être peu esthétiques et pourront être couverts d'une couche de paille.

Le compost est un excellent amendement, notamment en début de printemps car il préserve les plantes de la faim d'azote contrairement aux autres paillages organiques. Il fertilise le sol et l'ameublit. Seul inconvénient : il offre un terrain de choix à la germination des adventices !

Le fumier frais doit être étalé en automne en paillage du sol, il aura ainsi le temps de se décomposer sans brûler les végétaux comme ce serait le cas avec un apport printanier. Il est idéal en couverture hivernale car il protège bien le sol, booste son activité biologique tout en étant suffisamment aéré pour laisser passer l'air et l'eau.

Le BRF (Bois Raméal Fragmenté) est issu du broyage de petites branches. Il constitue un paillage de choix, durable, protecteur et fertilisant le sol efficacement. Il est idéal en automne ou en fin de printemps. Évitez de l'épandre à la fin de l'hiver car il peut provoquer la faim d'azote. Notez qu'il existe en version colorée pour mettre en valeur certains feuillages et apporter de l'originalité à votre jardin.

Les paillettes (de lin, de chanvre...) constituent un paillage très léger et poreux à l'eau et à l'air. Il est idéal pour mettre en valeur des plantes d'ornement au feuillage sombre ou rouge pour créer du contraste. Il a les mêmes avantages que les autres paillages mais peut s'envoler dans les zones très venteuses.

Les coques de cacao offrent un paillage durable et original. Une bonne couche empêchera la pousse des adventices mais cela risque d'être coûteux !

Les aiguilles de pin et écorces acidifient légèrement le sol en se décomposant, ce qui est idéal pour corriger (très légèrement) un sol à tendance calcaire. Ce paillage empêche la progression des gastéropodes. Aéré, il constitue une bonne alternative au pied des rosiers ou des arbustes d'ornement acidophiles. Les écorces mettent plus de temps à se décomposer que les aiguilles, à privilégier si vous ne voulez pas y revenir trop souvent !

Lire aussi
Le paillage Le paillage

Le paillage est une technique de jardinage offrant de nombreux avantages au jardin. Il est apparu dans les années 50 aux Etats-Unis et est désormais utilisé aujourd'hui par de nombreux...

Le paillage, en quoi consiste-t-il ? Le paillage, en quoi consiste-t-il ?

Au jardin naturel, le paillage consiste à couvrir le sol, autour des plantations, avec des paillis constitués par différents matériaux d’origine naturelle organique ou minérale. L’homme...

Un binage vaut deux arrosages... Oui mais avec un bon paillage ! Un binage vaut deux arrosages... Oui mais avec un bon paillage !

Tous les jardiniers ont entendu un jour ou l'autre le fameux adage ventant les vertus du binage. Bien que tenace cette croyance ne doit pas forcément être prise au pied de la lettre....

Utiliser du carton pour le paillage Utiliser du carton pour le paillage

Le paillage présente de nombreux bénéfices aussi bien au jardin d'ornement qu'au potager. Pourquoi ne pas recycler de vieux cartons en paillage improvisé ? Faciles à mettre en place, ils sont aussi...

Vos commentairesAjouter un commentaire