Les ravageurs des palmiers

Les palmiers sont des plantes majestueuses donnant un petit côté exotique au jardin. Généralement robustes, certains parasites les attaquent pourtant parfois, pouvant créer des dégâts fatals.

Un phoenix canariensis attaqué par les larves du charançon rouge du palmier
Un phoenix canariensis attaqué par les larves du charançon rouge du palmier

Rhyncophorus ferrugineus

Le charançon rouge du palmier est le parasite qui fait le plus parler de lui tant ses dégâts et son expansion sont considérables. Il officie principalement sur Phoenix canariensis mais aussi sur d'autres palmiers. Une décision de la Commission Européenne (25 mai 2007) impose d'ailleurs des mesures d'urgence destinées à empêcher l'introduction et à limiter la propagation de cet insecte qui sévis en France dans le Var, les Bouches du Rhône, les Alpes Maritime et la Corse. La bête peut se reproduire 4 fois par an, multipliant la population par près de 40 tous les 4 mois, c'est dire le danger qu'il représente !

Rhyncophorus ferrugineus est un charançon de 2,5 cm de long, rouge avec des rayures noires sur les élytres. Il possède un long rostre qui lui permet de creuser un trou dans le stipe. La larve dodue, de couleur crème, présente une petite tête brune.

Symptômes : les palmes se déforment, sèchent puis tombent, une odeur fétide et un liquide brunâtre émane du stipe.

Traitement : déclaration du foyer obligatoire et mesures immédiates de prévention et d'élimination (arrêté du 21 juillet 2010). Pièges à phéromones. Traitements bio ou chimiques de la couronne et du stipe. Lutte biologique.

Paysandisa archon

Le papillon du palmier est un papillon provenant d'Argentine. Il attaque les Phoenix, les Braehas, les Chamaerops, les Trachycarpus et les Washingtonias. Il sévit principalement en Espagne, en Catalogne mais aussi en France. Le papillon (100 mm d'envergure) est reconnaissable à ses ailes antérieures vert olive et aux postérieures rouge/orangé parsemées de tâches blanches et noires. Une femelle peut pondre jusqu'à 130 œufs qui se transformeront en chenilles de 70 mm de longueur de couleur blanche. Ces dernières dévorent la cellulose à l'intérieur du stipe. À la fin de son cycle, elle en sortira pour s'enfermer dans un cocon et se transformer en papillon.

Symptômes : trous à la base des rachis et sciure sur le stipe, perforation des palmes, cocons, rejets, jaunissement et dessèchement des palmes.

Traitement : lutte biologique ou chimique.

Pseudarenipses insulare

Il s'agit d'une pyrale (papillon) beige de 30 mm d'envergure aux ailes antérieures très étroites. Les larves brunes de 25 mm de long s'attaquent aux inflorescences et aux tissus tendres des palmes.

Symptômes : trous à la base du rachis, pourriture sèche, destruction des inflorescences sur les Phoenix.

Traitement : pièges à phéromones. Insecticides bio ou chimiques. Lutte biologique.

Acariens

Autrement nommés Araignées rouges, les acariens très difficiles à apercevoir à l’œil nu s'attaquent plutôt aux palmiers cultivés en intérieur.

Symptômes : fine toiles d'araignées au revers des palmes, décoloration du feuillage.

Traitement : vaporisations quotidiennes d'eau en prévention. Destruction des feuilles atteintes. Acaricide.

Lire aussi
Les palmiers résistant au froid Les palmiers résistant au froid

Philippe COURTUISON des pépinières de la PALMERAIE ZEN qui est spécialisée dans la production de palmiers nous présente les palmiers résistants au froid.

Gérer les maladies et les ravageurs en culture sous serre Gérer les maladies et les ravageurs en culture sous serre

Gérard BOURGES d'Au Jardin des Cistes nous conseille sur la lutte contre les maladies et les ravageurs lorsque l'on cultive des légumes sous serre.

Les ravageurs de l'olivier Les ravageurs de l'olivier

Voyons les quelques ravageurs propres à l'olivier et les moyens de lutte

Les ravageurs de la tomates Les ravageurs de la tomates

La tomate est l'une des plantes les plus cultivée au potager mais elle est malheureusement la proie de nombreux ravageurs qui occasionnent des dégâts et compromettent les récoltes. Apprenons à[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire