Lis géant de l'Himalaya

Lis géant de l'Himalaya, Cardiocrinum giganteum var yunnanense

Botanique

Nom latin  : Cardiocrinum giganteum
Famille  : Liliacées
Origine  : Himalaya de l'Inde, Tibet, Népal, Bhoutan, Pakistan, Chine et le Myanmar (Birmanie)
Période de floraison : juin/juillet
Couleur des fleurs  : blanc
Type de plante : plante à bulbe
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 1,20 à 3 m

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique, jusqu'à -14 °C
Exposition  : ombre
Type de sol : riche, humifère et drainant
Acidité du sol  : tolérant
Humidité du sol  : normal
Utilisation : massif ombragé
Plantation, rempotage : septembre octobre ou mars avril
Méthode de multiplication : semis, bulbilles
Maladies et ravageurs : criocère du lys, escargots et limaces sur les jeunes feuilles

Cardiocrinum giganteum, le lis géant de l’Himalaya, est une plante bulbeuse appartenant à la famille des Liliacées, étroitement apparentée au genre Lilium, les lis. Il est croît sur les sols forestiers de l’Himalaya, largement distribué en Inde, Tibet, Népal, Bhoutan, Pakistan, Chine et le Myanmar [Birmanie]. Le lis géant de l’Himalaya est une plante formidable, tant par son gigantisme et sa beauté, que par la patience qu’il exige du jardinier.  Il ne peut laisser indifférent, et fait partie des plantes mythiques dont rêve tout passionné.

Description du lis géant de l’Himalaya

Cardiocrinum giganteum montre un bulbe imposant (jusqu’à 20 cm de diamètre), construit comme celui d’un lis, mais fait de peu d’écailles très épaisses. La plante en repos (en hiver) se maintient avec son chevelu de racines épaisses.

Ses feuilles émergent de terre vers fin mars. Si la floraison est le but ultime à atteindre, le feuillage du lis géant, en attendant la floraison, est intéressant aussi. Il produit une tige dressée et porte de belles feuilles très vertes, ovales, longues de 15 à 20 cm et larges de 12 à 15 cm, d’une belle texture.

De la graine à la floraison, il grandit durant environ 7 ans, puis produit enfin sa fameuse hampe florale qui culmine entre 2 et 3 m. La tige mesure alors près de 5 cm de diamètre. Le racème porte entre 15 et 40 fleurs en trompette, longues de 15 à 20 cm. Elles sont d’une teinte très fraiche, blanches à légèrement vertes avec une gorge généreusement colorée de pourpre. Ces fleurs sont parfumées [odeur de vanille] et autofertiles, elles produisent ensuite systématiquement des gousses de graines plates et papyracées. Les gousses, dressées et de teinte rouge fauve sont encore décoratives.

Après cette exceptionnelle floraison, le cardiocrinum meurt, car il est monocarpique, cependant, si les conditions étaient favorables, il aura produit plusieurs jeunes bulbilles, qui assureront la pérennité de la plante dans le jardin.

Comment cultiver le lis géant de l’Himalaya ?

Cardiocrinum giganteum se cultive à l’ombre de grands arbres, qui conditionnent aussi bien la fraicheur de l’atmosphère et de la terre en été que le drainage en hiver. Il a besoin d’un sol profond (bien travaillé), souple et non compact, riche en matière humifère, à tendance acide. Il ne faut pas hésiter à lui apporter du terreau de feuilles et du compost bien décomposé. Cette terre ne doit jamais dessécher complètement, donc la surface en sera éventuellement paillée en été.

Ce n’est pas ses exigences qui sont compliquées chez le Cardiocrinum giganteum, mais plutôt d’une part le fait qu’il soit planté pour de longues années [il faudra à tout prix éviter de le transplanter] et d’autres parts, le fait de l’installer dans son jardin à partir de bulbes vendus souvent sans leurs racines.   À l’achat de ce type de bulbe nu, il faut absolument que la plante réussisse à produire de nouvelles racines, ce qui n’est pas toujours évident. Ils seront plantés au printemps [mars avril], sur un lit de gravier, pas très profond. Ils seront espacés au minium de 70 cm.

Le mieux est d’acheter une plante en pot « en vert », mais c’est encore plus rare.

Les jeunes feuilles sont sensibles aux limaces, et le criocère du lis est à surveiller également.

Comment multiplier le lis géant de l’Himalaya ?

Les graines sont semées en pot sous 1 cm de terre humifère maintenue humide en permanence. Pour ce faire, ce pot peut être enfermé dans un sac congélation et laissé à l’extérieur. Après le premier hiver, la graine germe en dessous, après le second, un cotylédon émerge en surface, il faut enlever le sachet dès que les cotylédons apparaissent. Enfin, la première vraie feuille se développe après le troisième hiver !

Après la floraison, la tige principale meurt peu à peu, mais les bulbilles sont laissées en place jusqu’au printemps, alors que pointent les premières pousses. Ces jeunes bulbes continuent de s’enraciner et de grossir durant l’hiver. À l’aide d’un fourcher, toute la motte est délicatement sortie de terre, puis laver au jet d’eau pour bien discerner les différentes petites plantes et pouvoir les séparer sans casse. Ils sont repiqués immédiatement, espacés au minimum de 60 à 70 cm.

Espèces et variétés de Cardiocrinum

3 espèces dans ce genre

  • Cardiocrinum cordatum, lis géant à feuilles cordées
  • Cardiocrinum giganteum var Yunnanensis, un peu moins grand, mais aux fleurs plus blanches
  • Cardiocrinum giganteum var giganteum, l’espèce la plus couramment cultivée
Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

La division d'une plante La division d'une plante

Non, il ne s'agit pas là de problèmes mathématiques mais bien d'une pratique de jardinage ! La division des souches, des touffes ou des racines est une méthode qui permet de multiplier une plante...

Vos commentairesAjouter un commentaire