A LA UNE »
Semer les poireaux

Aspidistra élevé

Aspidistra élevé, Aspidistra elatior
Aspidistra élevé, Aspidistra elatior

Botanique

Nom latin  : Aspidistra elatior
Famille  : Liliacées
Origine  : Japon
Période de floraison : hiver
Couleur des fleurs  : violacé
Type de plante : plante d'intérieur et plante d'extérieur
Type de végétation : herbacée
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : 60 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique jusqu'à -18 °C
Exposition  : ombre légère à profonde
Type de sol : normal, drainant
Acidité du sol  : très acide à légèrement acide
Humidité du sol  : normal, supporte la sécheresse
Utilisation : potée intérieure ou extérieure, massif ombragé
Plantation, rempotage : automne
Méthode de multiplication : semis, division

Aspidistra elatior, l’aspidistra élevé, est une plante vivace appartenant à la famille des Liliacées. Elle est originaire du Japon, présente en nombre sur le sol forestier de l’ile d’Oshima. L’espèce est largement cultivée aussi en Chine depuis longtemps et s’y est naturalisée. L’aspidistra est apparu comme plante d’intérieur en Europe dès le 19e siècle, si robuste et résistant aux mauvais traitements qu’il devient très fréquent. De nos jours, l’aspidistra suscite de nouveau l’intérêt des jardiniers, car en dehors de sa robustesse, il montre une rusticité qui permet de l’utiliser au jardin en tant que plante d’ombre. De nombreux et nouveaux cultivars deviennent accessibles.

Description de l’aspidistra

L’aspidistra élevé est une plante rhizomateuse aux tiges souterraines épaisses de 5 à 10 mm, d’où se développent les feuilles qui sont dressées hors de terre, et les fleurs au ras du sol, voire enterrées. Les feuilles, solitaires, sont hautes d’environ 60 cm, avec un long pétiole rigide et un limbe lancéolé à oblongue, jusqu’à 45 cm de long et 10 cm de large, vert sombre, parfois maculé de blanc.

Les étranges fleurs de l’Aspidistra elatior ont produites de janvier à avril ; elles sont formées d’un périanthe coriace de 6 à 8 lobes triangulaires de couleur violacée. Collées au sol, bien qu’assez grandes, elles sont généralement cachées par le feuillage.

La croissance des aspidistras est assez lente, surtout en terre pauvre, ce qui explique que ces plantes soient généralement vendues assez cher. Elles forment toutefois un couvre-sol persistant et attrayant en quelques années.

Quelques variétés

Aspidistra elatior 'Shiroji', a des feuilles panachées de larges bandes blanches. De nombreuses autres formes panachées existent : 'Kimidori', par exemple, aux feuilles mi-vertes/mi-blanches, ‘Hoshi -zora' est une forme panachée caractérisée par sa grande taille, ‘Lennon’s Song' est strié de jaune…

Aspidistra elatior 'Spek-tacular', aux feuilles vert vif, mouchetées de blanc jaune

Aspidistra elatior 'Asahi' est superbe, il montre des feuilles ayant jusqu’au tiers supérieur du limbe blanchâtre. Il produit un massif très lumineux et original, même s’il faut bien attendre 2 années de culture pour que ses feuilles blanchissent bien.

Comment utilise et cultiver l’aspidistra élevé ?

Apidistra elatior est une plante d’ombre. Sous les rayons directs du soleil, la pointe de ses feuilles se dessèche. En ombre trop profonde, l’aspidistra vit, mais se développe peu. Les formes panachées ont besoin d’une ombre assez lumineuse pour être bien colorées. Très tolérant sur le sol, il demande juste qu’il soit relativement drainant et de tendance acide ; ce feuillage persistant fait d’ailleurs merveille au pied des arbres, profitant de leur ombrage et du drainage naturel apporté par leurs racines.

L’aspidistra demande des apports d’eau assez réguliers pour croître, mais il se montre toutefois très résistant à la sécheresse, même si celle-ci stoppe sa croissance. Un sol usé ou trop pauvre aura le même effet.

Au jardin l’aspidistra élevé se montre rustique. Son feuillage se cristallise avec des gelées sévères, mais reprend son aspect initial au dégel. Les feuilles ne souffrent qu’avec des gelées inférieures à -14 °C, tandis que les rhizomes survivent encore à -18 °C, d’autant que la plante est généralement protégée sous les arbres.

Aspidistra elatior se cultive en tant que plante d’appartement, extrêmement facile à maintenir en pot dans un terreau quelconque. Il faut juste ne pas oublier de renouveler parfois son substrat pour lui permettre de se développer. Ses feuilles sont couramment utilisées par les fleuristes.

Il se transplante au jardin de préférence en début automne, car il commence sa croissance tôt au printemps. Seules les plantes issues de serres ou très jeunes seront mieux plantées au printemps.

Comment multiplier l’aspidistra élevé ?

Les divisions de l’aspidistra sont faites en septembre/octobre, en évitant les trop petits Fragments. Les semis sont également possibles.

Espèces et variétés de Aspidistra

De nombreuses espèces (environ 60) dans ce genre

  • Aspidistra linearifolia, aux feuilles étroites
  • Aspidistra hainanensis, aux feuilles linéaires
  • Aspidistra sichuanensis, moucheté de vert clair
Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le retour du printemps pour notre plante exotique Le retour du printemps pour notre plante exotique

Cet article fait suite à la fiche Protéger efficacement une plante exotique en hiver ou nous avions pris comme exemple la protection d'un jeune bananier, que nous retrouvons ici... Au début du...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire