Famille des Mélanthiacées / Melanthiacées

La famille des Mélanthiacées représente d’étonnantes plantes herbacées, proches des Liliacées, mais très complexes, toutes plus intéressantes les unes que les autres ; certaines sont de formidables plantes ornementales, rares, chères, sublimes !

Trille géant, Trillium géant, Trillium chloropetalum var. giganteum
Trille géant, Trillium géant, Trillium chloropetalum var. giganteum

Les plantes populaires : Trillum, les trilles, Paris, la parisette à 4 feuilles, Veratrum, les vératres

Les Melanthiaceae sont des plantes à fleurs monocotylédones évoluées appartenant à l’ordre des Liliales. Vivaces, herbacées et plus ou moins rhizomateuses, elles sont pour le jardinier des plantes de collection, qu’il faut adopter en connaissant leur lenteur à se développer, mais ensuite, quel résultat !

Nombre de Mélanthiacées ne sont cependant pas cultivées : incultivables ou trop sensibles, endémiques d’une petite région, parfois en voie de disparition. Ce sont malheureusement pour la plupart des plantes qui mettent des décennies à s’installer, demandant parfois une dizaine d’années avant de fleurir une première fois et n’ayant pas d’autres méthodes que le semis pour se disperser.

Les plantes de la famille des Mélanthiacées habitent donc des milieux matures, généralement des forêts ou des alpages. Elles souffrent grandement de la perturbation, voire de la disparition de leur milieu. Des populations, qui se sont installées pendant un ou plusieurs siècles pour former la strate herbacée d’une forêt comme c’est le cas chez les trilles, par exemple, survivent très mal au rythme des changements imposés par les humains.

Place de la famille parmi les autres

Les Mélanthiacées étaient autrefois intégrées aux Liliacées. Ce sont des Liliales aux formes complexes, un peu à part. La famille la plus approchante, est celle des Petermanniaceae, qui ne contient d’une espèce grimpante australienne.

Distribution : cette famille est distribuée surtout dans l’hémisphère nord : un peu en Europe, davantage en Asie, mais principalement en Amérique. La plupart croissent en climat tempéré ou tempéré froid. Cependant, quelques espèces sont plus tropicales et issues de l’Amérique centrale ou du Sud.

Les Mélanthiacées ont besoin pour survivre d’un milieu de vie stable dans la durée, non perturbé. On les trouve le plus souvent en sous-bois ou sur des pelouses alpines.

En France, quelques espèces seulement représentent cette famille :

  • Paris quadrifolia, sous-bois ou bas des haies de bocages.
  • Veratrum album, le vératre blanc, montagnard
  • Veratrum nigrum, rare dans les Alpes du Sud

Caractères généraux des Mélanthiacées

Les Melanthiaceae sont toutes des plantes vivaces herbacées. La plupart sont géophytes (à feuillage caduc) avec quelques exceptions à feuilles persistantes. Elles sont rhizomateuses, bulbeuses ou tubéreuses. Leurs feuilles sont disposées en rosettes basales (Amianthium, Helonias, Stenanthium…) ou caulescentes. Parmi les espèces caulescentes, les vératres ont des feuilles alternes, tandis que Trillium et Paris réduisent leur appareil végétatif aérien à une hampe florale, dons les bractées verticillées en forme de feuilles prennent en charge la fonction de photosynthèse. Les feuilles (ou bractées), aux bords lisses, ont des nervures parallèles ou pennées ramifiées.

Les fleurs sont solitaires (Trillium, Paris), pédonculées ou sessiles, ou au contraire, très nombreuses, rassemblées en épi dense (Chamaelirium) ou élancé (Chionographis), parfois ramifié (Veratrum)

Les fleurs sont actinomorphes, régulières, généralement par verticilles de 3 éléments (exceptionnellement par 4 chez les Paris). Souvent la fleur est composée de 6 tépales, avec 3 sépales pétaloïdes. Elles comportent le plus souvent 6 étamines, et 1 à 3 styles. Elles sont fécondées par les insectes.

Les fruits sont des baies charnues, contenant quelques graines.

Ces dernières comportent parfois un élaiosome (Trillium), une substance pour nourrir les fourmis et qui poussent ces dernières à la dissémination des graines.

Les plantes appartenant à la famille des Melanthiaceae

Les Mélanthiacées comprennent près de 100 espèces réparties irrégulièrement en une vingtaine de genres.

  • le genre Amianthium contient une seule espèce américaine, très belle : Amianthium muscitoxicum, appelé poison de mouche en anglais. Elle habite les pentes boisées fraîches.

  • le genre Chamaelirium contient une unique espèce Chamaelirium luteum ou fausse licorne, aux étranges inflorescences très dense et cireuse.

  • le genre Chionographis est asiatique. Il contient 6 espèces : Ex le très sculptural Chionographis japonica, décorative avec ses inflorescences très fines et entièrement blanches, y compris la tige.

  • le genre Helonias aux rosettes basales à feuilles larges ; ex Helionas bullata, appelé rose des marais, aux épis coniques roses ou Hellionas dioica, la racine de licorne, aux longs épis blancs et denses.

  • le genre Heloniopsis, de 6 espèces asiatiques, dont l’élégante Helionopsis orientalis, une petite plante japonaise poussant en touffe est parfois vendue chez les spécialistes.

  • le genre Melanthium chef de série de la famille contient 4 plantes, mellifères, parfois incluses parmi les Veratrum.

  • le genre Stenanthium est américain et contient une petite trentaine d’espèces à rosette basale assez hautes, aux épis floraux très élancés, verdâtres ou parfois plus colorés et alors très élégants. Ex. Stenanthium plumosum.

  • le genre Toxicoscordion, est américain et contient environ 8 espèces qui étaient autrefois des Zigadenus (ex Toxicoscordion venenosum), une plante de prairie en chandelle blanche haute de 70 cm. Ce sont pour la plupart de belles plantes aux fleurs blanches à tépales anguleux et aux épis élancés.

  • le genre Trillium (et Pseudotrillium) représente une cinquantaine d’espèces de trilles, originaires pour la plupart d’Amérique du Nord (Trillium grandiflorum, Trillium simile, Trillium ovatum), mais dont quelques-unes sont asiatiques (espèce japonaise : Trillium channellii). Ce sont des plantes de sous-bois fascinantes et caractéristiques, à très lent développement et endémiques, écologiquement très fragiles, donc protégées. Plus proches des Paris, elles diffèrent grandement des autres mélanthiacées par leur morphologie. Leurs fleurs sont serties de 3 larges bractées verticillées qui endossent le rôle de feuilles. Autrement dit, les parties aériennes des trilles se réduisent à une hampe florale. Ils ne produisent pas de vraies feuilles ni de vraies tiges.

  • le genre Paris contient 24 d’espèces rhizomateuses ; des tiges florales comportant 4 à 9 bractées font office de feuilles : verticillées, elles entourent une petite fleur régulière, aux nombreuses étamines et portant parfois en supplément de longs filaments (ex Paris polyphylla). Notre espèce française est la parisette à 4 feuilles, Paris quadrifolia. Ce sont souvent de jolies petites plantes très originales. Paris japonica et Paris chinensis sont asiatiques.

  • le genre Veratrum contient 10 à 30 espèces (selon les classifications) robustes, dressées, imposantes, toxiques. Ce sont des plantes de montagnes. Veratrum nigrum et Veratrum album sont des espèces présentes en France.

  • le genre Xerophyllum comporte 2 espèces Xerophyllum asphodéloides et Xerophyllum tenax, l’herbe d’ours ou la xérophylle tenace. Feuilles basales filiformes et inflorescences en forme de grosses massues très blanches, ces plantes produisent un spectacle absolument extraordinaire dans leur habitat naturel, lorsqu’elles parsèment une prairie montagnarde de leurs sommités blanches.

  • le genre Zigadenus ne comprend plus qu’une seule espèce maintenant : Zigadenus glaberrimus, car les autres sont devenus des Anticlea, tel Zigadenus elegans, une belle plante florifère aux fleurs en étoiles vertes et blanches.

Utilisation des Mélanthiacées

Les Mélanthiacées sont parfois utilisées comme plantes médicinales. Chez d’autres espèces, qui sont extrêmement toxiques, leur sève sert de poison pour les insectes, soit comme insecticide.

La plupart des plantes de la famille des Mélanthiacées sont suffisamment décoratives pour orner un jardin, cependant leur développement lent, leur localisation souvent réduite (beaucoup sont endémiques) les rendent peu exploitables et fragiles. Certaines, très exigeantes, sont considérées aussi comme incultivables en dehors de leur distribution d’origine.

Néanmoins, du fait de leur forme originale, quelques genres sont cultivés comme plantes ornementales : des plantes qui se méritent, car elles demandent plusieurs années pour s’installer. Elles sont surtout cultivées par des passionnés ou des collectionneurs, car ce sont des plantes rares et plutôt onéreuses. Parmi celles qui ne sont trop difficiles à cultiver, la plupart préfèrent des sols frais et humifères : le fameux « frais et drainant » à la fois.

Heloniopsis orientalis

Heloniopsis orientalis fait une agréable petite plante printanière au feuillage persistant et aux courtes inflorescences roses ou violettes. Pour zone humide et bien drainée.

Les vératres

Les vératres font des plantes sculpturales assez phénoménales, même si leurs fleurs sont vertes, blanches ou noires, mais ils sont lents à se développer : il faut environ 7 années pour les voir fleurir à partir de la graine ! Heureusement, en attendant leurs feuilles sont décoratives. De plus ils ne sont pas difficiles.

Veratrum formosanum, à fleurs brun noir, rustique malgré son origine préfère être cultivé à l’ombre. Tandis que Veratrum nigrum à fleurs noires également supporte le plein soleil.

En vératre à fleurs blanches cultivées

  • Veratrum album (l’espèce française) ou Veratrum californicum (à grandes fleurs)

  • Veratrum maackii var maackii, extrêmement rare et magnifique, s’épanouit en fleurs jaune primevère et produit ensuite des fruits rouges.

  • Veratrum lobelianum, plante de mi-ombre fraîche, facile à cultiver, mais vraiment trop rare ! Magnifiques feuilles et fleurs argentées.

Les Trilliums

Les Trillium, rares et si beaux, sont des plantes d’ombres. Quelques espèces sont assez facilement cultivables si on arrive à se les procurer. Mais leur production est fastidieuse, donc ce sont des plantes couteuses : pour une graine fraîchement semée, il faut attendre 2 à 5 années pour obtenir enfin une germination, puis encore 4 à 7 ans avant une première floraison !

Les espèces les plus faciles à cultiver sont Trillium rivale (blanc, pourpre ou rose) et Trillium parviflorum. D’autres sont plus lentes et absolument superbes, des fleurs aux teintes pourpres, roses, blanches ou jaunes ; la couleur n’est d’ailleurs pas toujours fixée au sein d’une espèce.

  • Trillium grandiflorum montre de belles fleurs souvent blanches. Il en existe une forme à fleurs doubles, irrésistible.

  • Trillium luteum est un grand trille aux fleurs jaune pâle érigées et aux belles feuilles marbrées.

  • Trillium chloropetalum et Trillium kurabayaschii sont les géantes du genre, sublime floraison posée sur un ample feuillage tessellé ; elles produisent des touffes incroyables.

Au moment de vous en procurer, assurez-vous que ces trilles ne proviennent pas de plantes prélevées dans la nature (où elles sont menacées). Elles seront moins chères, mais n’ont aucune chance de s’adapter.

Espérons que quelques hybrideurs se penchent sur ce genre pour nous apporter des plantes plus vigoureuses et plus faciles à produire.

Les Paris ont également la faveur des amateurs de plantes originales. L’espèce française est sympathique, Paris polyphilla, avec ses extensions filiformes est étonnante, tandis que Paris japonica est particulièrement joli, arborant une adorable étoile blanche sur un verticille de bractées également en étoile.

Zigadenus elegans, devenu Anticlea elegans, aux épis de fleurs blanches maculées de vert est parfois aussi cultivé.

Nos fiches de culture

Paris

Trillium

Veratrum

Lire aussi
Paris polyphylla Paris polyphylla

Paris polyphylla est une plante vivace monocotylédone appartenant à la famille des Liliacées, ou plus précisément des Trilliacées ou Mélanthiacées, assez proche du genre Trillium. Ce genre est...

Famille des Cornacées / Cornaceae Famille des Cornacées / Cornaceae

La famille des Cornacées ou Cornaceae est une famille de plantes assez anciennes, scientifiquement mal circonscrite et souvent controversée lorsqu'on ne considère pas les Cornacées au sens strict....

Hortensias, une vaste famille Hortensias, une vaste famille

Thierry DE RICKEL de la pépinière de LA THYLLE nous présente la vaste famille des hortensias

Famille des Buxacées / Buxaceae Famille des Buxacées / Buxaceae

La famille des Buxaceae est ancienne et isolée ; il n'en reste que peu d'espèces. Structurantes, solides et coriaces en culture, les Buxacées, dont le buis, symbole du jardin à la[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire