Palmier de Madagascar

Le palmier de Madagascar est une plante succulente à caudex, très largement vendue pour la culture en pot, en tant que plante verte, le plus souvent au rayon cactus. 

Palmier de Madagascar, Pachypodium lamerei

Botanique

N. scientifique Pachypodium lamerei
Famille Apocynacées
Origine Madagascar
Floraison saison chaude
Fleurs blanc
Typeplante d'intérieur, plante à caudex, pachycaule, plante succulente
Végétationvivace
Feuillage caduc à semi-persistant
Hauteur6 m dans son milieu, 1,50 m en culture

Planter et cultiver

Rusticité peu rustique, jusqu'à -4 °C
Exposition ensoleillée à mi-ombre
Soltrès poreux
Acidité légèrement acide à légèrement alcalin
Humidité normal à sec
Utilisationserre, véranda, extérieur en climat très doux
Plantationprintemps
Multiplicationsemis
Palmier de Madagascar, Pachypodium lamerei

Pachypodium lameiri, le palmier de Madagascar est un arbuste vivace appartenant à la famille des Apocynacées. Il est originaire de Madagascar, mais est couramment cultivé depuis longtemps. Le palmier de Madagascar est une plante succulente à caudex, très largement vendue pour la culture en pot, en tant que plante verte, le plus souvent au rayon cactus. Dans les régions méditerranéennes les moins gélives, sa culture pourra être tentée en pleine terre, où le palmier de Madagascar prend alors une belle forme d’arbre-bouteille en devenant plus imposant.

Description du palmier de Madagascar

Pachypodium lameiri est une plante succulente dont le réservoir d’eau est la tige. Petit, il produit rapidement une tige épaisse de plusieurs centimètres criblée d’épines appariées par 2, surmontées d’une feuille longue et étroite, entière, vert sombre et luisante. Rapidement, comme Pachypodium lameiri se défolie à la base, seul le haut de la tige reste feuillé, d’où cette silhouette de petit palmier.

La croissance de cette plante est relativement rapide et la tige s’élève, puis finit par se ramifier. La maturité venant, Pachypodim lameiri s’épaissit et se renfle, prenant la forme d’un arbre-bouteille. Dans son milieu naturel, il atteint 6 m de hauteur, avec des feuilles longues jusqu’à 30 cm.

Une fois mature, le palmier de Madagascar est capable de fleurir. Les fleurs couronnent chaque tige feuillée. Elles sont groupées sur une hampe courte. Les boutons turbinés s’ouvrent sur une corolle blanche à crème à 5 pétales. La floraison se déroule durant les mois chauds, et il peut être intéressant de jouer du pinceau pour en obtenir des fruits. Les fruits se développent par deux, ressemblant à des concombres. Ils permettent de récolter des graines et donc de semer cette espèce à partir de graines fraiches.

Comment cultiver le palmier de Madagascar ?

Pachypodium lameiri se cultive facilement en pot si on lui donne le substrat qui lui convient et s’il dispose d’une bonne luminosité. Il peut s’acheter tout petit, mais devra le plus souvent être rempoté immédiatement en ôtant le terreau tourbeux utilisé pour le produire et en le remplaçant par un mélange contenant du terreau de bonne qualité, du gravier fin et de la vermiculite qui rend le tout plus poreux.

Les mois chauds correspondent à la saison de croissance : du printemps à la fin de l’été, le palmier de Madagascar est arrosé, copieusement, mais en laissant l’eau s’écouler librement. Puis on laisse la potée sécher complètement avant le nouvel arrosage. Durant cette période, Pachypodium lameiri peut être installée derrière une fenêtre ensoleillée, ou mis dehors au soleil (progressivement), dans le jardin ou sur le balcon.

L’hiver correspond à une période de repos, plutôt au sec. Les arrosages sont diminués jusqu’à 1 par mois si le palmier de Madagascar est maintenu entre 10 et 15 °C et presque complètement supprimés s’il est dehors ou à une température proche de 0 ° C. Pour éviter une chute brutale de toutes les feuilles en hiver pendant la saison plus sèche, Pachypodium lameiri peut être brumisé une fois par semaine, à l’eau douce, lors d’une belle journée.

Trop d’eau dans le substrat ou trop d’humidité en hiver provoque très rapidement la pourriture de la plante.

Comment multiplier Pachypodium lameiri ?

L’enracinement des boutures est difficile, et il vaut mieux éviter les plaies de coupe, sujette à infection fongique. Pachypodium lameiri se reproduit par semis. Les graines fraiches, à peine sorties du fruit germent en 3 à 4 jours. Les graines « sèches » peuvent prendre de 3 à 6 mois.

Les graines sont semées dans un mélange de tourbe/terreau/gravier, très humide et à plus de 25 °C jusqu’à la germination. Dès que la plantule est là, le substrat doit sécher entre chaque arrosage.

Espèces et variétés de Pachypodium

Le genre comprend 13 espèces

  • Pachypodium brevicaule, une espèce malgache petite et très compacte
  • Pachypodium namaquanum, en forme de bouteille
  • Pachypodium bispinosum, du sud de l’Afrique
Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
Palmier trièdre, Palmier triangle, Dypsis decaryi Palmier trièdre, Palmier triangle, Dypsis decaryi

Dypsis decaryi, le palmier trièdre ou palmier triangle est un palmier originaire de Madagascar, où il croît sur les pentes rocheuses et ensoleillées. Il appartient à la famille des Arécacées....

Palmier chanvre, Palmier de Chine, Palmier moulin, Trachycarpus fortunei Palmier chanvre, Palmier de Chine, Palmier moulin, Trachycarpus fortunei

Palmier de Chanvre ou palmier de Chine, Trachycarpus fortunei est l'une des espèces de palmier les plus rustiques que l'on peut acclimater même sur la moitié nord de la France.[...]

Pied épais, Pachypodium bispinosum Pied épais, Pachypodium bispinosum

La culture du pied épais demande un certain doigtée, mais il est parmi les Pachypodium les plus rustiques et ravira les collectionneurs de cactées.

Palmier de Formose, Palmier de Taiwan, Palmier à sucre nain, Arenga engleri Palmier de Formose, Palmier de Taiwan, Palmier à sucre nain, Arenga engleri

Arenga engleri, le palmier de Formose est un palmier de petite taille, appelé parfois palmier à sucre nain, en référence à Arenga pinnata, producteur de sucre roux. Il appartient à[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire