Mousse commune, Polytric commun

Mousse commune, Polytric commun, Polytrichum commune

La mousse commune est cultivée dans les jardins de mousses, en paillage naturel des plantes vivaces ou encore pour embellir le pied d’un bonsaï.

Botanique

Nom latin Polytrichum commune
Famille Polytrichacées
Origine largement répandu sur toute la Terre en climat tempéré humide
Floraison pendant la saison de croissance
Fleurs plante sans fleurs
Typemousse, bryophyte
Végétationvivace
Feuillage persistant
Hauteur8 à 40 cm, plus rarement 70 cm de hauteur

Planter et cultiver

Rusticité très rustique, jusqu'à -34 °C
Exposition ombre claire, mi-ombre, soleil
Solsol humifère
Acidité acide à neutre
Humidité humide à frais, non immergé
Utilisationmilieu naturel, tourbière, jardin de mousses
Plantationprintemps, automne
Multiplicationsemis de spores, bouturage de feuilles, divisions
Mousse commune, Polytric commun, Polytrichum commune
» Proposer une photo

Polytrichum commune, le polytric commun est une mousse, une plante appartenant à l’embranchement des Bryophytes et à la famille des Polytrichacées. Le polytric commun est une espèce relativement cosmopolite, largement distribuée sur la planète dans les climats tempérés pluvieux, inféodée au milieu humide. Cette mousse est représentée sur toute la France sauf en région méditerranéenne et étage alpin. Polytrichum commune est indicatrice de milieu humide et acide. On la rencontre le plus souvent sur les tourbières, associée à la sphaigne, mais parfois également dans les bois acides. C’est également une espèce colonisatrice après un incendie.

Au jardin : en dehors de son milieu naturel, Polytrichum commune peut apparaître spontanément au jardin dans les zones acidifiées près des conifères, mais elle est aussi cultivée dans les jardins de mousses, en paillage naturel des plantes vivaces ou encore pour embellir le pied d’un bonsaï. Il ne faut pas se méprendre : le polytric commun, loin d’être une mauvaise herbe, est une plante lente à se développer.

Description du polytric commun ou mousse commune

Les bryophytes (mousse, lichen ou sphaigne) sont des plantes sans fleurs et sans vaisseaux conducteurs de sèves. Cependant le genre polytriche est un peu une exception dans le monde des mousses, car sans avoir de vrais vaisseaux conducteurs de sève, les polytrics produisent des cellules différenciées pour faciliter la migration des éléments nutritifs. Cela permet aux polytrics de devenir beaucoup plus grands que les autres mousses, et donc de parfois pousser en étrange dôme épais, plutôt qu’en tapis.

Polytrichum vulgare est une mousse acrocarpe : aux tiges dressées et non ramifiées, qui peuvent devenir très longues. Si le plus souvent la colonie fait un tapis haut de 8 à10 cm, celui-ci peut s’épaissir jusqu’à 40 cm, voire 70 cm dans les cas extrêmes.

Les tiges sont le plus souvent dressées, mais s’allongent parfois. Elles portent de minuscules feuilles longues de 3 mm, vert vif, triangulaires, dont la gaine basale est blanche et luisante (une caractéristique de l’espèce Polytrichum commune). Les feuilles les plus basses finissent par mourir, mais restent, brunies, autour de la tige, comme chez la sphaigne.

Le limbe des feuilles n’est pas lisse, mais possède sur sa surface un épiderme profondément plissé en lamelles. Ces lamelles permettent de conserver l’interface plante/air, dans une atmosphère humide, évitent les déperditions d’eau en se resserrant en cas de sécheresse.

Cette plante sans fleurs se propage par multiplication végétative en élargissant tranquillement son tapis, et par multiplication sexuée avec la production de spores.

Polytrichum commune est dioïque ; les pieds mâles produisent leurs organes sexuels en étoile au bout des tiges, tandis que les pieds femelles produisent des urnes ou capsules angulaires, dressées, portées par une longue soie et surmontées d’une coiffe très velue (caractéristique du genre).

Conditions de vie du polytric commun

Polytrichum commune croit en milieu frais à humide ou recevant des pluies très régulièrement. Elle accepte des sols acides à neutres, peu importe leur texture, et un peu toutes les expositions. Elle ne peut être submergée, car ses tiges doivent pouvoir sécher entre chaque apport d’eau.

Cette mousse ne peut faire la photosynthèse (donc croître) que lorsqu’elle dispose d’eau, de la lumière du jour et lorsque les températures sont supérieures à zéro. En dehors de ses conditions, son métabolisme se met au repos, en attente. C’est pourquoi cette mousse est très lente à se développer.

Pour Installer Polytrichum commune :

  • nettoyer la terre des adventices
  •  gratter légèrement la surface
  • déposer le tapis de mousse
  • arroser à l’eau non calcaire
  • damer à la main pour bien mettre en contact
  • arroser si besoin, lorsqu’il fait clair (jusqu’à 3 fois par jour)

Le saviez-vous ?

Le polytric commun est tout un microécosystème en soi, un milieu de vie pour d’autres organismes : champignons, rotifères, petits invertébrés. Cette mousse est riche, en autres, en espèces de tardigrades encore appelés oursons d’eau, de minuscules animaux, proches des arthropodes et étudiés pour leur extrême résistance aux difficultés rencontrées dans leur milieu de vie et leur faculté à ‘ressusciter’ lorsque les conditions de vie redeviennent favorables.

Espèces et variétés de Polytrichum

Une douzaine d’autres espèces indigènes en France :

  • Polytrichum formosum, le polytric élégant
  • Polytrichum juniperinum, le polyric genévrier
Lire aussi
La Nostoc commune, un crachat de lune aux étonnantes capacités La Nostoc commune, un crachat de lune aux étonnantes capacités

Quel intérêt certain d'apprendre que la substance gluante, visqueuse, hideusement verdâtre et ô combien glissante de votre chemin est une algue bleue dénommée Nostoc ommune ou plus communément...

Le lombric, ver de terre commun Le lombric, ver de terre commun

Le ver de terre commun ou lombric commun (embranchement des annélides, famille des Lumbricidés) est un grand travailleur, il joue un rôle fondamental dans la biologie de notre sol. Un grand...

Le crapaud commun, un batracien utile pour votre jardin Le crapaud commun, un batracien utile pour votre jardin

Le printemps approche, lentement mais sûrement, et, pour certains, il est pour demain, après-demain; seules la température, l'humidité et la luminosité déclencheront le réveil après 3 à 4 mois de...

Lutter contre la mousse sur la pelouse Lutter contre la mousse sur la pelouse

Qui n'a jamais pesté contre les mousses envahissant tout à coup un beau tapis verdoyant ? Mais d'où proviennent-elles et comment les éliminer ? Explications... Phénomènes déclencheurs La mousse...

Vos commentairesAjouter un commentaire