Symphorine blanche, Symphorine commune, Arbre aux perles

La symphorine blanche est avant tout une plante particulièrement robuste, du genre inratable tant elle est tolérante, appréciable dans les terrains difficiles.

Symphorine blanche, Symphorine commune, Arbre aux perles, Symphoricarpos albus

Botanique

N. scientifique Symphoricarpos albus
Synonymes Symphoricarpos racemosus, Symphoricarpos rivularis
Famille Caprifoliacées
Origine Amérique du Nord
Floraison juillet à septembre
Fleurs blanc rosé
Typearbuste ornemental pour ses fruits
Végétationarbustive
Feuillage caduc
Hauteur90 cm à 1,80 m

Planter et cultiver

Rusticité très rustique, jusqu'à -39 °C
Exposition ensoleillée à ombragée
Soltrès tolérant
Acidité légèrement acide à basique
Humidité normal
Utilisationmassif, haie, maintien des pentes, haut couvre-sol
Plantationautomne, printemps
Multiplicationbouture, semis, drageon
Symphorine blanche, Symphorine commune, Arbre aux perles, Symphoricarpos albus

Symphoricarpos albus, la symphorine blanche est un arbuste ornemental appartenant à la famille des Caprifoliacées. Ce genre contient une quinzaine d’espèces, originaire d’Amérique du Nord et centrale. La symphorine blanche est native de l’ouest de l’Amérique du Nord, présente jusqu’au Canada, ce qui lui confère une grande rusticité. Elle est également naturalisée en Europe. La symphorine blanche est avant tout une plante particulièrement robuste, du genre inratable tant elle est tolérante, appréciable dans les terrains difficiles.

Description de la symphorine blanche

Symphoricarpos albus est un arbuste caduc haut de 90 à 180 cm, aux multiples tiges grêles, qui lui donnent une forme arrondie. Les branches brunâtres sont densément ramifiées. Les feuilles sont opposées, petites et de forme arrondies, à peine crénelées, d’un beau vert glauque, velues au revers.

Les fleurs naissent en petites grappes le long des tiges de l’année. Elles s’épanouissent de juillet à août. Ces fleurs sont jolies, mais petites (5 mm) et peu voyantes. Elles sont tubulaires, courtes et épaisses, blanches et roses. Ces fleurs sont attractives pour les insectes et sont fécondées pour la plupart, se transformant alors en petites baies très blanches, renfermant 1 ou 2 graines blanches également. Ces baies assez nombreuses et de diamètre variable persistent facilement jusqu’en janvier sur les fines branches sans feuilles qu’elles font ployer. Cela crée de jolies scènes hivernales.

Les fruits, qui contiennent de la saponine, ne sont pas particulièrement toxiques, sauf à en consommer des kilos. Ils pourraient même être considérés comestibles, mais sont insipides. Pa contre, les Indiens en faisaient un « savon » pour la peau et les cheveux.

La symphorine blanche produit des drageons, et se transforme à la longue en fourré dense si on la laisse faire.

Les variétés de symphorine blanches

  • Une sous-espèce : Symphoricarpos alba var. laevigatus, connu aussi sous le nom de S. rivularis, est couramment cultivée. La plante est plus grande (2 à 3 m, mais surtout se couvre d’une profusion de baies plus grosses.
  • Symphoricarpos alba ‘Variegata’, est une forme délicate, aux feuilles bordées de crème.
  • Symphoricarpos x doorenbosii, issus d’hybridation avec la forme laevigatus, représente un groupe d’hybrides horticoles aux grosses baies, qui restent compactent et se teintent de rose.

Comment cultiver et utiliser la symphorine blanche ?

Symphoricarpos albus et ses variétés sont extrêmement tolérantes pour ses conditions de culture. Seules peut-être les fortes chaleurs et les sécheresses limitent sa culture. Polyvalente, elle peut croitre au soleil ou à l’ombre, là où peu de choses acceptent encore de vivre, dans tout type de sol, d’un peu acide, à très basique. Elle accepte même les sols très calcaires, pauvres ou les terres argileuses et lourdes. La symphorine blanche ne craint ni les expositions maritimes ni la pollution.

Elle est plantée d’octobre à avril, voire au-delà avec des arrosages suivis. Et à part quelques arrosages pour assurer son enracinement, ne demande que peu d’entretien. Elle peut être utilisée en haie, ou comme couvert végétal pour maintenir la terre dans une pente. En massif cependant, il faudra maitriser sa production de drageons, en enlevant ceux qui gênent avant qu’ils ne soient trop enracinés.

Taille de la symphorine blanche

Fleurissant sur le bois de l’année, le mieux est de la tailler au printemps avant le débourrage des bourgeons. Ses fines branches s’allongent et ploient alors joliment sous le poids des fruits en automne.

Espèces et variétés de Symphoricarpos

Une quinzaine d’espèces arbustives

  • Symphoricarpos x doorenbosii, excellente amélioration
  • Symphoricarpos chenaultii, Symphorine de Chenault
  • Symphoricarpos orbiculatus, à baies violacées
  • Symphoricarpos guatemalensis, d’Amérique centrale
  • Symphoricarpos longiflorus, aux jolies fleurettes tubulaires
  • Symphoricarpos microphyllus, à petites feuilles
Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
Symphorine rose, Arbre à perles roses, Symphorine de Doorenbos, Symphoricarpos x doorenbosii Symphorine rose, Arbre à perles roses, Symphorine de Doorenbos, Symphoricarpos x doorenbosii

Le groupe variétal Doorenbosiii améliore l'aspect buissonnant de la symphorine blanche, la taille et l'abondance des fruits et apporte la couleur rose dans la plupart de ses variétés.

Symphorine, Symphoricarpos Symphorine, Symphoricarpos

Les symphorines sont des arbustes ornementaux que l'on cultive principalement pour leur production de baies toutes rondes ou légèrement ovoïdes. C'est en automne qu'apparaissent les fruits, qui...

Arbre aux perles, Exochorde ‘The Bride’, Arbre de la mariée, Exochorda x macrantha 'The Bride' Arbre aux perles, Exochorde ‘The Bride’, Arbre de la mariée, Exochorda x macrantha 'The Bride'

Exochorda x macrantha 'The Bride' est un arbuste à fleurs de la famille des Rosacées. Cet hybride horticole, croisement de Exochorda racemosa et de l'Exochorda korolkowii est appelé l'arbre de[...]

Buisson de perles, Exochorda Buisson de perles, Exochorda

Les Anglais l'appellent "Pearlbush", buisson de perles, jolie allégorie que l'on pourrait adopter chez nous, car lorsque la plante est en boutons, on la dirait recouverte de perles.

Vos commentairesAjouter un commentaire