Les amphibiens, batraciens, grenouilles, crapauds

Rainette méridoniale
Rainette méridoniale

Grenouilles et crapauds viennent immédiatement à l'esprit lorsque l'on parle d'amphibiens ou de batraciens, mais ils ne sont pas les seuls animaux représentants de cette famille qui remonte à la nuit des temps.

Rainette méridoniale, Hyla meridionalis Crapaud commun, Bufo bufo bufo Grenouille verte, Rana esculenta Salamandre tachetée, Salamandra salamandra Sonneur à ventre jaune, Bombina variegata Grenouille rousse, Rana temporaria Ouaouaron, Grenouille mugissante, Grenouille-taureau, Lithobates catesbeianus Triton palmé, Lissotriton helveticus Triton ponctué, Triton lobé, Triton commun, Lissotriton vulgaris Triton alpestre, Triturus alpestris, Ichthyosaura alpestris

Une classe très ancienne

La classe des amphibiens (Amphibia), autrement connue sous le nom de « batraciens », est une classe de vertébrés tétrapodes qui existait déjà durant le Dévonien, période où la Terre ne comportait que 3 continents, le Gondawa, la Laurussia et la Siberia, cette ère s'étend de - 418 millions d'années à -359 millions d'années. Durant la première moitié du Dévonien, seuls les poissons existaient puis peu à peu, les tétrapodes semi-terrestres émergèrent. Ils sont les ancêtres directs de nos amphibiens actuels et constituent un lien intermédiaire entre les poissons et les reptiles dans la conquête de la vie terrestre. Lors de l'évolution, ces derniers ont pu sortir de l'eau et s'en dissocier pour la plupart afin de devenir complètement terrestres, contrairement aux amphibiens qui y sont toujours fortement liés.

La classification actuelle des amphibiens se divise en trois ordres :

  • Les apodes ou Gymnophiona, des animaux sans pattes ou aux pattes atrophiées comme les cécilies, ces amphibiens Sud-américains ressemblant à de gros vers qui ont perdu leurs pattes au fil de l'évolution et dont les écailles sont enfouies dans l'épiderme et masquées par leur peau.

  • Les urodèles ou Urodela qui présentent 4 pattes fonctionnelles et une queue correctement développée qu'ils garderont tout au long de leur vie. Les urodèles ont besoin d'eau pour vivre car leur peau est nue. Cependant, certaines espèces sont cavernicoles ou arboricoles. Parmi les urodèles 'célèbres' on trouve les salamandres et les tritons. Les premières occupent les zones forestières humides durant la belle saison puis vivent au ralenti en hiver. Pour se reproduire, elles déposent leurs larves dans une zones aquatique au printemps. Après une métamorphose, elles pourront sortir de l'eau. Le plus grand amphibien connu à ce jour est d'ailleurs la salamandre de Chine qui peut atteindre 1,80 m de long ! Les tritons s'en différencient par leur queue aplatie sur les côtés, leur mode de vie est similaire à celui des salamandres avec une vie aquatique suivie d'une vie terrestre.

    Le protée qui habite les eaux souterraines de la Dalmatie et présente des yeux atrophiés fait aussi partie de cet ordre.

  • Les anoures ou Anura est l'ordre le plus important car il est très diversifié et comprend 4 800 espèces, ce qui représente 85 % de la classe des amphibiens. Cet ordre se définit par un corps sans queue à l'âge adulte, des yeux bien extériorisés, des pattes repliées sous le corps assurant des bonds et une langue bifide. Les grenouilles et les crapauds font partie de ce vaste ordre.

Caractéristiques communes aux amphibiens

Les amphibiens, comme leur nom l'indique, peuvent aussi bien vivre dans l'eau que sur terre mais dépendent du milieu aquatique ce qui les différencie des reptiles, qui eux s'en sont affranchis au fil de l'évolution. En effet, les larves des amphibiens vivent uniquement dans l'eau. Elles présentent des branchies et une queue dans la première phase de leur vie puis une métamorphose est opérée sur leur corps, les dotant de poumons les rendant capables d'évoluer sur la terre ferme et donc de sortir de l'eau.

Certains amphibiens (les anoures) perdent leur queue lors de cette mutation, d'autre, la conservent (urodèles).

La peau des amphibiens est molle, nue et souvent humide. Lisse ou verruqueuse, elle sert aussi à absorber de l'oxygène lorsqu'ils sont dans l'eau.

Dans certains cas (triton rugueux, salamandre tachetée, grenouille jaune au doux nom de Phyllobates terribilis...) la peau est couverte de toxines pour protéger l'animal de ses prédateurs. Les amérindiens s'en servent d'ailleurs pour imbiber la pointe de leurs flèches et chasser. Le poison mortel agit immédiatement.

D'autres cachent des glandes à venin derrière leurs yeux comme le crapaud buffle, et plus surprenant, des dents acérées comme la salamandre Desmognathus quadramaculutus, les salamandres géantes du genre Andrias, de même que certaines grenouilles du genre Pyxicephalus.

Les crapauds du genre Pelobates poussent des cris et sautent sur leurs agresseurs pour les faire fuir, les moyens de protections envers leurs prédateurs naturels existent donc bien chez les amphibiens que l'on croit pourtant si vulnérables.

La protection des amphibiens

Outre les prédateurs naturels, l'Homme a une grande part de responsabilité sur la raréfaction de certaines espèces, détruisant leurs écosystèmes, polluant leurs habitats, les écrasant lorsqu'elles migrent sur les routes, bloquant leur passage avec des aménagements maçonnés ou dispersant des pesticides.

Le déclin des amphibiens est spectaculaire au niveau mondial et ce, depuis 1980, des extinctions de masse de certaines espèces ont même été localisées. Un plan d'action pour la conservation des amphibiens a été mis en place en 2005 au niveau mondial.

En parallèle en France, les amphibiens et les reptiles sont protégés par l’arrêté du 19 novembre 2007. Les espèces inscrites à l’article 2 (rainette verte, triton crêté, salamandre noire...) sont protégées de manière intégrale, alors que les espèces inscrites à l’article 3 (triton palmé, grenouille des Pyrénées, salamandre de Corse...) ne sont pas protégées mais leur capture, leur transport et leur vente sont interdits.

Vous pouvez nous soumettre vos plus belles photos d'amphibiens absents de cette galerie (votre nom et prénom seront associés à la photo).

Lire aussi
Le réveil des amphibiens Le réveil des amphibiens

Chaque année, entre février et avril, certains batraciens ou amphibiens se déplacent de leur site d'hivernage vers leur site de reproduction en zones humides. Périple qui comporte bien des dangers...

Les batraciens, des animaux évoluant entre terre et eau Les batraciens, des animaux évoluant entre terre et eau

Faisant partie d'un monde à part, les batraciens sont des animaux amphibiens évoluant entre terre et eau. Les grenouilles, tritons, crapauds et salamandres en font partie. Bienvenue dans leur...

Lis des crapauds, Améthyste, Tricyrtis améthyste, Tricyrtis lasiocarpa Lis des crapauds, Améthyste, Tricyrtis améthyste, Tricyrtis lasiocarpa

Tricyrtis lasiocarpa, le lis des crapauds améthyste est une plante vivace appartenant à la famille des Liliacées. Les tricyrtis sont des plantes vivaces et rustiques d’origine asiatique, dont...

Création d'un jardin Création d'un jardin

Exemple de création de jardin par Rossano BARBONE Voici un jardin que j'ai réalisé pour une grande entreprise de vin prestigieux. Le dessin de ce jardin de 250 m2 a été guidé par différents points...

Vos commentairesAjouter un commentaire