Les nématodes, utiles ou nuisibles ?

Un Mononchidae mangeant un autre Mononchidae
Un Mononchidae mangeant un autre Mononchidae

On entend souvent le terme de 'nématode' sans pouvoir pour autant mettre une image sur ces petites bêtes ; Sont-elles des auxiliaires du jardinier ou plutôt des parasites contre lesquels il faut lutter ? Éclaircissons le mystère...

Nématodes qui êtes-vous ?

Les nématodes sont des vers de taille microscopique mesurant moins d'1mm de longueur, ils sont donc pratiquement invisibles à l’œil nu. Tous les nématodes font partie de l'ordre des Ecdysozoaires. Ces petits vers présentent une bouche et un anus et donc un système digestif complet mais ni matériel respiratoire ni vasculaire. Leur corps recouvert d'une cuticule imperméable permet la respiration de manière passive. Leur hydrosquelette sous pression constante de la cuticule leur donne une forme circulaire caractéristique.

Il existe des nématodes dits 'libres' qui n'ont pas besoin d'hôtes pour vivre et d'autres qui sont donc des parasites. Certains d'entre-eux parasitent des plantes (Tylenchus tritici...) d'autres des animaux vertébrés ou invertébrés dont l'homme (Ascaris lumbricoides).

Cas des nématodes nuisibles

Plusieurs espèces de nématodes vivent dans le sol où elles se nourrissent de légumes racines comme les pommes de terre, les carottes mais aussi les aulx, les oignons ou les poireaux dans le cas de Ditylenchus dipsaci par exemple.

Pour prévenir les désagréments dus aux nématodes, installez des plantes comme les œillets d'inde dont l'odeur des racines les fera fuir. Une bonne pratique consiste à semer des rangées d’œillets d'Inde entre les rangs de plantes potagères risquant d'être attaquées.

La rotation des cultures est aussi préconisée en cas d'attaque avérée. Il faudra alors éviter de cultiver les plantes d'une même famille durant 4 ans sur la même planche.

Pensez aussi à brûler toutes les plantes atteintes afin d'éviter la propagation de ces vers microscopiques.

Cas des nématodes auxiliaires

Les nématodes auxiliaires peuvent lutter efficacement et de manière naturelle contre les limaces, les courtilières, les taupins, les doryphores, diverses chenilles et les larves d'otiorhynque, de hanneton, de tipules ou du charançon rouge.

Comment les utiliser ?

Les nématodes vont parasiter leurs hôtes, s'y multiplier et les coloniser jusqu'à leur mort. Ils choisiront alors un nouvel hôte, voilà pourquoi cette méthode de lutte biologique est particulièrement intéressante sur les grosses populations de ravageurs.

Les nématodes auxiliaires sont conditionnées en poudre miscible dans l'eau. Après mélange, elles seront pulvérisées ou versées avec l'eau d'arrosage sur un sol déjà humide le soir tard ou le matin très tôt car elles sont sensibles aux UV.

Ces petits vers ne seront actifs qu'à partir d'une certaine température, vérifiez bien cette précision sur l'emballage. Attention, pour être efficace, aucun traitement chimique ne devra avoir eu lieu une semaine avant et durant toute la période d'utilisation des nématodes.

Lire aussi
Les animaux nuisibles Les animaux nuisibles

Quelques explications concernant la classification française d'animaux en espèces nuisibles. Une liste d’animaux classés nuisibles permet chaque année la destruction d’espèces...

Les orties, utiles au jardin et aux insectes Les orties, utiles au jardin et aux insectes

Trop souvent arrachées car considérées comme des plantes indésirables, les orties ont pourtant de nombreuses qualités et se révèlent utiles dans bien des domaines. L'ortie, très commune mais...

Les guêpes solitaires, étonnantes et utiles Les guêpes solitaires, étonnantes et utiles

Auxiliaires du jardinier, les guêpes solitaires sont de redoutables prédateurs de parasites. Étonnantes, elles effectuent un travail incroyable lorsqu'il s'agit de construire leurs nids....

Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Vos commentairesAjouter un commentaire