Les plantes sensitives

Mais quels sont ces mouvements étranges qui transforment les parties aériennes de certaines plantes et pourquoi se manifestent-ils ? Petite explication...

Les plantes sensitives
Les plantes sensitives

Qu'est-ce qu'une plante sensitive ?

Le terme de sensitivité en botanique n'a rien de scientifique. Il s'agit de plantes qui réagissent par de visibles mouvements à un changement de condition. Il peut s'agir d'un simple contact, les scientifiques parlent alors de « thigmonastie », dans le cas d'une variation due à un changement de taux d'humidité ils parleront d' « hydronastie », pour l'alternance jour et nuit, il s'agira de « nyctinastie ».

Ces réactions ont plusieurs causes qui engagent généralement la survie de la plante en la protégeant des aléas météorologiques, en les orientant de manière optimale à leur croissance et à leur multiplication en les protégeant de certains prédateurs ou en leur permettant de se nourrir dans le cas des plantes carnivores.

Fonctionnement

La réaction bien visible de certains feuillages face à une agression externe peut faire penser à celle des animaux évolués qui sont capables de réagir à un stimulus grâce à l'influx nerveux qui commande les muscles. Mais dans le domaine végétal, rien de tout cela n'est possible, c'est donc l'eau présente à l'intérieur des cellules qui se retire et qui induit le phénomène de mouvement notamment sur les espèces « sensitives » de mimosas, mais aussi sur la Dionée.

Les plantes sensitives

Certaines plantes ont le pouvoir de replier leurs feuilles ou leurs fleurs sur elle-même selon des stimuli divers. L'exemple le plus flagrant est celui des fleurs qui s'ouvrent ou se ferment selon l'action du soleil, les dimorphotecas, les ipomées ou les tulipes en font partie, inversement certaines fleurs ne s'ouvrent qu'à la nuit tombée, c'est le cas des bien nommées belles de nuit mais aussi de certaines fleurs de cactus.

Le feuillage peut aussi réagir aux stimulations tactiles se fermant ou se rétractant sous les doigts. Le mimosa pudica en est l'exemple le plus concret, ses feuilles découpées se refermant sur elles-même dès qu'elles sont effleurées. Quelques autres exemples émanant de la même famille ont aussi ce genre de comportement, parmi elles, Chamaecrista fasciculata aux belles fleurs jaunes, Mimosa nutalii, ou encore Schrankia uncinata formant des pompons mauves et Biophytum sensitivum ressemblant un peu à une fougère.

Certaines plantes en manque de nutriments dans la nature ont élaboré des stratégies d'évolution pour survivre. C'est le cas de la Dionée muscipula dont les poils situés au bord des feuilles donnent l'alerte et impliquent la fermeture du piège sur les malheureux insectes venus s'y poser.

La liste n'est bien sûr pas exhaustive et les exemples multiples prouvant une fois de plus l'éternelle magie de la nature.

Lire aussi
Semer des plantes vivaces plutôt que de les acheter Semer des plantes vivaces plutôt que de les acheter

Peu de jardiniers se lancent dans le semis de leurs plantes annuelles et encore moins dans celui des plantes vivaces. Pourtant le semis de plantes ornementales est une activité à[...]

Les plantes gélives Les plantes gélives

Gérard BOURGES nous parle des plantes gélives comme les agrumes, les lauriers roses, les plantes grasses et de la nécessite de les protéger en hiver.

Les plantes épiphytes Les plantes épiphytes

Curieuses plantes qui n'ont pas besoin de terre pour pousser et qui jouent parfois les filles de l'air, les plantes épiphytes n'ont pas fini de nous étonner !

Les plantes aphrodisiaques Les plantes aphrodisiaques

Depuis des temps immémoriaux, les plantes sont nos alliées pour traiter les troubles les plus divers. La sexualité n'est pas en reste grâce aux pouvoirs des plantes aphrodisiaques qui boostent[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Patrice (Nice)
    Quelles plantes sensitives carnivores acheter ? Vos conseils ?
    Répondre à Patrice
    Le 05/11/2015 à 15:57