Cornouiller sanguin, Olivier de Normandie, Bois puant, Cornouiller femelle

Cornouiller sanguin
Cornouiller sanguin

Botanique

Nom latin  : Cornus sanguinea
Famille  : Cornacées
Origine  : Europe
Période de floraison : mai à juillet
Couleur des fleurs  : blanches
Type de plante : arbuste
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 1,5 m à 4 m

Planter et cultiver

Rusticité  : très rustique jusqu'à -24°C
Exposition  : ensoleillé à mi-ombre  
Type de sol : calcaire, marne, argiles, limon, sable
Acidité du sol  : légèrement acide à très basique
Humidité du sol  : frais à normal
Utilisation : haie, massif
Plantation, rempotage : automne jusqu'à mars
Méthode de multiplication : semis, bouture, marcotte

Cornus sanguinea, appelé couramment cornouiller sanguin, bois puant ou encore olivier de Normandie est un petit arbuste appartenant à la famille des Cornacées. Cette espèce est indigène et peut se rencontrer en France en lisière forestière, clairière ou friches. Le cornouiller sanguin est largement réparti sur toute l’Europe, mais aussi en Asie. Il est utilisé dans les jardins, car très décoratif en hiver.

Description du cornouiller sanguin

Cornus sanguinea est un petit arbuste aux multiples branches basses. Non taillé, il mesure de 2 à 3 m en tous sens. Ses jeunes rameaux sont fins et souples, caractérisés par une belle écorce rouge sang et brillante lorsque le cornouiller est exposé au soleil. Ses feuilles, ainsi que les jeunes rameaux sont opposés. Les feuilles sont ovales à lancéolées. Elles prennent de belles couleurs automnales.

Les fleurs blanches sont petites et réunies en corymbes terminaux. Elles sont attrayantes pour les insectes. Elles dégagent une odeur pas vraiment agréable, mais heureusement peu prononcée. Les fleurs se transforment en petites baies bleutées, consommées par les oiseaux.

La variété Cornus sanguinea ‘Winter Flame’ ou 'Winter Beauty’  est remarquable : les jeunes rameaux poussent en orange puis deviennent jaunes en vieillissant. Sans feuilles, l’arbuste ressemble à une torche en flamme, de quoi réveiller un morne hiver dès que le moindre rayon de soleil fait briller son écorce.

Comment planter et cultiver le bois puant ?

Cornus sanguinea est une espèce très facile à réussir dans tout sol qui ne se dessèche pas en été. De novembre à mars, les arbustes à racines nues reprennent très aisément. Plus tard en saison, Cornus sanguniea est transplanté à partir de plante en pot et arrosé régulièrement tout l’été. Il peut craindre le manque d’eau en été durant 1 ou 2 années, et apprécie alors un paillage qui maintient le sol plus frais.

Le cornouiller sanguin a besoin d’une exposition ensoleillée à mi-ombre, sachant que ses branches prennent leur couleur au soleil.

Le cornouiller sanguin supporte remarquablement la taille, quelle que soit l’époque choisie. Cependant, une des manières de profiter au mieux de ses branches colorées est de le recéper très bas chaque printemps avant l’apparition des feuilles. Cornus sanguinea réagit alors en produisant de puissantes poussent neuves, longues de 1 à 1,50 m. il sera magnifique en automnes et durant tout l’hiver.

Utilisation du Cornouiller sanguin.

Il a sa place dans les haies (champêtres, d’espèces indigènes ou autres) ou à l’intérieur du jardin ou au milieu d’un massif de bulbes par exemple. En effet étant recépé tôt au printemps, il libère l’espace alentour pour les narcisses, tulipe tulipes, renoncules ou autres plantes vivaces printanières, tandis que son réseau de racines permettent un drainage parfait. Ses nouvelles branches permettent ensuite l’ombrage et le maintien de la fraicheur du sol en été.

S’il est recépé chaque année, il produit de longues branches droites, souples et rouges. Ces branchages, récupérés par la taille du printemps peuvent être utilisée pour la vannerie. Ils peuvent également être pratiques au jardin, pour faire des liens naturels, attacher une plante sur un tuteur ou fabriquer de jolies pyramides pour les plantes grimpantes.

La plante est mellifère. L‘écorce est fébrifuge.

Comment multiplier le cornouiller femelle ?

Les branches se marcottent très facilement, et le font d’ailleurs naturellement. Une branche basse mise en contact avec la terre s’enracine systématiquement en environ 9 mois.

Le semis n’est pas des plus évidents (stratification froide et faible durée de vie des graines), mais les boutures de printemps ou d’été s’enracinent assez facilement à l’étouffée.

Espèces et variétés de Cornus

Environ 45 espèces

  • Cornus canadensis, un petit couvre-sol original
  • Cornus mas, le cornouiller mâle
  • Cornus capitata, une espèce arbustive himalayenne
  • Cornus stolonifera, le cornouiller stolonifère
  • Cornus controversa, au port très étagé
  • Cornus alba, le cornouiller blanc
  • Cornus florida, cornouiller à fleurs de Floride
  • Cornus kousa, cornouiller à fleurs d’Asie
  • Cornus nuttalli, cornouiller de Nuttalli
Nos fiches
Lire aussi
Le cornouiller asiatique Le cornouiller asiatique

Nicolas DE BOIGNE propriétaire du domaine des rochettes nous présente le cornouiller asiatique, Cornus kousa Le Cornus kousa var. chinensis est un cornouiller sur lequel sont greffés beaucoup...

Calathéa plume de paon Triostar, Calathéa tricolore, Plante paon Triostar, Stromanthe sanguinea 'Triostar Calathéa plume de paon Triostar, Calathéa tricolore, Plante paon Triostar, Stromanthe sanguinea 'Triostar'

Le calathea ‘Triostar’, du nom latin Stromanthe sanguinea ‘Triostar’ est une magnifique plante d’appartement appartenant à la famille des Marantacées. Bien que...

La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Joseph Nowak (Haut de France)
    Amateur de bonsaïs, j'ai fais des essais de bouturage réussis dans l'eau.
    Répondre à Joseph Nowak
    Le 05/11/2017 à 13:40