A LA UNE »
Far aux fraises

L'agroforesterie

Sous le nom complexe 'd'agroforesterie' se cachent des pratiques agricoles ancestrales qui ont peu à peu disparues au profit des cultures expansives. De nos jours, elles reviennent en force, permettant de recréer un équilibre bienvenu.

L'agroforesterie au Honduras
L'agroforesterie au Honduras

Qu'est ce que l'agroforesterie ?

L'agroforesterie désigne une pratique culturale qui consiste à associer des arbres sous formes de haies, de bordures, ou d'alignements, mais aussi des animaux, avec des cultures agricoles afin d'améliorer la production des parcelles et d'optimiser ainsi les ressources du milieu.

Le terme englobe l'agrosylviculture, les pré-vergers, mais aussi les systèmes sylvopastoraux.

En quoi consiste exactement l'agroforesterie ?

Autrefois pratiquée de manière traditionnelle, l'agroforesterie est aujourd'hui sujette à de nombreuses recherches. Tous les types de productions agricoles sont compatibles avec ce système qu'il s'agisse de céréales, de cultures maraîchères, de vignes, de fruitiers voire même d'élevage.

Autrefois les arbres utilisés sur une parcelle n'était pas diversifiés en espèces. De nos jours, le but de cette technique est à la fois de produire de la biomasse mais aussi de protéger l'environnement. Chaque projet est étudié et mis en place en fonction des objectifs fixés par l'agriculteur ou l'éleveur. Les alignements, les arbres têtards ou les taillis en bords de cours d'eau ou de voirie sont réhabilités et complétés par la plantation d'essences diversifiées afin de favoriser la biodiversité.

Quels sont les avantages de l'agroforesterie ?

L'agroforesterie est une gestion des cultures intelligente qui permet de :

Favoriser la biodiversité et ce, à tous les niveaux. La diversités des espèces, la présence d'arbres et de plantes herbacées assure le gîte et le couvert à de nombreux animaux dont les auxiliaires de cultures comme les insectes pollinisateurs, mais aussi les oiseaux et les petits mammifères.

Améliorer la nature du sol grâce aux arbres à feuillage caduc, dont les feuilles en tombant au sol et en se décomposant, assurent sa fertilisation. La pédofaune se multiplie alors et devient très active. Les racines et les mycorhizes qui vivent en symbiose avec elles assurent une activité biologique intense.

Garantir la qualité des eaux grâce à la capacité de dépollution des arbres dont les racines servent de filtre. Chose très intéressante sur les zones de captage d'eau potable.

Diversifier les productions sur une même parcelle par exemple, fruits, fourrage, bois de chauffage, paillage...

Améliorer la productivité des parcelles. Une étude de l'INRA a mis en avant l'intérêt de l'agroforesterie dans la production de biomasse qui est alors 36% supérieure que dans le cas d'une culture mono spécifique.

Lire aussi
Jardins-forêts, un nouvel art de vivre et de produire Jardins-forêts, un nouvel art de vivre et de produire

Le livre En édifiant des paysages comestibles en trois dimensions, il est possible de retrouver abondance et autonomie tout en prenant soin de la nature. Née du mariage de la permaculture[...]

Vers des vignobles plus respectueux de l'environnement Vers des vignobles plus respectueux de l'environnement

Le domaine de la viticulture commence à envisager des méthodes plus respectueuses du sol et de la faune présente sur les parcelles cultivées. De plus en plus de viticulteurs bio[...]

L'agriculture de conservation, entre conventionnelle et bio L'agriculture de conservation, entre conventionnelle et bio

Entre agriculture conventionnelle et bio, l'agriculture de conservation est en train de se tailler une place de choix. Répondant à trois principes simples, elle bouleverse cependant les habitudes...

Tulipes de jardins ou botaniques ? Tulipes de jardins ou botaniques ?

4 siècles de sélection séparent les tulipes botaniques des tulipes de jardins sous toutes leurs formes. Elles ne s'utilisent pas de la même manière. Petit tour d'horyzon...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Micka86 (Poitou-charente)
    Un sujet qui mériterai d'être développé... Pourquoi ne pas parler enfin de permaculture ! C'est à dire une méthode globale, que dit-je, un mode de vie ! L'agroforesterie n'en est qu'une des nombreuses facettes parmi lesquelles on peut souligner l'éco-construction, la réduction des énergies grises et du gaspillage par le lien et l'entre-aide locale, l'optimisation de l'eau de pluie, etc ...
    Répondre à Micka86
    Le 19/12/2015 à 22:12