Le compostage dans les cantines

Silos de tri pour le compostage en arrière d'une cantine d'entreprise
Silos de tri pour le compostage en arrière d'une cantine d'entreprise

Les lieux de restauration collective comme les cantines des écoles ou des entreprises représentent une source importante de matière organique compostable. Encore à l'état d'expérimentation dans plusieurs collèges de l’hexagone cette solution de valorisation des biodéchets mérite que l'on s'y intéresse de plus près.

Des habitudes à mettre en place

Dans les cantines équipées d'un système de compostage des biodéchets, certaines habitudes doivent être mises en place, tout au long de la chaîne de préparation des repas mais aussi par les élèves qui deviennent acteurs en apprenant à trier dans leurs assiettes les éléments qui seront compostables et les autres.

En cuisine, les déchets végétaux inutilisables (feuilles de salades abîmées, fruits touchés, légumes tâchés...) pour la préparation des plats sont stockés dans une caissette spécialement destinée au composteur.

À la fin du repas, les restes d'aliments compostables sont versés dans un conteneur spécifique qui lui aussi, sera conduit jusqu'au composteur. Tous les déchets de cantine, viande, poisson et plats cuisinés peuvent être ajoutés au composteur. Les biodéchets ne seront pas donc pas jetés à la poubelle mais valorisés et recyclés.

Le compostage facilité

Non loin de la cuisine, à l'extérieur, des composteur un peu spéciaux attendent les employés de cuisine. Hors-sol et rotatifs ces composteurs sont idéaux pour faciliter le travail et privilégier le confort du personnel afin de ne pas trop en ajouter à leur charge de travail déjà existante.

En seulement 3 à 4 tours de manivelle, les déchets sont mélangés et aérés. Ce type de composteur permet d'obtenir du compost en bien moins de temps que dans un jardin en tas. En effet, la transformation s'effectue en seulement 4 mois contre environ 1 an dans le cas d'un compostage statique classique.

Tous les jardiniers le savent : le compostage demande un certain savoir-faire notamment dans l'équilibrage des éléments humides et secs mais aussi dans les procédés d'aération ou d'humidification. Les résidus de cuisine étant essentiellement humides, il est nécessaire d'ajouter des pellets de bois ou de la sciure qui contribueront au bon équilibre du compost et éviteront par là-même la formation de mauvaises odeurs et de liquide salissant. Mélangés aux pellets, les déchets de cuisine, une fois brassés, sont bien oxygénés ce qui stimule l'activité des bactéries responsables de la décomposition des matières organiques.

Dans les établissements ayant testé le projet, on note une valorisation de plus de 2000 litres de biodéchets en 6 mois.

Généralement, les projets sont partiellement financés par les collectivités soucieuses des problèmes environnementaux. Une belle initiative, qui devrait se perpétuer sur tout le territoire !

Lire aussi
Le compostage collectif Le compostage collectif

Belle initiative  sur le plan écologique et humain le compostage collectif se développe un peu partout en France : une aventure permettant aux habitants des villes d’être unis sur un même...

Un espace de vivaces dans un style anglais Un espace de vivaces dans un style anglais

Une demande de Stephanie Cassar  J'aimerai créer un espace de vivaces fleurissant tout l'été style jardin anglais. J'aurai besoin d'un "patron".

Une éolienne dans son jardin Une éolienne dans son jardin

L'éolien domestique, sans mauvais jeu de mot, a le vent en poupe. De plus en plus de particuliers se lancent dans l'installation d'une éolienne dans leurs jardins mais le retour sur investissement...

Plaidoyer pour la diversité dans les haies Plaidoyer pour la diversité dans les haies

Finie la haie triste et uniforme, massive et rectiligne. La haie de jardin a évolué, vive la haie composée ! Inspirée de la haie bocagère, cette version moderne met en valeur des végétaux plus...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Ghislaine Coulon (Kent ME15 8XJ UK/GB)
    Savez-vous ce que devient le compost une fois mûr, est-ce que les écoles l'utilisent elles-memes sur leur terrain ou le vendent-elles a un autre organisme pour mettre a la disposition du public au jardinage ou a un parc vert local ? La démarche est très bonne, mais savoir ou il aboutit est aussi important pour boucler le cycle du recyclage, merci.
    Répondre à Ghislaine Coulon
    Le 11/06/2018 à 14:45