Le frelon oriental, un nouvel arrivé d'Asie

Nouvel arrivé en France, le frelon oriental fait beaucoup parler de lui depuis qu'il a été détecté dans un quartier de Marseille en octobre 2021. La bête aurait été acheminée par bateau et se serait installée dans la ville phocéenne où elle aurait trouvé un climat propice à son développement.

Le frelon oriental, Vespa orientalis, un nouvel arrivé d'Asie
Le frelon oriental, Vespa orientalis, un nouvel arrivé d'Asie

Comment reconnaître le frelon oriental ?

Vespa orientalis, plus connu sous le nom de 'frelon oriental' est un insecte de la famille des hyménoptères.

Il est originaire du Sud du bassin méditerranéen, d'Asie et du Moyen-Orient.

Il se plaît dans les zones urbanisées mais aussi dans les espaces bien dégagés et ouverts. Jusqu'alors sa présence n'avait été détectée que dans le Sud de l'Italie, en Grèce, à Malte et à Chypre. En Espagne, il serait implanté en Andalousie.

Il a pour particularité d'être très actif aux heures les plus chaudes, notamment l'après-midi ce qui le distingue des autres frelons.

Le frelon oriental est de la même taille que le frelon européen (Vespa cabro) soit d'une longueur de 18 à 25 mm pour une ouvrière et jusqu'à 35 mm pour une reine. Il s'en distingue par sa couleur rousse et son aspect glabre. La partie antérieure de la tête est jaune, tout comme une bande présente sur son abdomen au niveau des 3e et 4e segments.

L'animal est annuel, c'est à dire que toute la colonie meurt dès les premiers frimas. Seules les futures reines fécondées vont survivre et passer l'hiver à l'abri. Ce n'est que lorsque les températures seront adéquates au printemps que la reine sortira de la cavité choisie comme refuge. Elle se consacrera alors à construire un début de nid pour y pondre ses œufs qui deviendront ses ouvrières.

Cette espèce apprécie les bâtiments désaffectés pour y construire son nid souvent souterrain, parfois à même le sol, dans un trou, ou une anfractuosité de maçonnerie. A l'extérieur, ce qui est bien plus rare, le nid peut être installé dans un arbre ou être construit sur un bâtiment toujours de préférence dans une zone aride plutôt qu'humide, ce qui le différencie encore du frelon asiatique.

Lorsqu'il est aérien et exposé aux éléments, le nid est alors couvert d'une enveloppe grise faite de cellulose de bois dissoute par la salive mêlée à de la terre.

Le nid du frelon oriental est plus petit et bien moins peuplé que celui du frelon asiatique, toujours impressionnant par son volume et la population qu'il abrite.

Le frelon oriental est-il dangereux pour l'Homme ?

Pour l'Homme, ce frelon n'est pas plus dangereux qu'un autre, il occasionne une piqûre très douloureuse qui peut se répéter à plusieurs reprises puisque contrairement à l'abeille, il ne perd pas son dard.

Si la personne n'est pas allergique au venin des hyménoptères et que la piqûre ne se situe pas au niveau de la bouche et de la gorge, nul besoin de s’inquiéter. Sinon, les secours devront être appelés d'urgence tout comme dans le cas de piqûre de guêpe, d'abeille ou de tout autre espèce de frelon.

Cet insecte annuel n'est pas plus agressif qu'une guêpe ou qu'un frelon classique tant que le nid n'est pas approché de trop près et qu'il ne se sent pas en danger (grands gestes, tentatives de le tuer, coinçage par accident ...), il n'attaque jamais spontanément et sans raison.

Il pose cependant un souci aux apiculteurs car il s'agit d'un féroce prédateur d'abeilles dont il nourrit ses larves. Sa présence n'est donc pas la bienvenue surtout que les abeilles sont déjà mise à mal par les néonicotinoïdes (pesticides) et ainsi que par la présence du frelon asiatique.

Notons que le frelon oriental ne sélectionne pas forcément que des abeilles dans son régime alimentaire mais peut également vous débarrasser de certains ravageurs au jardin, pourvu qu'ils constituent une bonne source de protéines pour nourrir ses larves.

Comment éviter le développement de cette espèce en France ?

Reconnaître et repérer l'espèce est déjà un premier pas vers la maîtrise de son expansion.

Les trois chercheurs ayant fait sa découverte à Marseille, Gérard Filippi, Alain Coache et Bruno Gereys du cabinet d'expertises naturalistes et d'ingénierie environnementale Ecotonia peuvent être contactés via ce formulaire, en cas de suspicion de présence du frelon oriental.

Une fiche d'aide à l'identification des frelons a été mise en ligne par l'INPN (Inventaire National du Patrimoine Naturel), vous pouvez la consulter ICI.

Vous trouverez également sur leur site un formulaire de signalement et pourrez joindre les photos de l'insecte si vous avez eu l'occasion d'en prendre. Cela n'aidera que mieux à son identification certaine et à contrôler sa zone d'activité et sa prolifération.

Dans tous les cas, ne prenez jamais l'initiative de détruire un nid, ne serait-ce que pour vous préserver du danger que cela représente. Contentez-vous de prendre une photo si possible sans trop vous approcher et de signaler la présence du frelon oriental aux organismes cités ci-dessus.

Nul doute que votre découverte ne demeurera pas sans conséquence !

Lire aussi
Le frelon asiatique Le frelon asiatique

De plus en plus présent dans nos contrées, le frelon asiatique est un prédateur redoutable pour nos abeilles qui, déjà décimées par les virus et les pesticides n'avaient pas besoin de çà !

Le frelon européen Le frelon européen

Malgré sa mauvaise réputation et la peur qu'il provoque, le frelon européen n'est pas un insecte à la hauteur de sa réputation dangereuse. Utile au jardin, il contribue à son[...]

Asaret d'Asie, Gingembre sauvage d'Asie, Asaret lumineux, Asarum splendens Asaret d'Asie, Gingembre sauvage d'Asie, Asaret lumineux, Asarum splendens

Asarum splendens ou gingembre sauvage d'Asie fait partie des espèces faciles à cultiver, légèrement traçant et qui offre un feuillage attrayant.

Le parc oriental de Maulévrier Le parc oriental de Maulévrier

Hervé RAIMBAULT directeur du parc oriental de Maulévrier répond à nos questions sur la création et l'entretien du parc.

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Binon Pascal (AURA)
    Bravo pour cet article précis et bien documenté, illustré avec une photo de qualité. C'est rare... Il n'y a que la présence de terre dans l'enveloppe du nid qui interroge...
    Répondre à Binon Pascal
    Le 28/01/2022 à 07:10