Madère, randonnée sur la péninsule Ponta de São Lourenço

La péninsule Ponta de São Lourenço
La péninsule Ponta de São Lourenço

La randonnée sur la pointe Saint-Laurent est une succession de paysages sauvages, extraordinaires, semi-arides, contrastés par les couleurs de l’océan mouvementé. Le sentier permet d’y observer facilement une végétation typique et bien préservée, dont de nombreuses espèces endémiques.

La péninsule Ponta de São Lourenço, à l’est de Madère est un paysage tout à fait différent du reste de l’île : montagne et mer s’affrontent en permanence. La verada Ponta de São Lourenço suit le relief, et présente donc une succession de montées et de descentes. Elle fait environ 8 kilomètres aller-retour. En totalité, le dénivelé en montée est de 400 m, sans aucune difficulté si ce n’est de ralentir lorsqu’on est fatigué, car le chemin est parfaitement balisé et sécurisé.

Très réputé, le PR8 attire de nombreux randonneurs : il est intéressant de s’y rendre tôt le matin pour être plus tranquille.

Le départ de la randonnée se situe au milieu de la presqu’île : un parking est aménagé au bout de la route ER 109. La verada va jusqu’au Pico da Furago, le sommet de l’extrémité, d’où on peut admirer tout le chemin parcouru d’un côté et 2 petites îles volcaniques inhabitées de l’autre côté.

Les paysages sont extraordinaires : la péninsule présente de hautes falaises au nord dont les sommités dominent souvent le chemin et descend vers le sud, où quelques plages de galées sont accessibles par des chemins de traverse.

Le vent est très présent, notamment lors de passes non protégées par la falaise nord ; lorsqu’il s’arrête, il fait soudainement très chaud. Le passage le plus étroit, une sorte de pont naturel large de quelques mètres donne l’impression d’être au bout du monde.

Si le chemin nous semblait trop aménagé, au départ, notamment avec des marches, nous avons changé d’avis après une pluie courte et torrentielle qui nous a trempés en 2 minutes  : les marches et les chaussures de randonnées étaient bien utiles finalement pour ne pas glisser dans la terre de pouzzolane qui devient boueuse. À peine une heure plus tard de retour au parking, les pantalons détrempés par la pluie étaient déjà complètement séchés.

Les roches volcaniques affleurent : de la pouzzolane qui se délite en une terre rouge, du basalte sombre… Par endroit en observant la roche, nous pouvons admirer des bombes volcaniques semi-enfouies, parfois figées en cours d’expansion. La bombe volcanique est un fragment de lave plus ou moins fluide propulsée dans l’atmosphère ; qui prend sa forme caractéristique par un mouvement de rotation.

Du point de vue végétation, la presqu’île de Saint-Laurent n’a rien à voir avec la luxuriance du reste de Madère, c’est au contraire une zone de pelouse naturelle, presque désertique en été lorsque toutes les plantes semblent grillées. C’est l’endroit le plus ensoleillé de l’île et il y fait chaud, malgré un vent presque permanent chargé d’embrun. La végétation y est donc très spécialisée, comprenant environ 130 espèces dont 31 sont endémiques : la pointe et ses îlots sont une réserve naturelle. À part quelques espèces d’oiseaux et l’unique lézard de Madère, la diversité des gastéropodes doit être notée : 24 espèces sur ce petit bout de terre presque nu !

Les plantes sont adaptées au climat semi-aride et sculptées par le vent. Peu d’espèces arbustives sont présentes si ce n’est Echium nervosum aux épis clairs et Solanum sodomeum portant ses fausses tomates jaunes : leur silhouette est très aplatie, comme plaquée au sol. Le mois d’avril voit fleurir Mathiolla maderensis une giroflée sous-arbustive aux fleurs blanches à mauves et Calendula maderensis, Silene uniflora et gallica, Echium plantagineum (à grosses fleurs bleues), du Galactite cotonneux, bas, mais aux grandes inflorescences roses, du lotier Lotus glaucus, une espèce méditerranéenne proche des pissenlits Tolpis succulenta, des Hélychrises...

lorsqu’on avance vers la pointe, dans les anfractuosités nichent parfois un gros Aeonium glutinosum aux multiples rosettes et épaisses feuilles. Puis les plantes deviennent rases : l’extrême pointe de Soa Lourenço est célèbre pour ses plantes succulentes appartenant à la famille des Aizoacées : Aizon canariense, Argyranthemum pinnatifidum, Mesembryanthemum cristallinum et Mesembryanthemum nodosum. Dès avril, certains Mensembryanthemum semblent déjà entièrement sec à l’exception de leurs gousses de graines, ailleurs, elles forment encore un tapis rougeoyant et cristallin d’où émergent de fausses petites marguerites blanchâtres.

Équipement conseillé :

  • crème solaire et chapeau
  • chaussures de randonnée
  • vêtements coupe-vent et anti-pluie ; il faut aussi pouvoir se mettre en tee-shirt par moment.

Herborisation : Listes de plantes que l’on peut rencontrer et reconnaître facilement sur la Ponta de São Lourenço :

Plantes endémiques de Madères

  • Aeonium glutinosum, une imposante plante grasse caulinaire
  • Argyranthemum pinnatifidum ssp. Succulentum
  • Calendula maderensis, le souci de Madère
  • Cynara cardunculus var ferocissima, le chardon épineux
  • Echium nervosum, la vipérine élégante
  • Helichrysum devium, aux inflorescences marquées de rouge sombre et feuilles pointues
  • Helichrysum obconicum, aux inflorescences jaunes et feuilles au bout arrondies
  • Matthiola  maderensis,  la Giroflée de Madère-
  • Plantago arborescens ssp. Maderensis, le plantain arbustif de Madère
  • Sonchus ustulatus, un sonchus aux étonnantes et belles feuilles
  • Micromeria varia ssp thymoides, une sarriette rose

Endémique plus largement de la Macaronésie

  • Andryala glandulosa ssp. Glandulosa, de très jolis sous-arbrisseaux au feuillage feutré blanc et fleurs d’Astéracées jaunes vifs.
  • Lotus glaucus, lotier aux minuscules feuilles bleutées
  • Tolpis succulenta, la trépane succulente

Mais aussi

  • Aizoon canariense, l’aizoon des Canaries, une petite plante grasse
  • Aspalthium bituminosum, Psoralée à odeur de bitume
  • Biserrula pelecinus, l’astragale double-scie, présente également dans nos Alpes françaises
  • Crithmum maritimum, la criste marine, une Apiacée aux feuilles un peu succulentes
  • Echium plantagineum la vipérine à feuilles de plantain
  • Galactites tomentosa, le Chardon laiteux ou Galactite cotonneux, une plante typiquement méditerranéenne
  • Mesembryanthemum crystallinum, la belle et rougeoyante ficoïde glaciale
  • Mesembryanthemum nodiflorum, la ficoïde nodiflore aux feuilles plus rondes
  • Plantago lagopus, le plantain queue de lièvre
  • Plantago coronopus le plantain corne de cerf, parfois de taille minuscule
  • Scorpiurus muricatus, une petite Fabacée méditerranéenne
  • Silene gallica, le Silène de France
  • Silene uniflora, la Silène à une fleur au calice arrondi
  • Solanum sodomeum ou arbre de Loth (fruits jaunes)
  • Stachys ocymastrum, l’épiaire hérissé
  • Suaeda vera, la soude ligneuse, un sous arbrisseau de la famille des Amaranthacées
  • Trifolium angustifolium, le trèfle queue de renard
  • Trifolium scabrum, trefle scabre, à fleurs blanches

Graminées ou Joncacées :

  • Hyparrhenia sinaica, une graminée
  • Juncus acutus, un jonc
  • Phalaris coerulescens

Lire aussi
Madère, randonnée au Pico de Areeiro Madère, randonnée au Pico de Areeiro

La randonnée entre les 2 plus hauts pics de Madère est extrêmement réjouissante, alliant émotions fortes et atmosphère de bout du monde, tout en restant en totale sécurité. Partir tôt le matin...

Madère, rencontre avec la biodiversité Madère, rencontre avec la biodiversité

Avec ses 2000 km de randonnées, Madère est le paradis des naturalistes. L’ile aux fleurs se distingue par sa végétation luxuriante et son climat doux ; son relief volcanique escarpé...

Madère, le long de la Levada da Central da Janela Madère, le long de la Levada da Central da Janela

Cette levada permet une randonnée facile et représentative de l’évolution végétale lorsque l’on s’enfonce vers la forêt sempervirente, sans être trop fréquentée. Aventureuse avec...

Madère, le Jardin botanique de Funchal Madère, le Jardin botanique de Funchal

Le Jardin botanique de Funchal, réputé mondialement, rassemble près de 2500 espèces végétales : scènes rigoureusement plantées ou taillées, massifs exotiques et luxuriants abondamment fleuris en...

Vos commentairesAjouter un commentaire