Amanite épineuse, Amanite à verrues

Amanite épineuse, Amanite à verrues, Amanita echinocephala var. subbeillei
Amanite épineuse, Amanite à verrues, Amanita echinocephala var. subbeillei

L'amanite épineuse protège sa tête ivoire, ronde, toute hérissée, de “hérisson”, à l'ombre des feuillus ou conifères. Solitaire, ce champignon se contemplera sans se déguster.

Botanique

Nom latin  : Amanita echinocephala var.subbeillei
Synonymes  : Agaricus solitarius, Amanita echinocephala
Famille  : Amanitacées
Chapeau : sphérique puis convexe, ivoire parsemé de verrues, 6 à 15 cm
Hyménium  : lames, saumonées
Spores  : sporée blanche
Anneau  : blanc, membraneux
Pied : cylindrique, robuste, blanc
Chair : blanchâtre
Volve  : en "bracelets"
Odeur : peu agréable

Habitat et usages

Répartition  : Europe, Hémisphère Nord, Asie, Afrique du Sud
Periode : juillet à octobre
Habitat : forestier, sous feuillus ou conifères, régions chaudes
Confusions possibles : Amanita strobiliformis, Amanita boudieri, Amanita vittadinii
Toxicité : toxique
Intérêt culinaire : aucun
Usages : inconnus

Généralités

Robuste, charnue, l'Amanite épineuse émerge vigoureusement du sol à la belle saison. Basidiomycète de la famille des Amanitacées, elle protège sa tête ivoire, ronde, toute hérissée, de “hérisson”, à l'ombre des feuillus ou conifères. Solitaire, le sporophore, partie reproductive visible, de l'Amanita echinocephala, se contemplera sans se déguster.

Description de l'Amanite épineuse

De teinte ivoire dans son ensemble, le sporophore de l'Amanite épineuse porte de nombreux vestiges de voile : verrues pointues sur son chapeau convexe, se clairsemant vers la marge; lambeaux irréguliers à la base du pied, formant des bracelets superposés. La cuticule se détache aisément du chapeau. Robuste, ce champignon montre un pied épais, large et enterré profondément dans le sol, porteur d'un anneau ample de teinte blanche, tombant comme une jupe après s'être décroché du bord du chapeau. Apparaissent alors les lames libres, noisettes à rosées chez la variété subbeillei. La chair blanchâtre, ferme, à traces rouges sur le haut du pied, dégage une odeur faible chez les sujets jeunes, nettement désagréable l'âge avançant. Sa saveur reste douce.

Détermination de l'Amanita echinocephala var.subbeillei

L'Amanite à verrues peut amenée à être confondue avec Amanita vittadinii, l'Amanite de Vittadinii, au chapeau et au pied couverts d'écailles clairsemées, préférant les sols lourds. Amanita boudieri, l'Amanite toupie, est plus gracile, avec un anneau moins ample et crémeux. Autre Amanite blanche portant des vestiges de voiles sur son chapeau, l'Amanita strobiliformis, l'Amanite solitaire, dont les verrues ressembles moins à des pyramides qu'à des plaques écrasées , de plus son anneau est fragile, léger.

Milieu de vie de l'Amanite épineuse

L'Amanite épineuse apprécie les milieux forestiers, feuillus comme conifères, mais avec un net penchant pour les chênes. Elle préfère les sols calcaires, bien drainés, sur des habitats bien exposés. Plutôt solitaire, elles se montrera du printemps à l'automne sous des températures clémentes. La var. subbeillei semble fréquente. La plupart des Amanites sont mycorhyziques, développant une association à bénéfices réciroques avec les arbres environnants. Amanita echinocephala var.subbeillei pourrait être saprophyte, absorbant la matière organique des débris végétaux de son substrat.

Toxicité 

La toxicité de l'Amanite à verrues est avérée pour certains, incertaine pour d'autres : la prudence reste indispensable dans toute consommation de champignons.

Espèces et variétés de Amanita

Parmi plusieurs centaines d'espèces réparties dans le monde entier, dont une soixantaine en France, on en comptera 3 mortelles et de nombreuses toxiques

  • Amanita pantherina : l'Amanite panthère, toxique
  • Amanita muscaria : l'Amanite tue-mouche, toxique, souvent représentée dans les livres de contes.
  • Amanita verna : mortelle, printanière
  • Amanita virosa : mortelle, pied typiquement pelucheux
  • Amanita phalloïdes : mortelle, chapeau vert olive ou vert jaune
  • Amanita gemmata : l'Amanite jonquille, toxique
  • Amanita ceciliae : Amanite impériale, toxique
Fiches des champignons du même genre

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Amanite tue-mouche, Fausse-oronge, Amanita muscaria Amanite tue-mouche, Fausse-oronge, Amanita muscaria

convexe, rouge à verrues blanches, 4 à 20 cmReprésentation familière de notre imaginaire collectif, chapeau rouge ponctué de flocons blancs protégeant un lutin adossé à son pied soyeux, l'Amanite...

Amanite rougissante, Amanite vineuse, Golmotte, Amanita rubescens Amanite rougissante, Amanite vineuse, Golmotte, Amanita rubescens

hémisphérique puis concave, brun rougeâtre à verrues grisâtres, 4-14 cmL'Amanite vineuse apporte aux couleurs printanières des sous-bois ses nuances rougissantes, variables au fil des saisons....

Amanite panthère, Fausse Golmotte, Amanita pantherina Amanite panthère, Fausse Golmotte, Amanita pantherina

hémisphérique puis concave, brun à beige-brunSombre, élégante, dangereuse, silhouette tapie dans les sous-bois : Amanita pantherina, l’Amanite panthère, champignon basidiomycète de la famille...

Amanite épaisse, Amanita excelsa var. spissa Amanite épaisse, Amanita spissa

hémisphérique puis s'étale, brun à gris-brunL'Amanite épaisse fait partie d'un trio d'Amanites, avec d'un côté l'Amanite rougissante qui est comestible bien cuite et d'un autre côté l'Amanite...

Vos commentairesAjouter un commentaire