Faire ses semis sous abri

Pour protéger les fragiles plantules des aléas climatiques ou pour gagner du temps sur les cultures printanières, le semis sous abri est une excellente solution. Du voile d'hivernage à la serre en passant par le châssis, explorons les diverses possibilités.

Un semis sous chassis en début d'année permet d'accélérer le développement des semis
Un semis sous chassis en début d'année permet d'accélérer le développement des semis

Le voile d'hivernage

Très utile, puisqu'il protège les plantules à la fois des aléas climatiques mais aussi des gastéropodes voraces, le voile d'hivernage, permet de gagner quelques précieux degrés. Placé directement sur les planches de semis en tout début de printemps, il permettra d'effectuer les semis avec une quinzaine de jours d'avance. Salades, carottes, radis, haricots ou fèves en profiteront pleinement. Il suffira simplement de le retirer lors des belles journées et de le replacer en cas de gel annoncé.

La couche chaude

Le semis sur couche chaude est une technique très efficace. Il consiste à semer les graines sur un lit de fumier frais recouvert d'une bonne couche de terre. Le fumier en se décomposant dégagera une chaleur idéale à la germination des plantules. La couche chaude peut s'effectuer sous châssis ou être couverte par un voile d'hivernage durant la mauvaise saison, ou directement en plein air au printemps.

Le châssis

Un châssis est composé d'une structure en bois imputrescible ou en briques, en parpaings ou pierres. Pour des raisons écologiques vous pourrez réutiliser les matériaux qui vous tombent sous la main ou des restants de chantier. Couvrez votre structure avec une vitre ou une ancienne fenêtre récupérée. Votre châssis est prêt à accueillir les semis !

A l'intérieur il est possible de constituer une couche chaude, comme nous l'avons vu plus haut, ou de semer en caissettes. Le châssis sera aussi utilisé pour forcer les plantes en pots individuels semées à l'abri avant leur introduction au jardin.

Le semi à l'abri en serre ou véranda

Si vous disposez d'une véranda ou d'une serre, vous pourrez gagner quelques semaines sur vos semis. Pour cela, prévoyez des caissettes en polystyrène, du type de celles utilisées dans les poissonneries. Remplissez-les d'un mélange léger de sable et de terreau et effectuez vos semis.

Tomates, salades, melons, pastèques ou courgettes, mais aussi plantes ornementales pourront ainsi être préparées à l'avance. Les plantules devront rapidement être repiquées en pots individuels contenant un mélange adapté à chacune d'entre-elles. Elles ne seront installées en pleine terre que lorsqu'elles seront bien enracinées et que les gelées ne seront plus à craindre.

Le semi en mini-serre chauffée

La mini-serre chauffée est idéale pour toutes les plantes réclamant une chaleur de fond constante.

Elle comporte une résistance électrique et un thermostat permettant de régler la température adéquate à chaque culture. Le couvercle en verre ou plus souvent en plastique permet de conserver un taux d'hygrométrie parfait et une chaleur idéale.Vous pourrez y semer la majorité des plantes tropicales et des cactées.

Lire aussi
La culture sous abri La culture sous abri

Cultiver sous abri au jardin permet de prolonger les saisons de récolte des légumes et des fruits et de fleurissement des fleurs. Selon le budget et la place disponible, l'abri[...]

Comment faire ses semis ? Comment faire ses semis ?

Non seulement, faire ses propres semis est économique, mais en plus, c'est à la portée de tous. Annecé nous explique comment faire.

L'abri de piscine semi-haut L'abri de piscine semi-haut

Dans cet article-ci, nous détaillerons les atouts et les défauts d'un abri semi-haut, compromis idéal entre l'abri haut et l'abri bas. L'abri semi-haut vous permet de profiter de votre piscine[...]

L'abri de piscine haut L'abri de piscine haut

Nous allons ici détailler les atouts d'un abri de piscine haut, pour vous éclairer dans votre choix. Tout dépend de l'utilisation que vous allez en faire, mais aussi de l'espace que vous[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Magalie (Rhone)
    Il parait que les graines de tomates greffées ne donnent rien en cas de semis l’année suivante.
    Répondre à Magalie
    Le 01/02/2018 à 20:58