A LA UNE »
Poulet basquaise

De nouveaux champignons dans nos sous-bois

Nos sous-bois ne sont plus ce qu'ils étaient. Changement climatique, échanges commerciaux, modifications de l'environnement...Les régions voient de nouveaux hôtes s'inviter, insolites, énigmatiques, néfastes, mais aussi bons comestibles. Qui sont ces nouveaux champignons ?

L'Anthurus d'Archer à l'étrange structure
L'Anthurus d'Archer à l'étrange structure

Des aliens au coin du bois

Si les girolles se font attendre ce printemps, les sous-bois accueillent un hôte insolite, inhabituel, un œuf, gros, blanc-rosâtre. L'Anthurus d'Archer, Clathrus archeri, « éclora » en une étonnante structure se déployant rapidement en une étoile aux longs doigts de sorcière. Ce champignon de la famille du Satyre puant se fit connaître dans les Vosges dans les années 1920. Originaire d'Australie et de Nouvelle-Zélande, il aurait été introduit avec de la laine de mouton destinée à une usine de transformation. Depuis il se propage dans tous les départements français.

Venu de moins loin mais tout aussi étonnant, de la même famille, le Clathre rouge, Clathrus ruber, est endémique du bassin méditerranéen. Méconnu, ce « cœur de sorcière » rougeâtre s' observe de plus en plus fréquemment et s'étend à la faveur du réchauffement climatique.

L'impact de l'évolution des aires de répartition du Clathre et de l'Anthurus est encore mal connu, mais il est certain que les populations de mycètes actuelles vont évoluées, et rapidement.

Enigmatique

Installé sur divers bois mort, d'une belle couleur orange, présentant de larges pores sous le chapeau... Quel est donc ce champignon ? Repéré et identifié dans les Pyrénées en 2015 par R.Cazenave, président de l'association mycologique de Bigorre, Favolaschia calocera est une espèce pantropicale à tempérée chaude, originaire de Madagascar, du sud-est de l'Asie, qui s'est propagée à la faveur des mouvements humains, des échanges commerciaux, en Nouvelle-Zélande, Australie, Afrique, pour arriver en Italie en 1999, et se diffuser dans presque tous les pays européens. Ce champignon de la famille des Mycénacées se nourrit de matières organiques en décomposition, on le dit saprophyte. Il se développe sur divers bois et montre de grandes capacités d'adaptation. Compétitif, produisant des substances antifongiques, il pourrait prendre une place non négligeable dans les écosystèmes et devenir un concurrent sérieux pour nos espèces indigènes.

Des sosies dangereux

Familier des récoltes automnales précoces, le Clitocybe inversé, Lepista flaccida, se rencontre communément dans les sous-bois de conifères comme de feuillus. Ce comestible agréable ressemble à s'y méprendre à un nouvel occupant, le Clitocybe à bonne odeur, Clitocybe amoelens. Initialement décrit sur les côtes méditerranéennes africaines, ce champignon de la famille des Tricholomatacées progresse vers le Nord depuis quelques décennies, dès les années 80 des intoxications ont été signalées en France, le lien entre les deux champignons s'est rapidement établi. Actuellement il est recommandé de ne plus consommer le Clitocybe inversé.

Un autre sosie, de la célèbre Girolle, apparaît un peu partout en France. Le Pleurote de l'olivier, Omphalotus olearius, provoque nausées, troubles digestifs parfois violents. Méridional, il remonte petit à petit vers le Nord lui aussi, présent dans des habitats où l'olivier ne se montre pas. Il se rencontrera au pied de divers feuillus, chênes, châtaigniers, souvent à même le sol. Le chercheur de Girolle devra désormais le prendre en compte.

Venus du Sud

Les champignons affectionnant la chaleur et dont l'aire de répartition s'élargit à la faveur du réchauffement climatique ne sont pas tous invasifs ou dangereux. Certains ne se remarquent pas, petits, discrets, ni toxiques ni comestibles. D'autres sont appréciés, qui se plaindra de l'extension de l'Oronge, célèbre Amanite des césars. Une autre Amanite subméditerranéenne, à l'agréable goût de noisette, Amanita strobiliformis, semble se rapprocher de l'homme. Elle affectionne de plus en plus les pelouses de jardin, des parcs, les bords de chemin. Bon comestible, elle peut toutefois être confondue avec des Amanites mortelles. Le tableau de récoltes des mycologues évolue, il devient nécessaire de s'informer et de redoubler de prudence dans la détermination de tout champignon, y compris ceux que l'on croyait bien connaître.

Ces dernières décennies ont vu des changements marquants dans la répartition des espèces végétales, animales, champignons. Les écosystèmes évoluent, s'enrichissent parfois, s'appauvrissent souvent. Les mycologues voient leurs habitudes bousculées, et doivent s'adapter, eux aussi.

Lire aussi
Les champignons cultivés Les champignons cultivés

Contrairement aux champignons sauvages, poussant spontanément dans les sous-bois frais, les champignons cultivés sont disponibles toute l'année car ils ne sont pas soumis aux aléas climatiques....

Champignons, les Amanites Champignons, les Amanites

Les Amanites constituent une grande famille de champignons que l'on rencontre fréquemment dans nos sous-bois. Le plus connu d'entre eux est l'amanite phalloïde, hautement toxique !

La culture des champignons La culture des champignons

Souvent difficiles à trouver sous leur forme fraîche, les champignons pourront facilement être cultivés chez soi, au jardin ou dans un local frais afin de profiter de leur saveur et[...]

10 champignons comestibles de l'hiver 10 champignons comestibles de l'hiver

L'hiver ne signe pas la fin des récoltes de champignons. Quelques espèces peu frileuses se dénichent encore, parfois même sous la neige...

Vos commentairesAjouter un commentaire