Découvrez la fanéoculture

La fanéoculture par Thierry BELSACK du potager d'antan
La fanéoculture par Thierry BELSACK du potager d'antan

Vous avez été nombreux à nous faire part de vos commentaires sur la tribune libre de Thierry BELSACK et à le questionner sur la fanéoculture. Nous ouvrons à nouveau notre tribune pour lui permettre de développer son concept.

Des végétaux pour protéger le sol

Dés le mois de septembre j’étale en bandes larges de 1.20 mètres du foin en premier (et si vous ne disposer pas de foin vous pouvez étaler tout types de végétaux), ensuite tous les végétaux qui me tombe sous la main, y compris les déchets du potager.

Vous pouvez aussi récupérer toutes les tontes, tailles et branches de vos voisins, ce que je fais et ils en sont ravis.

Cela aura pour effet de protéger votre sol des aléas climatiques de l’hiver. N’hésitez pas à en mettre une épaisse couche. Moi même je dispose une couche de 30 a 40 cm et je n'y touche plus jusqu’en mars suivant les plantations à effectuer. Cette épaisseur finira par atteindre 15 a 20 cm au début du printemps.

Que se passe-t-il sur mon sol ?

J’ai le meilleur des outils : la faune du sol qui prolifère sous se couvert végétal même l’hiver et sous la neige en se nourrissant de cette matière végétale et en travaillant en permanence le sol. De plus pendant les grands froids qui peuvent être de -10 a -18 °C, j’ai constaté que sous ce couvert épais l’effet du gel était nul et que mon sol était en permanence humide.

Ma terre échappe à l’érosion et au croutage car lors des pluies ou a la fonte des neiges il se produit un effet d’infiltration de l’eau en évitant le ruissellement de celle-ci.

C’est un économiseur d’eau car l’évaporation est stoppée et l’eau profonde ne remonte que lentement pour les cultures. Il y a un effet éponge.

Il y a aussi un effet fertilisant riche en sucres, protéines et cellulose par voie directe et rapide, et une autre voie beaucoup plus lente par la lignine issue du bois.

Concernant ce que beaucoup appellent « les mauvaises herbes » et qui aspirent à un jardin exempt de celles-ci, elles se développent souvent avec un potager au sol nu ou aucune vie microbienne existe. Quand à moi, je laisse les herbes divaguées entre mes légumes car celles-ci attirent les auxiliaires et les prédateurs des ravageurs et de plus elles contribuent à me structurer le sol et à retenir l’humidité de celui-ci. Et sans que cela n’est aucune influence sur le développement des cultures.

Peut-on se passer totalement d'eau ?

Oui on peut s’en passer totalement et ceci grâce à la réunion de 6 conditions.

  1. un effet réserve d’eau pendant la saison des pluies et des neiges par infiltration.
  2. un effet épaisseur de la couche de végétaux qui piège l’eau en évitant son évaporation.
  3. par la précocité des cultures, plus elles sont implantées précocement, plus elles auront le temps de faire leurs rendements.
  4. par l’effet humus qui associe la terre et les végétaux sans se mélanger.
  5. par l’effet lignine grâce aux bois et branchages.
  6. par l’effet ombrage suite a l’épaisseur du mulch.

Cela fait maintenant 2 ans que j’ai créé cette méthode et toujours aucun arrosage même pendant la canicule avec un véritable succès. Je pratique les semis en godets ou en mini-mottes  et je les transplantent directement dès qu’elles ont 2 feuilles et je n’ai aucun soucis pour la suite de la pousse. Quand je parle de transplantation c’est uniquement l’écartement du mulch et je pose le plant directement sur le sol sans toucher à sa structure et c’est le plant lui-même qui va enfoncer ses racines dans le sol afin de trouver sa nourriture.

J’espère que cela vous incitera a faire découvrir ma méthode a d’autres car je souhaiterais que les instances politiques, agricoles et autres prennent en considération le fait qu’il existe d’autres manières de préserver notre planète.

Thierry BELSACK, Le potager d’antan

Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le bambou, une plante facile à vivre Le bambou, une plante facile à vivre

Muriel NEGRE, présidente et propriétaire de LA BAMBOUSERAIE nous présente les bambous et nous conseille sur leur culture. La bambouseraie est un parc très ancien construit en 1956 par Eugène Mazel,...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante, l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Luc (Belgique/Auvergne)
    Ayant fait l'acquisition d'une résidence dans le Livradois-Forez, votre expérience pourrait être bien utile le jour où j'abandonnerai enfin la vie trépidante du plat pays pour revenir aux fondamentaux.
    Répondre à Luc
    Le 18/07/2019 à 17:56
    Le potager d'antan (Puy de dôme)
    Je serais là pour vous
    Répondre à Le potager d'antan
    Le 20/07/2019 à 18:22
  • Marie (La Vendée)
    Est-il possible d'effectuer ce mode de culture avec un sol sablonneux, et avec des températures douces toute l'année ? Merci
    Répondre à Marie
    Le 17/07/2019 à 06:10
    Le potager d'antan (Puy de dôme)
    La fanéoculture s'adapte a tous les types de sol.
    Répondre à Le potager d'antan
    Le 17/07/2019 à 18:08
    Boisseroles (Occitanie)
    Hélas Marie, cette méthode, excellente par ailleurs, perd beaucoup de son intérêt en sol sablonneux car celui-ci ne retient pas l'eau et ne reste pas humide. Pour palier cet inconvénient, personnellement j'ai incorporé de la tourbe dans mes plates-bandes, celle-ci retient l'eau et permet de conserver un sol frais.
    Répondre à Boisseroles
    Le 20/07/2019 à 13:07
    Nico 80 (Picardie (la Somme))
    Peut-on utiliser cette technique avec les feuilles dautomne et lesquelles ? merci
    Répondre à Nico 80
    Le 20/07/2019 à 17:44
    Boisseroles (Occitanie)
    Bien sûr il est bon de mulcher ton sol avec les feuilles sur une épaisseur suffisamment importante pour qu'elles apportent des nutriments que les vers de terre se chargeront d'incorporer à la terre mais la tourbe a un tout autre intérêt, elle retient l'eau un peu à la manière d'une éponge et garde ainsi sa fraîcheur au sol. Attention toutefois à ne jamais laisser la tourbe se dessécher car ensuite c'est quasiment mission impossible pour la réhydrater.
    Répondre à Boisseroles
    Le 20/07/2019 à 20:37
  • Valère (Bouches du Rhône)
    Merci pour vos commentaires, je suis novice en la matière et tous vos conseils me sont précieux.
    Répondre à Valère
    Le 16/07/2019 à 11:55
    Le potager d'antan (Puy de dôme)
    Aucun problème, n'hésitez pas à aller sur mon compte Facebook "thierry be"
    Répondre à Le potager d'antan
    Le 17/07/2019 à 18:10
  • Martial (Franche conté)
    Super je vais essayer l'année prochaine merci pour ce conseil !
    Répondre à Martial
    Le 16/07/2019 à 00:59
    Le potager d'antan (Puy de dôme)
    De rien je vous dit à l'année prochaine
    Répondre à Le potager d'antan
    Le 20/07/2019 à 18:23