Les limaces, amies du jardinier !

Les limaces, appelées dans le langage courant 'les gluantes' sont souvent considérées comme les ennemies du jardinier, dévorant sur leur passage plantules et cultures déjà bien en place. Ce point de vue, bien ancré mérite toutefois d'être modulé. De belles surprises en perspective !

Une limace vient à notre rencontre !
Une limace vient à notre rencontre !

Le rôle des limaces au jardin

Considérées comme nuisibles, les limaces jouent pourtant un rôle primordial au jardin et dans l'écosystème qui le compose. Les limaces, grâce à leur mucus et à leur activité ont une action favorable sur le sol, qu'elles aèrent, lient et hydratent. Elles aident en outre à recycler efficacement la matière organique et favorisent par là-même l'assimilation des nutriments dans le sol. Elles adorent les végétaux flétris ou en fin de vie et luttent ainsi contre le développement d'éléments potentiellement pathogènes qu'elles convertissent en matière organique prête à être transformée par les micro-organismes présents dans le sol. Nos amies les limaces sont aussi capables de digérer la cellulose présente dans les plantes ligneuses, elles la restituent ensuite sous la forme de carbone et d'eau. Certaines limaces se nourrissent aussi de champignons mais ne digèrent pas leur mycélium, elles permettent ainsi leur reproduction dans un sol adapté.

Le mucus que les limaces produisent pour se déplacer composé d'eau, de protéines et de sucre permet au sol de conserver son équilibre en maintenant l'humus, l'argile et le limon ensemble. Ajouté à leurs excréments, ce mucus permet d'activer la vie du sol.

Nous pouvons donc considérer les limaces sous un tout nouvel angle !

Outre leur utilité pour le sol et la micro-flore, les limaces constituent aussi un repas de choix pour certains auxiliaires du jardinier comme les hérissons, les serpents, les nématodes, les staphylins, les lézards ou les oiseaux.

Régime alimentaire des limaces

La majorité des limaces est détritivore ou mycophage. Elles se nourrissent de plantes en fin de vie, de vieux bois, de champignons mais aussi de lichens, de mousses, de feuilles mortes molles, et de matières en décomposition. Certaines espèces sont carnivores et dévorent avec plaisir leur congénères. Les limaces ne sont donc à priori pas plus intéressées que cela par nos salades, elles se tournent vers elles lorsque votre jardin présente un déséquilibre et lorsqu'elles sont assoiffées ou affamées !

Pourquoi y-a-t-il une prolifération de limaces dans mon jardin ?

Si votre jardin regorge de limaces qui dévorent vos cultures, cela est un signe de déséquilibre dû à l'emploi de produits phytosanitaires et à un entretien trop drastique du lieu dont la biodiversité devient médiocre. Leurs prédateurs directs ne sont plus présents pour réguler les populations.

La présence en masse de limaces indique un manque de matière organique en décomposition, mais aussi de champignons, de lichens, de mousses, ou la présence de cultures en mauvais état, malades, stressées qui les attireront inexorablement.

Comment détourner l'attention des limaces de nos cultures ?

Comme nous l'avons vu, il s'agit en un premier temps de favoriser la biodiversité en laissant sa place à la nature et de créer des micro-habitats pour vos limaces, elles s'y cantonneront si elles ont de l'eau et une zone humide et ombragée à portée de glissade. Une planche posée à même le sol, constituera pour elles un nid agréable. Elles adorent en outre les brassicacées et les déchets verts de fruits et légumes, n'hésitez pas à leur en fournir en abondance, elles se détourneront de vos cultures tout en continuant à jouer leur rôle prépondérant au jardin !

La gestion holistique des limaces

Suivez cette vidéo passionnante d'hervé COVES qui nous parle de la limace et de son rôle de digestion au jardin...

Lire aussi
Le piège à bière et les limaces Le piège à bière et les limaces

Tous les trucs anti-limaces comportant de la bière sont à bannir car en effet la bière attire les limaces jusqu'à 100 mètres; si vous voulez attirer les limaces du voisin[...]

Le sel de cuisine contre les limaces Le sel de cuisine contre les limaces

Contre les limaces ayant déjà coloniser le jardin, un truc simple et écologique: le sel de cuisine. Il suffit de débusquer les limaces et de saupoudrer un peu de sel[...]

Du sable contre les limaces et les escargots Du sable contre les limaces et les escargots

Les limaces n'aiment pas le sable, exactement comme le marc de café. Limaces escargots ne peuvent plus avancer sur ce terrain là. Les fourmis si elles creusent, s'enterrent elles même.[...]

Comment protéger ses cultures des limaces ? Comment protéger ses cultures des limaces ?

Comment protéger ses cultures des limaces ? Gérard BOURGES nous explique le rôle joué par les limaces dans le jardin et comment les tenir à distance de nos cultures.

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • ManouH (Belgique Nivelles)
    Ma jeune Agapanthe blanche allait donner une fleur, le bouton était visible entre les feuilles. Horreur 2/3 jours après j'ai retrouvé la petite tige creuse avec le bouton grignoté. Merci les limaces. Je pense que ce sont les toutes petites noires. À 82 ans que puis-je faire d'autre que les détruire mais comment ?
    Répondre à ManouH
    Le 21/06/2020 à 11:45
  • JLVM (Belgique)
    Ce n'est pas tout d'écrire que la limace est utile. Qu'est-ce qui est inutile dans la nature et qui nous le dira ? Il serait beaucoup plus concret de nous dire ce qu'il y a lieu de rétablir au niveau de la vie microbiologique des sols pour diminuer la population, d'attirer notre attention sur l'éventuelle carence en nutriment des légumes attaquées par les gastéropodes, de mettre l'accent sur les autres insectes du sol tels les myriapodes, ou les cloportes qui travaillent de concert avec les limaces ou, à contrario, réduisent leurs activités, à quelles températures et quels degrés d'humidité elles deviennent redoutables, pourquoi elles s'attaquent davantage à de jeunes plants de laitue plutôt qu'au mulching couvrant le sol entre les cultures puisqu'elles seraient 'détritivores'... Il me semble que des réponses à ces questions aideraient à rétablir la confiance entre le jardinier et ces 'auxiliaires': la limace comme 'bioindicateur'.
    Répondre à JLVM
    Le 10/04/2020 à 15:09
    Lionel (Hautes-Pyrénées)
    Merci de cette mise au point. Je suis littéralement envahi de limaces. Depuis 6 années que je restaure une parcelle très argilo-limoneuse (terre de Garonne) je désespère. Je me refuse à tout emploi de produits ....cides, je laisse une place prépondérante à la biodiversité, je ne travaille pas le sol, bref, je tends à un jardin "sauvage" en essayant d'ajouter des végétaux comestibles. Mais... toujours plus de limaces. Cette année, c'est le pompon. Alors quoi ? Qui nous dira ce qui favorise ce "déséquilibre" en faveur des gastéropodes ? Ph ? Déséquilibre quelconque ? Sol abîmé par les pratiques précédentes ?... Je ne veux pas lutter contre, conscient que ces bestioles ont leur place; je souhaite simplement qu'elles en prennent moins. Merci à ceux qui sauront me guider.
    Répondre à Lionel
    Le 22/04/2020 à 09:16
    Phil (IDF)
    Un manque de prédateurs dans votre région ? Je pense aux hérissons bien sûr. Installez des abris pour les attirer. Mais il doit y avoir les orvets ou encore les batraciens comme les crapauds.
    Répondre à Phil
    Le 22/04/2020 à 18:27
    Lionel (Hautes-Pyrénées)
    Petite précision: j'ai 5000 m², une île: autour des champs travaillés en conventionnel, de l'autre un stakhanoviste de la tondeuse, ennemi juré de la folle herbe. Mon île, des mares des tas de bois partout, des refuges pour toutes sortes de bestioles, je pratique même des corridors avec un petit bois tout près. Bref, on pourrait difficilement penser plus accueillant pour tous les prédateurs de gastéropodes. J'ai bien entendu vu la vidéo de Covès. C'est même lui qui m'avait convaincu de travailler le milieu... Là je suis dépassé. Pour cette année donc, j'envisage de laisser encore faire, espérant une régulation. A voir.
    Répondre à Lionel
    Le 22/04/2020 à 19:36
    Jean-louis (Belgique)
    Je comprends parfaitement votre désarroi. N'abandonnez pas svp. Ce printemps sec, sur une terre récupérée d'agriculteurs 'industriels' depuis trois ans, je constate davantage de lombriciens et moins de gastéropodes. Comme il fait sec, je n'ai encore appliqué aucun traitement de nématodes carnivores (mon arme en désespoir de cause de l'an dernier). Je pense donc que ma population de limaces diminue ou qu'elle me prépare une belle surprise puisque le mois d'avril semble constitué un mois de reproduction idéal. Suite au titre ambitieux de l'exposé de M. Cové, je lui ai écrit sans résultat significatif. A croire que du terme 'holistique' M. Coves n'entend que la sonorité. Il m'a conseillé deux lectures parfaitement inutiles pour notre propos, les gastéropodes, et la manière de cultiver des légumes en leur compagnie. Je ne voudrais pas vous décourager, mais en dépit de mails et de rappels à 16 institutions nationales et internationales qui devraient avoir connaissance du sujet, je reste bredouille. Information bien gardée qui se vend uniquement aux membres ? Si je trouve réponse aux questions que je continue de poser après trois années de recherche, je vous informerez par ce canal Lionel. Si vous avez plus de chance (ou de doigté) que moi, faites-moi part de vos constatations SVP. Belle journée.
    Répondre à Jean-louis
    Le 23/04/2020 à 09:26
    Lionel (Hautes-Pyrénées)
    Merci de votre réponse, je ne manquerai pas de vous tenir informé de toute info qui pourrait convernir.
    Répondre à Lionel
    Le 24/04/2020 à 15:42
    Claire (Provence)
    Il y avait beaucoup de limaces dans mon jardin à côté d'une petite rivière, des grosses et des toutes petites blanches sur les feuilles des pommes de terre, pendant 3 semaines je les ai ramassées tous les soirs... Il y en a beaucoup moins... Mais je continue puisque je n'ai pas de hérisson ;)
    Répondre à Claire
    Le 24/05/2020 à 23:54
    Jean-Marc (Bas-rhin)
    J'ai eu beaucoup de limaces les années précédentes, j'en ai ramassé des paquets le matin à la fraîche, que j'ai déposé en forêt en baladant les chiens. J'ai découvert (sur le net) un système qui fonctionne : un rempart (bois, tôle...) avec, à son sommet, une forme en tôle en U inversé, ce qui fait que la limace qui grimpe le long du rempart retombe par terre dans le U inversé, elle ne peut franchir le rampart. Très efficace, à condition de faire des carrés de potager entièrement "fermés" par ce genre de rampart. Pour le U inversé, je prends du "rail" (ossature métallique pour la pose de BA13) : ça marche nickel. Autre solution, pour ceux qui peuvent découper de la tôle : le bac acier. La forme en U est alors fournie par le profil du bac acier, il faut découper la tôle le long de cette forme, ça fait un bon rampart qui ne revient pas trop cher.
    Répondre à Jean-Marc
    Le 03/06/2020 à 05:40
    ManouH (Belgique)
    Faut pas rêver, il faudrait un élevage de hérissons dressés. Le hérisson passe, se nourrit et continue son Chemin, ce n'est pas comme une poule. Clôturer le Jardin et mettre des poules, elles adorent les limaces.
    Répondre à ManouH
    Le 21/06/2020 à 11:50