Le syrphe des corolles, une mouche alliée du jardinier

Une mouche qui se déguise en guêpe pour faire fuir les prédateurs, voilà un insecte intrigant ! Le syrphe des corolles n'a pas finit de surprendre et d'aider le jardinier, encore faut-il savoir le préserver !

Le syrphe des corolles (Eupeodes corollae), une mouche alliée du jardinier
Le syrphe des corolles (Eupeodes corollae), une mouche alliée du jardinier

Diptère ou hyménoptère ?

Le syrphe des corolles (Eupeodes corollae) ressemble à première vue à une guêpe, voire à une abeille pour le néophyte, cependant il ne fait pas partie de l'ordre des Hyménoptères comme ces dernières mais bien de celui des Diptères, c'est à dire qu'il s'agit d'une simple mouche !

Mouche certes, mais portant de larges lunules jaunes sur un abdomen noir, signe de dangerosité potentielle aidant l'insecte à éloigner les prédateurs. Cependant, le syrphe ne possède pas de dard et n'occasionne donc pas de piqûre.

Le syrphe ne dépasse pas 1,5 cm de longueur, il est présent en Afrique du Nord, en Asie et dans toute l'Europe. Migrateur, il peut se déplacer sur de nombreux kilomètres pour trouver de la nourriture, quittant les îles britanniques pour les prairies continentales. Il est observable durant la belle saison, de mars à octobre.

Le syrphe est capable de voler également en stationnaire pour mieux repérer le pollen et le nectar des fleurs dont il se nourrit.

Le syrphe, allié du jardinier

Le syrphe aide le jardinier tout au long de la belle saison, et ce, bien avant les abeilles ou les coccinelles, à ce titre, il doit être préservé.

Adulte, il aide à polliniser les plantes du jardin, aussi bien les arbres fruitiers du verger que les plantes ornementales dans les massifs ainsi que les légumes au potager (il adore les Fabacées que sont les pois, les haricots et les fèves).

La femelle syrphe pond ses œufs tout près des colonies de pucerons et cela n'est pas un hasard ! Une fois écloses, les larves vont s'en nourrir, chaque larve pouvant avaler plus de 100 pucerons par jours ; voilà une bonne nouvelle, et une raison de plus de préserver cet insecte allié du jardinier d'autant que les larves apprécient aussi les cochenilles, les acariens et les thrips.

Sachant que cette reproduction très active peut induire 6 à 7 générations par an et que les larves mettent 8 à 14 jours avant de se nymphoser, les pucerons et autres parasites ont du souci à se faire !

Comment préserver le syrphe des corolles ?

Pour préserver cet insecte, il est nécessaire d'apprendre à le différencier des guêpes, bien trop souvent tuées par ailleurs.

Le syrphe est plus trapu, plus rond, plus petit. L'abdomen n'est pas rayé, il est parcouru de virgules jaunes symétriques sur les tergites. Les yeux, qui se rejoignent chez le mâle, sont immenses et occupent quasiment toute la surface de la tête, contrairement à la guêpe où les yeux sont disposés de part et d'autre. Les antennes chez le syrphe sont courtes et en massues alors que chez la guêpe, elles sont longue et fines. Le syrphe pratique le vol stationnaire, il n'a que deux ailes actives contrairement à la guêpe qui en a 4.

Évidemment pour préserver le syrphe, il est nécessaire de ne plus utiliser de produits phytosanitaires chimiques ni d'insecticides.

Pour l'attirer, plantez des prairies fleuries, privilégiez les fleurs en créant des haies diversifiées. Optez pour des plantes à fleurs plates, peu profondes, comme celles des cosmos, des marguerites et des ombellifères qui lui fourniront une nourriture facile d'accès.

Préservez les cavités des vieux arbres dans lesquelles le syrphe passe l'hiver, laissez un tas de branchages au fond du jardin, préservez ou bâtissez un mur en pierres sèches.

Le syrphe appréciera et s'installera durablement dans votre jardin !

Lire aussi
La chevêche, une chouette alliée du jardinier La chevêche, une chouette alliée du jardinier

Mignonne et rondouillarde, la chevêche, petite chouette aux yeux d'or, se raréfie dans le paysage français, au point d'être actuellement menacée. Elle est pourtant une alliée du jardinier ;...

Le syrphe ceinturé Le syrphe ceinturé

Le syrphe ceinturé est souvent victime de sa ressemblance lointaine avec une guêpe. Pourtant cet auxiliaire du jardinier est un redoutable prédateur de pucerons assorti d'un pollinisateur hors...

Mouche de la carotte, Psila rosae Mouche de la carotte, Psila rosae

Dégâts Responsable : un insecte de l'ordre des Diptères, petite mouche noire, fine, de 4-5 mm de long. Les femelles adultes survolent les rangs de carottes dès avril-mai et[...]

Mouche du terreau, Mouche noire, Sciaridae Mouche du terreau, Mouche noire, Sciaridae

Dégâts Responsable : Bradysia ; Sactella ; Sciara. Dégâts : Des nuées de moucherons s'envolent autour des plantes. Présence de larves (petits vers blanchâtres) dans le terreau. Les plantes...

Vos commentairesAjouter un commentaire