La couverture du sol

Le géranium vivace fait un bon couvre-sol
Le géranium vivace fait un bon couvre-sol

Inspirée par la Nature elle-même, la couverture permanente du sol est une méthode appliquée par de plus en plus de jardiniers soucieux de préserver la vie de leur support de culture. Les anciens la pratiquaient déjà, puis plus récemment, le courant de permaculture a remis cette technique au goût du jour. Bonne nouvelle pour nos jardins !

Pourquoi couvrir le sol ?

Il y a de multiples avantages à apporter une couverture au sol. Ce dernier est constitué de terre, d'agrégats minéraux mais aussi d'organismes vivants en grand nombre. Ces organismes et micro-organismes participent activement à la vie du sol. Sans eux, pas d'humus : le sol est pauvre, compact et très difficile à cultiver sans intrants de toutes sortes, nocifs pour l'environnement. Pour préserver la vie du sol, éviter le lessivage des nutriments, conserver toute sa fertilité à la terre et même l'améliorer, la couverture est donc essentielle.

Quel type de couverture pour mon sol ?

Le couverture du sol sera choisie en fonction des besoins et des possibilités de chaque jardinier.

Il existe de nombreux types de couvertures pour le sol, chacun ayant ses avantages ou ses inconvénients. Il est nécessaire de bien connaître son terroir et la nature de son sol pour choisir la couverture la plus appropriée :

Chez moi, il fait chaud et sec

Vous choisirez alors une couverture épaisse (au moins 20 cm) très isolante qui retiendra parfaitement l'humidité dans la terre pour compenser les gestes d'arrosages, éviter le craquèlement de la surface du sol et préserver les micro-organismes vivant à la surface.

Chez moi il fait très froid et humide

La couverture choisie sera moins épaisse et bien aérée pour favoriser la pénétration des rayons solaires et le réchauffement du sol. L'humidité sera plus facilement évacuée.

Chez moi le sol est compact

Commencez par un couvert végétal vivant de type engrais vert qui va permettre grâce à ses racines d'ameublir la terre. Un mélange composé de plantes à racines profondes et de plantes de la famille des Fabacées est alors idéal. Le couvert végétal sera ensuite fauché et enfoui pour améliorer la structure du sol.

Chez moi le sol est sablonneux et pauvre

Un apport de matière organique sera toujours bénéfique. Couverture de fumier à l'automne qui aura le temps de se décomposer, matière organique fraîche (mulching, résidus de cuisine, paillage organique...), compost, amélioreront et fertiliseront un sol pauvre.

Les différents types de couvertures

  • Commençons par les couvertures qui ne présentent qu'un intérêt mineur, c'est à dire les films de paillage du commerce. En PVC noir, ils réchauffent le sol et préservent les légumes des éclaboussures de terre mais sont peu intéressants sur le plan écologiques.

    Les films biodégradables en fibres de coco ou autres constituent une solution de facilité pour éviter la levée des mauvaises herbes au pied d'une haie par exemple mais encore une fois ils n'ont qu'un intérêt très ponctuel. Quant au carton, il est intéressant pour désherber naturellement une grande surface.

  • Le paillage minéral a certes quelques intérêts comme celui de convenir aux plantes amatrices de chaleur et de terrain bien drainé. Il diffuse à dose lente des minéraux. Il est utilisé dans les zones arides, sur les sols humides pour éviter la pourriture du collet des plantes en complément d'un bon drainage ou pour créer des effets paysagés bien particuliers (jardin japonais, rocaille de plantes xérophiles...).

  • Les couvertures vivantes ou 'engrais verts' présentent quant à elles des avantages multiples : elles favorisent la vie du sol, le décompactent grâce à leurs racines, assurent une meilleure pénétration de l'eau et des nutriments, concurrencent les herbes sauvages ne leur laissant pas la place de proliférer, empêchent le lessivage des nutriments, fertilisent le sol lorsqu'elles sont enfouies après culture ou lorsqu'il s'agit de légumineuses qui captent l'azote atmosphérique pour le restituer directement au sol.

  • Le paillage du sol présente lui aussi de nombreux avantages. La méthode consiste à étaler une couche de matière organique sur le sol. Fumier, compost, déchets organiques de cuisine, paille, résidus de tonte, feuilles mortes broyées, BRF, paillettes de lin ou de chanvre constituent autant de manières de couvrir le sol donc de le protéger tout en le fertilisant.

    Ce paillage empêche le phénomène de lessivage ainsi que la pousse des adventices. En se décomposant, il booste la vie du sol, les micro-organismes bien nourris se développent en nombre. Les vers de terre sont plus présents, ils effectuent leur travail d'aération naturelle du sol et facilitent la pénétration de l'eau et des nutriments. Le support de culture devient plus riche naturellement.

Existe-t-il des inconvénient à couvrir le sol ?

Si la couverture est utilisée au bon moment et correspond à votre terroir et vos besoins, elle n'a que des intérêts. Certes, le semis est rendu plus compliqué en cas de paillage car celui-ci doit être écarté. Autre problème posé par ce type de couverture organique : la faim d'azote. Mais elle ne survient en général qu'au printemps, si un paillage frais vient d'être étalé. Tout est donc question d'anticipation et de maîtrise de la technique.

Dans le cas d'une couverture avec des engrais verts, le sol est occupé sur une longue période, il faudra apprendre à gérer ce paramètre en les semant par exemple en inter-culture ou dans les zones limitrophes des cultures, voire en jachère par exemple dans le cadre d'une rotation des cultures au potager.

Lire aussi
La couverture rigide de piscine La couverture rigide de piscine

La couverture rigide de piscine fait partie intégrante des dispositifs homologués pour assurer la protection contre la noyade des enfants en bas âge. En France, depuis la mise en application de la...

Installation d'un arrosage automatique pour le potager Installation d'un arrosage automatique pour le potager

Mr Collinet habitant à Marseille : Je souhaite mettre en place dans mon jardin un arrosage automatique (goutte à goutte) pour le potager. Comment faut-il faire ? Les 3 principales contraintes...

Un potager au balcon Un potager au balcon

Nulle raison de se priver de la joie de récolter des légumes frais cultivés de façon naturelle sous prétexte que vous ne possédez qu'un simple balcon. A la fois décoratif et utile, cet aménagement...

Le calendrier du potager Le calendrier du potager

Ce tableau donné à titre indicatif présente les périodes de semis, de repiquage et de récolte pour les principaux légumes et pour un climat moyen (type Ile-de-France). Pour chaque espèce, il existe...

Vos commentairesAjouter un commentaire