Le lierre, une plante bienfaitrice pour la biodiversité

Un talus couvert de lierre, source de biodiversité
Un talus couvert de lierre, source de biodiversité

Plante commune, parfois même peu appréciée et coupée dès qu'elle lance ses tiges à l'assaut des arbres ou des façades, le lierre a pourtant de nombreuses qualités insoupçonnées et parmi elles, celle d'être un véritable réservoir de biodiversité.

Croyances erronées sur le lierre

Le lierre (Hedera) est une plante grimpante aux tiges très ramifiées présentant des racines aériennes capables de s'accrocher à tous les supports se présentant à elles. Rochers, arbres, façades, rien ne frêne la vigueur de cette liane au feuillage persistant portant des tiges pouvant atteindre 30 mètres de hauteur.

Le lierre est perçu depuis toujours comme une plante parasite qui tuerait les arbres en les étouffant, ce qui n'est pas le cas. Les racines aériennes ne servent qu'à s'accrocher et en aucun cas à pomper les nutriments, ce travail étant effectué par les racines souterraines.

Le lierre vit très longtemps, bien plus d'un siècle dans de bonne conditions, c'est pourquoi parfois l'arbre support meurt avant lui, mais le lierre n'est en aucun cas responsable de sa mort.

Si l'arbre est vivant le lierre grandit en même temps que le tronc sans jamais créer d'étranglement comme certaines autres lianes le feraient ; Il ne constitue donc pas un danger pour le support. 

Au contraire, il protège le tronc des coups de soleil et de la chaleur, mais aussi du froid en hiver, évitant les craquèlements de l'écorce et limitant par là-même les blessures risquant d'être contaminées par des maladies ou des parasites.

Le lierre constitue aussi une protection contre la pluie battante, le feu et les animaux qui ne viennent plus aiguiser leurs bois ou leurs griffes sur l'écorce.

Le lierre a aussi pour réputation de détruire les façades, pourtant il est très utile pour masquer les imperfections sur celles-ci et éviter une rénovation coûteuse. Il est bon à savoir que le lierre sert d'isolation thermique extérieure sur une maison, il faut juste ne pas le laisser grimper sur les toitures car ils pourrait alors soulever les tuiles.

De multiples variétés

Le lierre fait partie de la famille des Araliacées. Le genre Hedera est divisé en 11 espèces et de nombreuses variétés et cultivars, certains nains, d'autres géants, à feuilles de couleurs unies ou panachées, délicates et fines, ou au contraire imposantes et coriaces. Il y en a donc pour tous les goûts et tous les emplois, aussi bien en grimpantes, qu'en couvre-sol ou en décoration dans les compositions, voilà une bonne nouvelle pour les jardiniers et la biodiversité.

Le lierre un réservoir pour la biodiversité

Loin de nuire aux autres végétaux, le lierre a bien des intérêts dans un jardin. Lorsqu'il couvre le sol, il empêche la pousse des mauvaises herbes et préserve la pédofaune de la chaleur et de l'évaporation de l'eau, gardant ainsi un milieu favorable à la vie de nombreux êtres vivants. Au passage, il retient le sol et l'épargne du lessivage.

Le long des arbres et des façades, il offre un refuge idéal contre les prédateurs à de nombreux mammifères, insectes et oiseaux. On considère qu'un arbre de taille conséquente orné depuis un certain temps par un lierre grimpant abrite près de 700 organismes vivants ! Abrités de la forte chaleur, du ruissellement de la pluie, de l'emprise du gel, tout ce petit monde constitué de plusieurs règnes trouve un refuge de choix dans cet écosystème à part entière constitué par l'écorce de l'arbre liée aux tiges du lierre et à la couverture protectrice des feuilles.

Quels sont les animaux les plus fréquents dans le lierre ?

Commençons par les plus gros, et donc par les mammifères. La fouine et la martre viennent s'y mettre à l'affût lors de leurs parties de chasse, alors que l'écureuil, le muscardin ou le lérot y trouvent une nourriture bienvenue faite d'insectes divers ou d'escargots venus s'abriter sous le frais feuillage. Certaines espèces de chauve-souris apprécient aussi ce milieu plutôt douillet et regorgeant de bestioles volantes qu'elles apprécient tout particulièrement pour leur dîner !

Justement parlons des insectes attirés en masse par la liane ! Le lierre a la bonne idée de fleurir en automne, prenant ainsi le relais de l'abondance estivale et attirant de nombreux insectes dont les abeilles domestiques et solitaires, les bourdons, les syrphes, les mouches ou les guêpes.

De nombreux papillons apprécient aussi les ombelles nectarifères du lierre. Parmi eux, la vanesse ou le larentie verdâtre, l'argus à bandes noires qui ne se développe que sur cette plante, tout comme l'abeille solitaire Colletes hederae qui, sans le lierre, ne pourrait se reproduire.

Outre les insectes, le lierre abrite de nombreux arachnides qui y trouvent un refuge. Leur présence est bien sûr régulées par leurs prédateurs que sont les lézards, appréciant aussi les lieux et les oiseaux, très présents car ils trouvent ici le gîte et le couvert.

Succédant aux fleurs, les baies, toxiques pour la plupart des mammifères, offrent une nourriture abondante aux oiseaux en hiver et en début de printemps. Le merle, la grive (mauvis, litorne et musicienne), le verdier, le pigeon ramier, l’accenteur mouchet, la tourterelle, le pinson, l’étourneau sansonnet s'en repaissent avec joie.

La couverture thermique conservant le frais en été et la chaleur en hiver est très appréciée par la chouette hulotte qui s'y cache en journée, partageant cet habitat avec le hibou moyen-duc. De nombreux passereaux comme le troglodyte mignon, la mésange ou le rouge-gorge y trouvent aussi un garde-manger bien garni d'insectes et une zone de nidification idéalement protégée.

Lire aussi
Je favorise la biodiversité Je favorise la biodiversité

Le concept de biodiversité englobe aussi bien les espèces animales que végétales et les écosystèmes qui les accueillent. Pour la favoriser chez vous, il existe quelques astuces faciles à mettre en...

La biodiversité au jardin La biodiversité au jardin

Dans le jardin, l'équilibre entre ravageurs et prédateurs repose sur la biodiversité. Pour favoriser la venue des uns et ainsi lutter naturellement contre les autres, il suffit d'un peu...

La biodiversité urbaine La biodiversité urbaine

Dans nos villes, la nature tente parfois de se frayer un chemin ; herbes folles surgissant d'une fente de trottoir, petits oiseaux ou mammifères venus profiter de la nourriture abondante, le...

Quel paillis pour quelle plante ? Quel paillis pour quelle plante ?

Le paillis est une méthode efficace pour garder toute sa fraîcheur au sol et empêcher la pousse d'herbes indésirables. Certains paillages conviendront tout particulièrement à un type de végétaux...

Vos commentairesAjouter un commentaire