Balsaminacées / Balsaminaceae

Balsamine, Impatiens balsamina

Les Balsaminacées sont une famille de plantes annuelles ou vivaces, herbacées à semi-arbustives, dicotylédones, appartenant à l’ordre des Géraniales selon l’ancienne classification et à l’ordre des Éricales selon la phylogénie. Elles sont représentées dans notre flore de France par quelques espèces du genre Impatiens, telles que Impatiens noli-tangera, la balsamine des bois, et quelques autres qui se sont échappées des jardins, mais ce sont avant tout des plantes ornementales très prisées, aux fleurs originales ou très colorées.

Les plantes populaires : Impatiens de Nouvelle-Guinée, Balsamine des jardins

Place des balsaminacées et distribution

Les Balsaminacées sont très évoluées et présentent des fleurs complexes ainsi que des relations intéressantes avec leurs pollinisateurs, parfois exclusives, démontrant qu’il y a eu coévolution. La classification antérieure plaçait les Balsaminacées au voisinage des Géraniacées (géranium) et des Tropaélolacées (capucine), à cause de la présence de l’éperon. Cependant, les études phylogénétiques les placent aujourd’hui plutôt au sein des Éricales.

Les Balsaminacées sont présentes dans presque toutes les régions tempérées et tropicales. Elles sont absentes des milieux arides ou très froids, d’Amérique du Sud et d’Australie

Caractères généraux des Balsaminacées

Les Balsaminacées sont des plantes annuelles ou vivaces, parfois rhizomateuses, aux tiges ariennes gorgées d’eau, un peu translucides. Leurs feuilles sont alternes ou opposées, dentées et le plus souvent sans stipules. Les fleurs sont très irrégulières, zygomorphes à complètement asymétriques.

Elles montrent habituellement 3 sépales libres et un sépale pétaloïde formé de 2 sépales fusionnés pourvu d’un éperon, puis 5 pétales inégaux dont les 4 inférieurs sont soudés par paire latérale. Les étamines soudées forment un capuchon qui protège l’ovaire. L’ovaire supère est formé de 5 carpelles.

Les Balsaminacées ont besoin d’insectes pollinisateurs (parfois spécifiques) pour produire des fruits explosifs ou des baies. Pour assurer leur descendance, certaines espèces produisent également des fleurs autofertiles cléistogames (qui ne s’ouvrent pas et passent du bouton au Fruit).

Le fruit, très typique, permet d’intéresser les jeunes enfants au monde des plantes, tant il est explosif. À maturité, dès qu’on le pince légèrement, il explose entre les doigts et fait jaillir ses graines noires dans tous les sens. Ce qui veut dire que pour en récolter des graines, il faut prendre la précaution d’entourer le fruit d’un sachet avant de l’effleurer. C’est pour cette raison que notre impatience indigène est surnommée "ne me touche pas".

Les plantes appartenant à la famille des Balsaminaceae

Les Balsaminaceae représentent environ 600 espèces divisées en 4, voire 2 genres, selon les classifications. Mais le genre le plus représentatif est Impatiens, car les autres ne concernent que 1 ou 2 espèces :

Genre Impatiens, souvent appelé balsamine

Il est le plus important car regroupant la majorité des espèces de la famille. Les feuilles sont ovales à lancéolées et dentées. On ne voit que 4 sépales sur le calice, mais le sépale antérieur est probablement double, tandis que le sépale postérieur, très développé, forme une poche avec 1 ou 2 éperons (Impatiens bicaudata). La corolle à 5 pétales, irrégulière, est de couleur vive, rouge, jaune, vert acidulé, pourpre, blanche, souvent même de couleurs multiples (Impatiens niamniamensis ou impatiens bec de perroquet).

Genre Hydrocera

Le genre Hydrocera représenté par une espèce en Inde et en Malaisie : Hydrocera trifolia. Elle se différencie par des pétales latéraux libres et un fruit sous forme de baie rouge. C’est une haute plante de marais aux fleurs roses.

Les autres genres

Semeiocardium (une espèce) et Impatientella (une espèce), sont discutées en tant que Balsaminacées.

Utilisation des Balsaminacées

Les espèces les plus cultivées sont les impatiens hybrides horticoles de Nouvelle-Zélande, qui existent en nombreux coloris, parfois sous forme double, ainsi que l’impatiens annuelle des jardins, une plante facile à semer et irremplaçable pour les massifs frais et pas assez ensoleillés. 

Beaucoup d’espèces, moins connues, sont de véritables petits bijous : le bec de perroquet, l’impatiens à 2 éperons, Impatiens morsei, dont le feuillage est aussi beau que les fleurs.

Dans le jardin, ont été introduites récemment des impatiens rustiques et vivaces, de type rhizomateux : ex Impatiens omeiana ou Impatiens qingchanganica qui offrent un beau feuillage en couvre-sol, en plus de leur étonnantes fleurs.

Impatiens capensis, annuelle originaire d’Amérique du Nord, aux fleurs orange, est parfois consommée : ses jeunes tiges succulentes sont mangées comme des haricots verts.

Nos fiches de culture

Impatiens

Lire aussi
Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale ! La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale !

Des grenades, des bombes... Voilà un artillerie bien lourde qui pourrait causer quelques dégâts si elle n'était destinée à fleurir nos villes de manière secrète et révolutionnaire. Focus sur les «...