Questions fréquentes sur le compost

Compostage en tas
Compostage en tas

Moyen idéal pour recycler ses déchets de cuisine et issus du jardin, le compost constitue un très bon amendement au jardin comme pour les plantes en pots. Si vous vous posez des questions sur la manière de le réaliser et de l'utiliser, vous êtes à la bonne adresse !

Combien de temps faut-il pour réaliser du compost ?

Le compostage classique en tas dans le jardin ou dans un composteur simple demande de 6 mois à un an selon les conditions climatiques et la composition du tas. Si le compostage est réalisé dans de bonnes conditions (équilibre, chaleur, humidité, ventilation...) la durée peut être écourtée.

Comment aérer le tas de compost ?

En un premier temps, pensez à ajouter de la paille et des branchettes broyées pour que le tas ne soit pas trop compact et humide et que l'air puisse bien passer.

Au bout de 3 semaines, munissez-vous d'une fourche-bêche afin de retourner le tas de compost, ceci réactivera le processus de décomposition. Vous pouvez renouveler l'opération tous les deux mois.

Il existe dans le commerce des outils spécifiques pour aérer le compost. En forme de grosse spirale, de pic muni d'ailettes, ils s'insèrent facilement au sommet du tas et permettent d'aérer efficacement le compost par un mouvement rotatif. Ces outils sont intéressants pour aérer le compost dans les composteurs fermés qui ne s'ouvrent que par le haut et dans lesquels la fourche bêche a bien du mal à être utilisée.

Comment faire son compost ?

Faire soi-même son compost demande un peu de technique et quelques connaissances. Entasser des déchets organiques sans discernement au fond du jardin ne suffit pas à réaliser un compost.

Humidité, ventilation, équilibre entre éléments frais et secs, entre azote et carbone, sont des paramètres importants à prendre en compte.

Des couches successives d’éléments frais (épluchures de fruits et légumes, tontes de gazon...) et d’élément carbonés (paille, feuilles mortes, végétaux ligneux broyés...) doivent être mises en place. Le compost ne doit être ni trop humide ni trop sec ; vous pouvez l'arroser avec du purin d'ortie qui est un très bon activateur et qui accélère le processus de décomposition s'il est trop sec ou ajouter des éléments secs s'il est trop humide.

Une fois le tas constitué, laissez monter la température durant 3 semaines avant de l'aérer en le retournant. Vous pouvez renouveler l'opération tous les mois tout en veillant au bon équilibre de votre compost.

Comment réaliser son activateur de compost ?

Le purin d'ortie et les feuilles qui ont servi à le réaliser constituent un excellent activateur de compost naturel. De même pour les purins de consoude et de bardane. Il suffit de verser généreusement le purin et d'aérer un peu le tas en mélangeant les divers éléments.

Comment reconnaître un compost prêt à être utilisé ?

Le compost bien décomposé ressemble à de la terre noire et ne comprend pas de déchets encore entiers. Il sent l'humus, il est meuble et léger.

Comment utiliser le compost ?

Vous pouvez utiliser le compost au jardin comme amendement pour améliorer un sol trop lourd, trop compact ou trop sablonneux. Si vous ajoutez du sable pour drainer une terre imperméable et argileuse, ajoutez toujours du compost.

Le compost constitue un paillage de choix surtout au printemps car il aide le sol à se réchauffer et prévient la faim d'azote sous un paillage classique (paille, BRF, feuilles mortes broyées...). Il apporte au passage des éléments nutritifs essentiels à la croissance des plantes.

Le compost peut être utilisé pour rempoter les plantes d’intérieur ou pour le surfaçage des plus gros sujets.

Le compost est un fertilisant naturel, vous le grifferez aux pieds des plantes taillées récemment pour assurer une bonne reprise, mais aussi en automne et au printemps pour les nourrir.

Il est idéal pour terreauter la pelouse lors des travaux de réfection et après une scarification.

Faut-il broyer certains éléments avant de les ajouter au compost ?

Les feuilles mortes coriaces et les branches se décomposeront bien plus vite si elles sont passées au broyeur de végétaux. Il est donc vivement conseillé de broyer les éléments ligneux et épais avant de les ajouter au tas de compost.

Faut-il enterrer le compost ou l'étaler au pied des plantes ?

Il est possible d’enfouir le compost notamment lors de la plantation des végétaux. Une couche de compost peut alors servir de lit meuble et fertile au système racinaire. Dans tous les autres cas, il est préférable de ne pas enfouir le compost mais plutôt de l'étaler en couche de 5 cm de hauteur aux pieds des végétaux puis de pailler.

Le retournement du sol est un traumatisme pour les êtres vivants qui le composent, enfouir le compost implique ce retournement pas toujours bénéfique pour le sol qui mettra alors du temps à retrouver son équilibre.

Le compost sent-il mauvais ?

Un compost bien équilibré ne dégage pas d'odeur particulière sinon celle de l'humus.

Où placer son tas de compost ?

Souvent, le tas de compost ou le bac composteur est placé au fond du jardin pour des raisons esthétiques. Cependant, s'il est utilisé pour recycler les déchets de cuisine, il n'est pas inutile de le rapprocher de la maison, ou de l'installer de manière stratégique entre le potager et l'habitation. Il sera toujours possible de le masquer par une palissade, une plante grimpante, un plessis vivant, un coffre en bois ou une haie.

Peut-on composter en tas ou faut-il un récipient spécifique ?

Ceci est une question de choix personnel.

Un simple tas de matières organiques recyclées est tout à fait envisageable. Le contact direct avec le sol permet à la pédofaune de remonter facilement dans le tas de compost et d'y faire son travail de transformation de la matière. Petit inconvénient : le tas de compost n'est pas très joli à regarder et peut dégager des odeurs s'il est mal équilibré. En outre il peut aussi attirer les rongeurs, c'est pourquoi certains préfèrent composter dans un récipient spécifique.

Peut-on composter les déchets issus des toilettes sèches ?

Dans un compost traditionnel, il faut toujours éviter d'ajouter des excréments qu'ils soient d'origine animale ou humaine. Cependant, il est possible de composter les déchets issus des toilettes sèches dans un composteur spécifique et hermétique pour que la matière fécale puisse se décomposer sans oxygène. Il est possible d'ajouter tous les éléments habituels à ce type de compostage. Attendez deux ans avant d'utiliser ce compost dans les massifs ou au verger, voire au pied des arbustes de haies. Évitez son emploi au potager.

Peut-on composter sans jardin ?

Il existe des bacs à compost à poser directement dans la cuisine. La technique du Bokashi permet de recycler ses déchets de cuisine en un temps record et sans odeur même si l'on ne possède pas de jardin. Le composteur bokashi permet en outre de recueillir du 'thé de compost' grâce à un robinet placé dans la partie basse du composteur en seulement 5 jours. Ce thé constitue un très bon engrais pour les plantes d'intérieur.

Pour les plus courageux, le lombricompostage sur un balcon fonctionne aussi très bien, ce sont les vers de compost ajoutés à vos déchets qui feront tout le travail !

Peut-on mettre les mauvaises herbes et les plantes malades au compost ?

Les mauvaises herbes non montées en graines peuvent sans souci être ajoutées au tas de compost. Si elles sont en graines ou que vous ajoutez des plantes malades veillez à les placer au centre du tas au moment où le processus de décomposition fait monter la chaleur au maximum ce qui tue de nombreux agents pathogènes et empêche la germination de certaines graines.

Attention aux plantes comme le liseron aux racines traçantes qui auront tôt fait de reprendre dans ce bel humus !

Pourquoi mon compost sent-il mauvais ?

Si le compost sent mauvais c'est que le processus de décomposition se fait mal. Un mauvais équilibre entre éléments secs et humides, un tas trop tassé qui ne laisse pas sa place à l'air peuvent être la cause des mauvaises odeurs. Il suffit alors de ventiler le compost avec une fourche-bêche et d'ajouter de la paille ainsi qu'un peu d'activateur de compost.

Qu'est-ce qu'un activateur de compost ?

On trouve dans le commerce des produits servant à accélérer le processus de décomposition et la transformation de la matière organique en humus. Conditionnés sous la forme de poudre, de granulés ou de liquides, les activateurs contiennent tantôt des enzymes et des bactéries pour les produits bio tantôt du sulfate d'ammoniaque lorsqu'ils sont chimiques. Attention cette dernière version pollue les nappes phréatiques ! Préférez toujours un produit bio ou réalisez vous-même votre activateur de compost.

Qu'est-ce que le compost ?

Moyen idéal pour recycler ses déchets de cuisine et issus du jardin, le compost constitue un très bon amendement au jardin comme pour les plantes en pots. Si vous vous posez des questions sur la manière de le réaliser et de l'utiliser, vous êtes à la bonne adresse !

Quel composteur choisir ?

Le récipient accueillant le compost doit être fonctionnel, efficace et correspondre à vos besoins réels. Comptez une contenance d'1 m³ pour 500 m² de jardin. Privilégiez les contenants munis de trappes d'aération et d'un fond percé pour évacuer le liquide issu de la décomposition.

Si vous le choisissez en bois, veillez à ce qu'il soit de classe 4, imputrescible et résistant aux insectes et champignons. Il existe des composteurs en fer ou en bois rotatifs très pratiques. Il suffit de remplir le contenant et de tourner une manivelle pour mélanger son compost sans effort.

Vous pouvez fabriquer vous-même votre bac à compost en recyclant de vieilles palettes ou du bois de coffrage mais la durée de vie de ce composteur sera limitée.

Quels éléments peut-on composter ?

Il faut ajouter des éléments avec discernement au tas de compost. Vous pouvez y recycler les déchets issus de la cuisine comme les épluchures de légumes, les coquilles d’œufs, les sachets de thé, le marc de café, les essuie-tout, le carton non imprimé, les restes de repas (viande, poisson, fromage...).

Les déchets issus du jardin comme les feuilles mortes, les aiguilles de pin, les branches broyées, la sciure, la paille, les résidus de tonte peuvent y être ajoutés tout comme la cendre de bois de cheminée (bois non traité, pas de bois encollé ou vernis, pas de d'aggloméré ni de contreplaqué).

Quels sont les intérêts du compostage ?

Le compostage est une manière de recycler des déchets et de les revaloriser.

Il remplace à terme le terreau et l'engrais au jardin d'ornement, au potager et même pour les plantes d'intérieur.

Le recyclage des déchets au compost permet aussi de réduire la masse de poubelles et de se dispenser d'aller jeter les débris végétaux à la déchetterie en utilisant une énergie fossile pour s'y rendre. Composter est donc une démarche écologique qui n'a que des avantages.

Lire aussi
Questions fréquentes sur la tomate Questions fréquentes sur la tomate

La tomate est une des plantes les plus cultivées au potager. Rouges, jaunes, vertes, noires ou blanches, il en existe de multiples sortes ! Vous trouverez ici, les questions les plus courantes sur...

Questions fréquentes sur le potager Questions fréquentes sur le potager

Tout, vous saurez tout sur le potager ! De la dimension idéale à la meilleure époque pour le mettre en place, de la rotation des cultures au paillage, vous trouverez ici les réponses aux questions...

Questions fréquentes sur la permaculture Questions fréquentes sur la permaculture

Souvent utilisé à tord ou simplement pris pour une technique de jardinage, le terme 'permaculture' reste bien mystérieux pour de nombreuses personnes. Voici donc un éclaircissement bien mérité !

Questions fréquentes sur l'oignon Questions fréquentes sur l'oignon

Cru ou cuit l'oignon est un légume très apprécié mais qui soulève beaucoup de questions. Cette FAQ vous aidera à répondre à la majorité d'entre-elles et même à celles auxquelles vous ne pensiez...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Danielle (Champagne-Ardenne)
    Je tiens à vous féliciter pour votre page sur le compost. Cependant, je me permets de vous signaler une petite erreur que beaucoup de personnes font et malheureusement, même des professionnels et scientifiques eux-mêmes. Je veux parler du terme "mauvaises herbes". Je trouve inacceptable d'utiliser le qualificatif "mauvaises herbes", ce qui est plus dommageable lorsque cela est utilisé par des "pros". Il n'y a pas de mauvaises herbes chez Dame Nature ! Toutes les "herbes" ont un rôle important, ont une utilité précieuse dans l'écosystème... Il me semble plus judicieux de les qualifier "indésirables" pour l'activité culturale humaine, au pire de les désigner comme "adventices". Je ne sais pas si un jour, cette notion de "mauvaises" sera bannie du langage de ceux qui de près ou de loin, naviguent dans le domaine de la botanique, de la culture potagère, de la culture en générale. J'en rêve... Merci de m'avoir lue
    Répondre à Danielle
    Le 31/05/2019 à 16:54